avril 2005 (55)

vendredi 29 avril 2005

Firefox is unstoppable in Europe

That's the title of a new study by xiti Monitor (in French). I have posted a partial translation on my SpreadFirefox blog. Just one figure: Firefox usage on Sunday Aprili 24th was measured at an amazing 30.9% in Finland.

Finland just rocks!

Partager

Firefox téléchargé 50 millions de fois

C'est monstrueux, c'est énorme, c'est infiniment plus que ce qu'on pouvait imaginer.

copie d'écran montrant le compteur des telechargements de Firefox affichant 50 millions.

C''est fantastique. Les superlatifs me manquent pour décrire ma joie. J'étais là, dans mon salon, les yeux rivés sur le compteur, avec Elie et Fabrice connectés avec moi sur messagerie instantanée. Le compteur s'est approché des 50 millions. Le chiffre pile s'est affiché, enfoncé pomme-maj-3 pour faire une copie d'écran, et j'ai crié comme un con tout seul chez moi. Voilà qui devrait renforcer l'impression, chez mes voisins, que je suis cinglé.

Elie me dit gentiment : vous avez fait un boulot fantastique, les gars, en tous cas. Fabrice renchérit : 10 millions qu'ils disaient. Oui, et encore. 10 millions, ça paraîssait déjà monstrueux, et nous voilà avec 50 millions. En moins de six mois. Et ce compteur qui n'en finit pas de grimper !

A l'autre bout de la terre, en Californie, Blake envoit un mail aux abonnés SpreadFirefox: "thanks for your exceptional energy. You're the reason I'm up at 5AM watching a ticking counter" (Merci pour votre énergie exceptionnelle. Vous êtes la raison pour laquelle je suis debhout à 5 heure du mat' à regarder un compteur tourner).

Un peu avant, Mitchell Baker, racontait son dîner à New York pour Time Magazine, où certains invités disaient leur enthousiasme pour Firefox. Ceux qui n'en avaient pas entendu parler semblaient penser : "hmm, I may not know of it, but it feels like something is going on." (Hmm, je ne sais pas de quoi on parle, mais on dirait bien qu'il se passe quelque chose, là).

Je reviens sur mon écran. C'est incroyable comme un chiffre qui défile sur un écran peut susciter de l'émotion. Merci aux développeurs, merci aux localiseurs, aux testeurs, merci à ceux qui ont choisi Firefox, merci à ceux qui en parlent autour d'eux.

image representant le logo Firefox avec la phrase '50 millions il faut faire la fête'

Oui, on fait la fête, et puis après, on se remet au boulot pour la 1.1. Et on passe la barrière des 100 millions ! Après tout, le temps que je rédige ce billet, on a eu déjà 9000 téléchargements !

Partager

Firefox en Europe, on ne l'arrête plus !

Et ça n'est pas moi qui le dit : je n'ai fait que reprendre le titre du communiqué de Xiti Monitor. (Merci Jilou pour le lien)...

Sur cette mesure effectuée dimanche 24 avril 2005, Firefox atteint le chiffre incroyable de 30,9% en Finlande !

La France est plus modestement à 13,3%, alors que l'Allemagne caracole à 22,8%. Notons que ces mesures étant effectuée une fin de semaine (où l'usage à domicile est plus important), elle sont plus élevées que si elles avaient été effectuées pendant la semaine.

Pendant ce temps-là, le compteur de SpreadFirefox continue d'égrener les téléchargements de façon inexorable. Encore 13000 12000, et nous seront à 50 millions ! C'est incroyable... Surtout qu'en face, on a un concurrent aux ressources insoupçonnées ;-) (Merci à Nicolas Hoffman pour l'éclat de rire).

Partager

En vrac

Partager

Courrier des lecteurs

Je viens de recevoir ce message dans ma boite aux lettres, et son auteur, 52 ans, débutant sur Internet, m'a autorisé à en publier un extrait :

je viens de lire le contenu de la première page de Open Web. J'ai bien aimé la possibilité de pouvoir choisir la présentation de la page (Fond noirs/gros caractères). Cette disposition m'a permis de lire toute la première page en une seule fois; ce qui m'était impossible avant car depuis mon accident de voiture j'ai hérité d'une vestibulopathie qui m'occasionne de nombreuses difficultés : Pertes d'équilibre, nausées, vertiges ainsi que l'incapacité de lire longtemps. Cependant cette mise en page me l'a permis.

