Recherche

Votre recherche de facebook 5 euros a donné 36 résultats.

lundi 17 mai 2021

En Vrac de mi-mai

La mer avec un nuage de pluie et un coucher de soleil

Numérique

Écologie

Mobilité

  • Quand certaines voitures vertes polluent plus que la bonne vieille voiture thermique. « une partie des propriétaires roulent en hybrides rechargeables sans jamais… recharger leur batterie électrique. Bilan (carbone) ? Cela revient à rouler avec une bonne vieille voiture thermique, mais beaucoup plus lourde qu’un véhicule lambda, puisque lestée du poids des batteries et de sa double motorisation, et donc beaucoup plus polluante. » « Christophe, cadre dans un grand groupe du CAC 40, roule en SUV hybride rechargeable, un véhicule de fonction. “J’aime l’image socialement valorisante de l’hybride, l’affichage de convictions écologiques”, glisse-t-il. Sauf qu’il n’a jamais fait installer de borne de recharge à son domicile ! “Je ne paye pas l’essence…, élude-t-il, embarrassé. Ma fille, très militante, génération Greta Thunberg, ne me rate pas : c’est comme s’offrir un voilier mais ne jamais hisser les voiles.” » ;
  • Ford vient de breveter un système qui détecte les panneaux publicitaires en bord de route pour les dupliquer sur votre tableau de bord de véhicule, avec un spot publicitaire pour faire bonne mesure. Mais on pourra sûrement s’en passer si on paye un supplément ! Get Ready for In-Car Ads. Les constructeurs automobiles voudraient-ils nous dégoûter d’acheter leurs produits ?
  • Total sucre une campagne de pub au « Monde ». « L’enquête du journal sur le financement par le pétrolier français de la junte birmane a fortement déplu au groupe dirigé par Patrick Pouyanné. Total a annulé pour 50 000 euros de publicité prévues au mois de juin dans les pages du quotidien du soir. ». L’article du monde est bien fichu.

Vélo

  • Je découvre PodRide, un genre d’hybride entre le vélo à assistance électrique et la voiturette. C’est encore un prototype, mais c’est très sympa !

mardi 4 mai 2021

En vrac du début mai

Plage normande

En vrac des plateformes

Écologie et climat

L’usager de la route génère des coûts pour les autres usagers (usure de la route, congestion, accidents de la route) et pour la collectivité (pollution de l’air, émissions de gaz à effet de serre, bruit). Selon la théorie économique, il serait optimal que l’usager de la route paie les coûts engendrés pour la collectivité par sa décision de circuler, appelés externalités. Les prélèvements supportés par les usagers sont surtout la fiscalité sur les carburants et les péages. Lorsque ces prélèvements sont inférieurs aux externalités, il y a trop de déplacements routiers par rapport à ce qui est souhaitable.

En 2015, les prélèvements ne couvraient en moyenne qu’un tiers des externalités de la circulation. Cette sous- tarification concerne la grande majorité des véhicules et des milieux étudiés. Elle est particulièrement marquée en milieu urbain, où les coûts liés aux embouteillages et à la pollution de l’air sont plus importants. Les véhicules diesel présentent un bilan plus dégradé que les véhicules à essence car elles émettent davantage de polluants et bénéficient d’une fiscalité plus faible.