Voilà le genre de phrase qui démontre très concrètement ce peut représenter l'accessibilité pour certains utilisateurs et devrait faire réfléchir ceux qui pensent que l'accessibilité n'est qu'un gadget de plus.

Partager

jeudi 28 avril 2005

En vrac

Partager

mercredi 27 avril 2005

En vrac

Partager

Des nouvelles des standards

Partager

mardi 26 avril 2005

Firefox : déjà 10% et bientôt 50 millions

Firefox passe la barre de 10% aux USA (15% en comptant les navigateurs basés sur Gecko, dont Mozilla et Netscape 6/7, voir le communiqué de presse).

Pendant ce temps-là, le compteur des téléchargements Firefox approche des 50 millions, et SpreadFirefox lance un concours des utilisateurs qui feront les choses les plus folles pour promouvoir Firefox. Mettre le directeur technique d'Opera à l'eau, ça ne compte pas, car cela a déjà été fait. Par contre, pour Steve Ballmer, de visite dans nos contrées, ça compte ;-)

Partager

L'impact du prix du pétrole

La facture énergétique de la France augmente de 24,1 % en 2004, et cela fait réagir Patrick Devedjian, Ministre délégué à l'industrie :

Une hausse de la facture qui "tient principalement à celle des cours internationaux des énergies fossiles, mais aussi pour une moindre part à la hausse des importations en volume". "La crise actuelle des prix des énergies fossiles handicape la croissance des pays importateurs comme la France", a également expliqué le ministre lors de cette conférence.

"Une telle situation, a ajouté le ministre, souligne l'importance des efforts dans le domaine des économies d'énergie et renforce les choix de l'énergie nucléaire et des énergies renouvelables".

Bon, pour le nucléaire, c'est discutable (vu le coût à très long terme) même si (j'enfile ma cote de maille sur ce sujet polémique) c'est peut-être une solution temporaire en attendant de se retourner vers des énergie réellement renouvelables qui n'hypothèquent pas notre avenir. Voir aussi l'article de Libération sur le même sujet, qui cite le Ministre :

Patrick Devedjian a enfin estimé que la croissance pourrait pâtir du maintien du prix du baril de brut autour de 50 dollars. "A ce prix de l'énergie (...), les estimations sont de l'ordre d'un demi-point de croissance". Il a en revanche jugé que de récentes études selon lesquelles le baril pourrait dépasser 100 dollars, voire 300, d'ici dix ans relevaient de "la plus haute fantaisie".

Si j'étais économiste au FMI, je crois que je prendrais bien mal d'être traité de fantaisiste (voire de menteur) par un politicien. A la décharge de ce dernier, il n'est sûrement pas bon de dévoiler la vérité d'un seul coup...

Partager

En vrac

Partager

Cachez cette Miss que je ne saurais voir

Miss France 2004 pose (presque à poil) dans Playboy et Geneviève de Fontenay crie au loup et menace de réunir en urgence le conseil d'administration du comité et de la société Miss France. Cette société est justement la propriété du groupe Endemol, qui déclare que les photos sont manifestement en contradiction avec la convention qui lie Laetitia Bléger (Miss France 2004) à la société. Pour ceux qui voudraient chanter les louanges du groupe Endemol pour sa promptitude à ramener l'honneur de la France dans le droit chemin, il faut rappeler que c'est Endemol qui produisait l'excécrable Loft Story, où une (fausse) blonde à (fausse) forte poitrine (mais véritablement conne) se faisait mollement prendre en levrette dans une piscine devant les caméras d'Endemol par un hydrocéphale disparu depuis du PAF. Des photos érotiques dans la presse, c'est mal, mais des relations sexuelles non simulées à la télévision, c'est bien ? Le mystère reste entier !

Partager

samedi 23 avril 2005

Pétrole en promo : 380 dollars le baril (au lieu de 30)

Parlons un peu du prix du pétrole...

Le tarif habituel, ces dernières années, c'était aux alentours de 30$ le baril. Ces derniers mois, les prix ont augmenté pour dépasser les 50$. Peut-on parler de crise du pétrole ? Pas tout à fait. En effet, pour retrouver les niveaux de 1973, en dollars constants, il faudrait que le baril atteigne les 80$. Est-ce possible ? Tournons-nous vers les économistes et posons leur la question. Je cite Libération (édition du 22/4/2005, page 20) :

Le FMI, peut suspect d'alarmisme, retient l'hypothèse d'un baril d'un baril à 100 dollars.

100 dollars ? Le triple d'il y a quelques mois, le double de ce qu'on a actuellement, alors que les pêcheurs et agriculteurs sont étranglés par le prix du pétrole ?

C'est là que le bât blesse :

(...) toute progression de 5 dollars engendre une perte de croissance de 0,2% à 0,5%. Les banques centrales pourraient bien décider d'augmenter les taux d'intérêt pour refroidir la hausse de prix provoquée par celle du baril... Au risque de ralentir encore plus la croissance.

Les optimistes du FMI parle donc d'un prix à 100$ le baril. Certains parlent de chiffres beaucoup plus élevés, avec un prix de 380$ à l'horizon 2015. Trois cent quatre-vingt dollars... Sept fois plus qu'aujourd'hui. Toutes choses égales par ailleurs, ça nous met quand même le litre de Sans-Plomb à 8 euros le litre... A ce prix-là, les deux tiers de la France vont devoir partir en vacances à pied.

On pourrait crier foutaise, et dire que ces fichus écolos sont capables de dire n'importe quoi, sauf que l'auteur de cette étude est... économiste à Ixis, Groupe Caisse d'Épargne. J'ai toujours su que l'écureuil était un dangereux amoureux de la nature ;-) Laissons donc la parole à Moncef Kaabi (l'économiste en question), interviewé par Libé :

L'objectif de notre travail, c'est avant tout de tirer le signal d'alarme. De dire aux politiques, à l'opinion publique, qu'il est plus que temps de réagir. S'ils ne veulent pas voir les prix du pétrole s'envoler, pour atteindre ces 380 dollars le baril en 2015.

Le chiffre de 380$ le baril est peut-être exagéré. Je n'en sais rien. Mais la vérité est sûrement quelque part entre 100 et 380, autrement dit, beaucoup trop. Dans tous les cas, les actionnaires des grands groupes automobiles devraient revendre leurs actions aussi vite que possible. (pour une fois que je fais un conseil boursier...) Pareil pour les grands groupes pétroliers, qui ne vont pas réussir à cacher la vérité bien longtemps encore, malgré leurs pathétiques tentatives de désinformation aux Etats-Unis.

Si le sujet vous intéresse, et avant de venir vomir des insultes dans les commentaires sous prétexte que toute vérité n'est pas bonne à dire, je vous encourage à lire l'article de Wikipedia sur le Pic pétrolier.

Ensuite, regardons ensemble vers le futur, et avec le sourire : l'économie s'effondrera peut-être à cause de la crise du pétrole, mais finalement, on s'en sortira plutot bien, dans la mesure où cela limitera les rejets de CO2 dans l'atmosphère, source du réchauffement de la planète, autre grand problème environnemental bien trop souvent négligé.

Partager

En vrac

  • Wikipedia en français dépasse les 100000 articles (soit un doublement en 7 mois). On pourrait se gloser d'un volume extradordinaire, (l'encyclopédie Hachette Multimédia est à 50000 et Microsoft Encarta à 30000) mais la qualité des articles Wikipedia est encore très inégale pour l'instant, contrairement à ses équivalents commerciaux, plus homogènes. Encore une fois, la quantité ne remplace pas la qualité. Il reste encore beaucoup de travail à faire, et c'est normal pour un projet aussi jeune, mais l'avenir de Wikipedia est radieux (voir le communiqué de presse) ;
  • Encore mieux que Lego et Meccano réunis : faire soit même son navigateur. Merci Laurent !
  • Très bon papier de Mitternacht A quoi servent - vraiment - les blogs, un bon début de débat pas débile qui lève le problème de la consanguinité tant de fois débattu dans la blogosphère : Rien de froid sur les blogs, de l'humain, de l'humain et encore de l'humain. Et que je te refais mon design, comme ça tu sais quelles sont mes couleurs préférées. Tiens, je parle de ça, parce que ça m'écorche/m'intéresse/m'enthousiame, comme ça tu sais ce que je pense. Tiens, je te parle de cette expo/film/peintre, comme ça tu sais ce que j'aime. Et je veux que tu me dise que tu es d'accord avec moi, comme ça je me sentirais compris(e). ;
  • Rocard, médiateur sur les brevets logiciels ? En tout cas, il trouve une porte de sortie (document au Format PDF) et elle semble acceptable au moins par les anti-brevets, alors que j'espère qu'elle l'est aussi pour les pro-brevets...
  • PCWorld Autralie : Microsoft poursuivi pour violation de brevets sur la techhnologie JPEG ;
  • Quand le 2eme plus gros actionnaire de Microsoft invite sur son magnifique yacht une personne en charge du procès européen contre Microsoft, ça fait jaser, à juste titre. Et accessoirement, il faut vraiment pas être très futé pour accepter ce genre d'invitation, aussi tentant que cela soit d'aller passer gratuitement ses vacances sur un yacht de 100m de long au large de Saint Barth' ;
  • L'exception de copie privée protégée par la cour d'appel de Paris. Voilà une décision qui fera date. Quid de la protection des droits numériques de Microsoft que tous les utilisateurs de XP-SP2 ont accepté sans le savoir ?