Vélo

  • Prime à la conversion pour le vélo : « Il y a un côté historique ». « Quand vous mettez au rebut, donc à la casse, un véhicule polluant, vous pouvez toucher 2 500 euros. Ce que promet cet amendement, c’est de pouvoir acheter un vélo à assistance électrique, un vélo cargo, etc. avec cette somme. Cette mesure ne touche que les personnes qui ont une vieille voiture ». « Pour la FUB, il y a deux choses à mettre en place : un fonds vélo pour accompagner les collectivités et les aider à construire de nouvelles pistes cyclables, et rendre le Forfait mobilité durable obligatoire pour les salariés qui “vélotaffent” » ;
  • Le vélo est-il si cher ? (spoiler : non), par Maël Thomas, éminent invité de mon podcast l’Octet Vert, plus particulièrement dans l’épisode #6, où il parle d’empreinte climat;
  • Comment Uber Eats et Deliveroo ont fait dérailler la livraison à vélo au profit du scooter. “Au début, je roulais à vélo, mais les distances se sont allongées et les prix ont baissé, donc j’ai dû passer au scooter pour être rentable”, explique un livreur à France Info. Uber Eats, affirme par écrit que “la quasi-totalité des livreurs déclarent utiliser un vélo”. Le journaliste est allé compter les livreurs un soir à Courbevoie : “278 scooters pour 5 vélos”. Donc Uber Eats ment. Ce qu’il faut savoir, c’est que les plateformes pistent les livreurs par GPS et peuvent savoir s’ils sont à vélo ou à scooter, mais ne veulent pas voir le problème… Une seule solution : ne pas commander sur ces plateformes !

mardi 2 mars 2021

En vrac du mardi

Citation du jour

« Quand on a encore plus peur du changement que du malheur, comment éviter le malheur? » — Max Frisch, dans sa pièce Monsieur Bonhomme et les Incendiaires

À rapprocher de la difficulté rencontrée pour faire face à la crise climatique, et qui ne réalisent pas qu’à se cramponner à leur SUV, leurs rêves du monde d’avant, ils précipitent leur descendance dans un monde très très compliqué…

Plateformes

Climat

Note

[1] En fait, l’autorité norvégiennne envisage une telle amende. Mozilla est un peu en avance sur l’info :-) Merci Jérémie pour la correction.

jeudi 10 décembre 2020

En vrac du jeudi

Vélo en bord de Seine

Climat

Technologie

Ego trip

  • J’étais invité à Futurapolis Planète pour parler de vélo. Les vidéos sont maintenant en ligne. Voici la mienne : Le vélo, cet ami qui vous veut du bien .J’espérais y échanger avec Eric Fottorino (journaliste, auteur, fan de vélo et pilote de Brompton) mais il a été touché par la Covid-19… Je lui souhaite un prompt rétablissement !
  • J’ai publié un article sur Souveraineté et communs numériques. Je crois qu’il est important de souligner que les communs de la connaissance (logiciel libre, mais pas que, ça comprend aussi les données et contenus comme Wikipedia et OpenStreetMap) sont de précieux alliés si l’Europe veut retrouver une certaine souveraineté numérique et ainsi éviter de devenir une colonie numérique des USA et de la Chine…

jeudi 24 septembre 2020

En vrac de septembre

Adieu Facebook ?

le réseau social est encore loin d’être exemplaire. En effet, le chiffre d’affaires déclaré au fisc pour 2019 reste environ deux fois moins élevé que le chiffre d’affaires réellement engrangé sur le territoire français, qui peut être estimé à 1,5 milliard d’euros. En effet, le réseau social revendique 37 millions d’utilisateurs par mois dans l’Hexagone fin 2019. Or chaque utilisateur européen a généré l’an dernier un revenu de 44,14 dollars, soit 40 euros, indiquent les comptes de Facebook. Le réseau social ayant réalisé globalement 35% de marge avant impôt l’an dernier, on peut donc estimer qu’il a engrangé environ 500 millions d’euros de bénéfices avant impôts en France, et donc qu’il aurait dû payer près de 150 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices… soit dix-sept fois plus que la charge d’impôt effectivement passée dans les comptes de l’an passé.(…) un porte-parole de Facebook a répondu : “Nous prenons nos obligations fiscales au sérieux”.

Pendant ce temps-là, Facebook menace de se retirer d’Europe si le législateur européen ne change pas d’avis sur le fait que ça pose problème d’importer des données d’européens aux USA. CHICHE ! Facebook Says it Will Stop Operating in Europe If Regulators Don’t Back Down ;

En vrac sur la techno

Complètement en vrac, sur le climat

- page 1 de 8