Partager

vendredi 22 avril 2005

Rendez-vous à Amsterdam

Il est donc extrêmement probable que je sois à la conférence X-Tech, le grand événement centré sur XML et le Web, du 27 au 27 mai dans le port où pissent des marins comme je pleure sur des femmes infidèles. Oui, moi aussi, je mangerai des poissons ruisselants sur des nappes trop blanches, et ça sentira la morue jusque dans le coeur des frites que mes grosses mains inviteront à revenir en plus, mais pas seulement !

Parmi les deux orateurs de la session d'ouverture, on aura Mike Shaver, de Mozilla Foundation. Ensuite, le programme est très prometteur :

Il y aura bien d'autres sujets intéressants, comme Beagle Desktop Search, BBC News et RSS, le futur du XML au W3C et même, pour fermer la marche, un déjeuner avec Jean Paoli (Microsoft), co-inventeur de XML.

En plus de cela, l'équipe Mozilla a prévu de se retrouver pour avancer sur différents projets, en dehors des conférences. Avec un tel programme, je me demande si on aura le temps d'aller danser en se frottant la panse sur la panse des femmes ;-)

Partager

jeudi 21 avril 2005

En vrac

Partager

DotClear passe la surmutipliée

DotClear, l'outil de blog qui fait tourner le Standblog (moi je ne fais que mettre des mots dedans ;-)[1], passe à la vitesse supérieure, jugez plutôt :

Du coup, on le trouve dans la presse, que ce soit chez Toolinux (bonne interview) ou à l'autre coté du spectre médiatique, dans Sud-Ouest.

Justement, dans l'article TooLinux, Olivier précise qu'il est possible de faire un don au projet DotClear. Je vous encourage à en faire un, dans l'esprit de l'article de Michel Dumais.

Pour joindre le geste à la parole, et rester cohérent, je m'engage à faire un don de 50 euros quand j'aurais retrouvé un travail et touché ma première paye, ce qui ne saurait tarder (enfin j'espère), en rapport avec le tunnel au bout de l'espoir de la lumière ;-).

Notes

[1] Oui, c'est de l'humour, lisez le pied de page avant de dégainer.

Partager

Laboratoire Microsoft-INRIA, un petit décodage

Les Echos nous informent que Microsoft et l'Inria vont créer une laboratoire commun en France[1]. Je suis tout à fait pour qu'il y ait plus de relations entre la recherche et l'industrie. C'est une évidence. L'industrie a des moyens financiers qui manquent cruellement à la recherche, surtout en France.

Avant de sabrer le champagne, réflechissons un peu...

Si l'on en croit les Echos, Le groupe de Redmond devrait investir pour la circonstance plus de 10 millions d'euros. Cela me paraît bien peu, pour trois raisons :

  1. compte tenu de ce que les administrations françaises dépensent en licences Microsoft, 10 millions, c'est négligeable. Rappelons qu'une des raisons de la migration de la Gendarmerie Nationale est le coût des licences : 2 millions d'euros par an, et 20 millions pour tout remettre à niveau, si mes chiffres sont exacts (mais comment savoir ?) ;
  2. Microsoft Research, d'après Les Echos, dispose d'un budget de 6 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros environ). 15% de ce budget (donc 700 millions d'euros) vont aux universités. 10 millions d'euros pour l'Inria, par rapport à un budget de 4,6 milliards, c'est 0,2% de son budget. Pire que négligeable, c'est inexistant. Je ne vous fais pas l'affront de comparer ceci avec les bénéfices annuels de la firme (8,2 milliards de dollars ), et encore moins avec ses réserves de cash (plus de 60 milliards la dernière fois que j'ai vérifié).
  3. Passez moi la boutade, mais pour dix millions, t'as plus rien ! (ou trop peu). Au niveau de la recherche, qui s'inscrit par essence dans la durée, on ne va nulle part avec 10 millions d'euros. Microsoft Research emploie 700 chercheurs pour un budget hors universités de 3,9 milliards d'euros. Avec un tel ratio, avec les 10 millions proposés à l'Inria, on financerait... 1,8 chercheurs ! (Cherchez l'erreur).

Aussi, il faut chercher ailleurs les raisons de cette action.

Pour Microsoft, c'est une excellente façon d'améliorer son image en France. Malmenée par les procès successifs, elle en a bien besoin, en effet. L'alliance avec l'Inria vient en renfort de la campagne de publicité On imagine qui se déroule actuellement dans les magazines et à la télévision. Et 10 millions d'euros, c'est bien peu à coté du coût de la campagne.

Pour le gouvernement français, c'est l'occasion de communiquer sur la France qui gagne, qui sait forger des alliances avec les grandes entreprises de ce monde.

Les Echos expliquent cela très bien :

Avec cette initiative, Microsoft espère améliorer son image de marque dans l'Hexagone, l'une des pires dans le monde (« Les Echos » du 4 avril). De son côté, le gouvernement veut démontrer que la France peut attirer des investissements étrangers et créer de l'emploi grâce à la qualité de ses chercheurs.

Bien plus que d'un investissement dans la recherche, nous sommes-là dans le domaine de la communication et du marketing.

Les Echos ajoutent :

Pourtant, une incompréhension règne parmi certains membres de l'Inria. Traditionnellement, l'institut compte de nombreux développeurs et supporters du monde du logiciel libre (voir encadré) qui sont totalement opposés à la création d'un laboratoire commun avec le groupe américain.

Pourquoi donc ? Comme l'explique Albert Cohen (le chargé de recherche à l'Inria, pas l'écrivain), On ne peut pas s'empêcher de penser que Microsoft a des arrière-pensées sur les brevets logiciels. Procès d'intention ? Peut-être, mais il faut se rappeler les méthodes employées par Bill Gates pour voir arriver la brevetabilité des logiciels, il y a tout juste trois mois.

Notes

[1] L'INRIA, pour ceux qui sont allergiques aux acronymes, c'est l'Institut National de Rechehrche en Informatique et en Automatique. L'organisme a longtemps été l'un des trois entités supportant le W3C.

Partager

mercredi 20 avril 2005

Design Web et accessibilité

Ergologique propose une Fiche conseil sur l'accessibilité. C'est très bien de parler accessibilité sur un site qui aborde le thème du design Web par une série de conseils pratiques. Mais comme rien n'est jamais parfait dans ce bas monde, puis-je suggérer aux auteurs de ce joli site une prochaine étape : avoir du code sémantique et valide débarrassé des tableaux imbriqués, comme le suggère très intelligemment Opquast ?

Partager

En vrac

Partager

mardi 19 avril 2005

Adobe rachète Macromedia

Tout le monde en parle, faut-il que j'en parle moi aussi ? Steph, un lecteur, m'assure que oui. Voici donc mes réflexions sur le sujet, en vrac, comme souvent :

En terme de produits, il y des conflits, c'est certain. Je pense en particulier à Dreamweaver contre GoLive ou encore FreeHand contre Illustrator. L'un des deux disparaîtra à terme, c'est certain. Quid des clients, de leurs projets et de leurs données ?

En terme de ressources humaines, un rachat, c'est toujours sanglant, et celui-ci ne fera pas exception, d'autant qu'il y a des doublons dans les gammes de produits.

En terme de formats, on a d'un coté Macromedia qui pousse Flash alors qu'Adobe est plutôt SVG. Dave Shea pense que Flash a plus d'avenir que SVG, mais il n'a pas encore réalisé que Firefox 1.1 aurait SVG (pas forcément complet) installé par défaut, ce qui devrait grandement aider à changer la donne. Tim Bray pense pour sa part que Flash n'a guère d'avenir dans la nouvelle structure. Le WaSP se pose la question : qu'en est-il de la démarche d'Adobe quant à SVG, et la réponse officielle n'est guère encourageante. Approche standard ou approche propriétaire ? Les affrontements en interne risquent d'être sanglants.

D'après ZDNet.fr, La complémentarité des lignes de produits des deux éditeurs devraient éviter les supressions de postes, selon les premières déclarations officielles. Et la marmotte, elle pointe à l'ANPE ?

En attendant, les blogueurs de Macromedia semblent se poser (à juste titre) quantité de questions, et certains d'entre eux rajoutent à leurs billets une bonne dose de jargon juridique, comme Mike Chambers.

Ainsi, dans la nouvelle structure, on va se battre pour son produit, pour son format de données (standard ou propriétaire), pour son fauteuil. Et si on se remet de la fusion (ça n'est pas toujours le cas, croyez-en mon expérience), on sera un peu plus gros... pour aller se battre contre Microsoft, mais on aura perdu énormément de temps et d'énergie. Je laisserai la conclusion à un blogueur de Macromedia : Dieu merci, ça n'est pas Microsoft (qui les rachète).

Partager

lundi 18 avril 2005

En vrac

Mise à jour : j'ai reçu un mail et longuement discuté avec Michel-Marie Maudet, Directeur Général Adjoint de Linagora, qui dément formellement cette information. Avec son accord, je publie ici un extrait de son mail. On remarquera que ma source, Unixtech.be, a retiré l'information de son site (info qu'il publiait comme certaine, là où j'ai utilisé moultes précautions oratoires, n'ayant pas pu recouper mes informations). Il semblerait bien qu'il ne s'agisse pour l'instant que d'une rumeur. La parole à Michel Marie :

Même s'il est vrai que nous sommes candidats à ce marché, nous ne pouvons que DEMENTIR avec la plus grande véhémence cette information. RIEN ne nous permet aujourd'hui de savoir si nous avons gagné ce dossier. L'examen des candidatures étant à notre connaissance toujours en cours.

Il n'en reste pas moins que ce marché existe bien et qu'il va doper le marché du Libre en France, comme je l'écrivais. (Fin de Mise à jour).

Partager

dimanche 17 avril 2005

Food Force, un jeu vidéo pour apprendre à réfléchir plutôt qu'à détruire

Pour une fois, je vais vous parler d'un jeu vidéo, Food Force, qui a l'avantage de nous changer de l'écoeurant "j'vais tous les niquer ces enfoirés de communistes / talibans / irakiens / mutants / aliens / surrender monkeys" (rayez les mentions inutiles) : . Food Force propose plusieurs missions visant à soulager la faim de la population d'un pays fictif. L'objectif du jeu : faire prendre conscience du problème de la faim dans le monde.

Comme le note World Changing, le jeu Food Force a été réalisé dans une optique non-commerciale et la redistribution du logiciel est encouragée sur le site. Le logiciel n'est pas Libre pour autant, mais il a besoin d'être localisé dans d'autres langues que l'anglais. S'il avait été Libre, cela aurait rendu la tâche bien plus facile. Pour la prochaine version ? (Ainsi qu'une version pour Linux et un téléchargement qui fonctionne...)

Partager

samedi 16 avril 2005

Chassez le naturiste, il revient au bungalow !

Dans un sursaut de lucidité, j'ai réalisé il y a quelques mois qu'il était nécessaire de prendre un peu de recul par rapport à cette obsession pour l'informatique en général et le logiciel Libre en particulier. Simple question d'hygiène mentale, en quelque sorte, pour retrouver un peu d'équilibre et faire fonctionner d'autres neurones que ceux habituellement sollicités.

J'ai donc pensé me remettre plus sérieusement à la photo, que j'ai commencé à pratiquer il y a pfiouuuu 20 ans (Gasp !). J'ai donc cassé ma tirelire pour m'offrir un Reflex numérique. Et maintenant, que photographier (au delà de mes enfants) ?

C'est après avoir publié une photo de la tour Eiffel sur le Standblog que la lumière est arrivée dans un commentaire de FoeNyx, un lecteur, qui suggérait de la mettre sur un truc dont j'ignorais l'existence, Wikimedia Commons. Le très sympathique contact avec Delphine NotAFish et Jimbo Wales lors de Fosdem n'a fait qu'enfoncer le clou, tout comme avoir vu ma première oeuvre récompensée.

Et me voilà donc parti le sac au dos dès que le moindre rayon de soleil paraît, pour faire des photos de ce qui pourrait intéresser les visiteurs de Wikipedia...

Cette semaine, c'était le tour de Notre-Dame de Paris, dont la catégorie View from the top, quelques sculptures, et deux vues de la façade (ciel gris, ciel bleu et polarisant[1]), et même le bourdon de la tour sud (après avoir survécu aux escaliers et à l'étroitesse des passages).

Auparavant, j'ai pris la Tour Eiffel (au lever du soleil, en noir et blanc). Bien entendu, la dame de fer (non, je ne parle pas de Maggy Tatcher) est déjà photographiée sous toutes les coutures, tout comme le Louvre.

Du coup, je me suis rabattu sur des monuments moins photographiés comme l'Hotel de Ville de Paris, l'Hotel des Invalides ou encore la Place de la Concorde. (Non, ça n'est pas par admiration de Tiberi, Chirac et Napoléon, promis !)

J'étais parti pour faire autre chose que de l'informatique et du Libre, et me revoilà, sans l'avoir vraiment décidé, contributeur à une collection d'images Libres. Plus que jamais, ce que j'ai écris début 2004 reste vrai, et je ne peux pas lutter contre cela :

Voilà donc la raison pour laquelle j'investis de mon temps dans OpenWeb et Mozilla : j'ai une passion pour le Web. Pas seulement pour la technologie Web, mais surtout pour les usages qu'il est possible d'en faire. Communiquer, c'est partager le savoir. Et, traitez-moi de doux réveur si ça vous chante, l'éducation est sûrement la plus prometteuse des pistes pour une évolution positivie de l'humanité. Pour les mal comprenants, je détaille avec un peu moins de fioritures : avec Internet, on aide les gens à s'éduquer, à communiquer, se comprendre, et j'ai bon espoir que ça les rende moins cons, donc plus supportables !

Je m'adresse à ceux d'entre vous qui savent prendre des photos, écrire des textes, qui savent rechercher dans les livres d'histoire et de géographie. Et si vous vous ouvriez un compte sur Wikipedia ? Et si vous preniez quelques dizaines de minutes pour relire les articles (ou publier vos meilleures images) portant sur les sujets qui vous passionnent ? Et si les articles en question n'existent pas encore, vous pouvez les créer ! Voilà une bonne façon de partager ses connaissances de façon désintéressée, tout en s'amusant. Ca n'est pas si courant que ça, dans notre monde...

Notes

[1] Vous avez remarqué la quasi-absence de déformation géométrique ? ;-)

Partager

vendredi 15 avril 2005

Les affaires reprennent !

Il y a des jours comme ça, des périodes, ou tout semble vous sourire. Ce qui est difficile, c'est quand cela s'arrête. On est accro aux choses qui foncent, qui marchent bien, aux portes qui s'ouvrent. Le lancement de Firefox (avant, après) a été comme cela.

Récemment, les hasards de la vie ont fait que plusieurs choses sur lesquelles je travaillait (ma recherche de boulot en premier) ne semblaient pas bouger, quelque soit la quantitié d'énergie mise en jeu. C'est épuisant. C'est démoralisant. Il faut serrer les dents, tenir bon en attendant que vienne le bon moment.

Depuis le temps que j'attends, les dents serrées, j'ai la machoire bien crispée, et je fait ch.. suer tout le monde autour de moi. Mais on dirait bien que les choses bougent. J'ai bon espoir. Et tant qu'il y a du tunnel, il y a de l'espoir. (ou quelque chose comme ça ;-)

Stay tuned.

Partager

En vrac Firefox

  • IBM embauche des développeurs Firefox ;
  • pré version de NVU 1.0 . Bravo Daniel !
  • Compteur Firefox en temps réel. Fascinant, tant du point de vue des chiffres qui défilent (ça me rappelle un peu la monotonie de Chirac hier soir à la télé, mais ça donne un coté concret et inexorable à la chose) qu'au niveau de la technologie utilisée. Un p'tit coup de RSS, un autre de XMLhttpRequest, et hop... D'après ce que j'ai compris, nous sommes toujours sur une moyenne de 300.000 téléchargements par jour (ce qui ne tient pas compte des mises à jour automatique via le mécanisme d'update) ;
  • En France, une très grande organisation aurait déclaré publiquement de très bonnes choses à propos de Firefox. Je n'en dit pas plus avant d'avoir l'info de première main. On n'est jamais trop prudent !

Partager

jeudi 14 avril 2005

En vrac

Partager

Une application XUL dans une grande organisation

Dans la série des entreprises qui gagnent de l'argent avec Mozilla, on avait déjà l'incontournable Disruptive Innovations de Daniel Glazman, l'énergique Bart Decrem qui a récemment refait surface avec RoundTwo, et c'est maintenant le tour d'IdealX, qui vient de livrer une superbe application XUL (voir le communiqué de presse sur IDX-Asso).

Bravo à Emmanuel Manganneau, l'architecte de cette application, pour la qualité de son travail : tous ceux qui ont eu l'occasion de voir la démonstration ont été bluffés par son ergonomie, le fait que l'application se télécharge à la volée et qu'elle fonctionne aussi bien sur Mac, Linux que Windows.

Le premier client de l'application IDX-Asso est le parti socialiste, qui va gérer ses 150.000 adhérents, mais je suis sûr qu'IdealX se fera un plaisir de commercialiser une variante de l'application à l'UMP ;-)

Mise à jour :

Il existe une page produit pour IDX-Asso (où l'on apprend qu'il y a au moins un deuxième client pour l'application), ainsi qu'une copie d'écran.

Partager

mercredi 13 avril 2005

En vrac

Partager

Mozilla en tant que plate-forme : deuxième tour

On dirait bien que le bouillonnant Bart Decrem revient sur le devant de la scène avec une nouvelle société, RoundTwo (communiqué de presse). Bart est la personne qui a été bigrement efficace dans le lancement de Firefox. Comme souvent, CNet déforme bigrement l'affaire dans son article en écrivant une nouvelle version du navigateur Firefox arrive, mais cette fois-ci, elle ne vient pas de la Mozilla Foundation. Evidemment, rien de tel n'est expliqué dans le corps de l'article...

Il n'en reste pas moins qu'il est appréciable de voir des entreprises se développer autour de Firefox et Thunderbird. Mais pas besoin d'aller à Palo Alto se gargariser avec les succès de la Silicon Valley : nous avons en France des entreprises qui gagnent de l'argent avec le logiciel Libre en général et Mozilla en particulier. Je pense à Disruptive Innovations, dont le nom cache bien qu'ils se trouvent... à Saint Germain en Laye !

Partager

mardi 12 avril 2005

Mise à jour automatique de Windows : lisez le contrat de licence !

La Mise à jour de Windows XP vers SP2 est automatique dès aujourd'hui, nous informe le Monde Informatique.

Aujourd'hui, sur des millions de machines dans le monde, Windows Update va se déclencher et lancer par défaut l'installation du Service Pack de Windows XP sur ces machines. Et alors ? Comme toujours, il y a à boire et a manger dans cette histoire.

Regardons d'abord l'aspect positif : le SP2 apporte de la sécurité, avec entre autres un Pare-Feu amélioré et des correctifs pour les trous de sécurité d'Internet Explorer ainsi qu'un paramétrage plus sévère (et donc plus sécurisé) du navigateur de Microsoft. Tout cela est très bien.

Mais tout n'est pas rose. En effet, Le service Pack 2 pose un certain nombre de problèmes de compatibilité avec les applications existantes, à cause de la sécurité moins laxiste qu'auparavant. Déployer massivement une mise à jour du système d'exploitation n'est jamais anodin. Mais il est important de tenir ses machines à jour pour des raisons de sécurité.

Mais surtout, je vous implore de lire (pour une fois) le contrat de licence du Service Pack 2 d'XP. Vous tomberez sur l'article F. Lisez-le bien.

En cliquant sur "j'accepte", vous signez un contrat autorisant Microsoft à installer la gestion des droits numériques. Lisez, réfléchissez, et demandez-vous si vous acceptez que Microsoft et ses partenaires contrôlent l'accès à certains fichiers se trouvant sur votre machine et puissent empêcher leur lecture.

Pour ma part, j'ai décidé de ne pas accepter cela : demander l'autorisation à une société ou à ses partenaires commerciaux pour lire un document sur mon disque dur est inacceptable. J'ai donc changé de système d'exploitation, appliquant l'adage de Gerry Spence :

Marchander sa liberté contre de la sécurité, c'est un pacte diabolique. Une fois la transaction signée, on n'a plus ni liberté ni sécurité.

Il ne vous est probablement pas possible de changer de PC à l'heure qui l'est, car cela nécessite une certaine préparation, bien plus conséquente que le déploiement du Service Pack 2. Vous êtes donc coincé. Il y a peut-être là l'occasion d'apprendre une leçon, de prendre conscience qu'à confier toutes vos données et votre informatique à un acteur aussi puissant que Microsoft et aussi peu pourvu d'éthique n'est pas sans conséquences. À méditer, donc.

Partager

lundi 11 avril 2005

Firefox à l'éducation nationale

Lu dans un article de RFI, Firefox fait peur à Microsoft (le titre me paraît grandement exagéré) :

La Fondation Mozilla à l’origine du développement de Firefox a trouvé un fort soutien du coté des rectorats français. Pour une question de robustesse et de fiabilité, les académies de Rouen, d’Orléans-Tours, de Limoges ou bien encore celle des Bouches-du-Rhône ont doté leurs lycées et collèges de ce navigateur libre.

Voilà qui rappelle un autre article des Echos, paru il y a quelques jours Firefox s'invite dans les lycées et collèges (article payant), dont le chapô était :

Des rectorats installent le logiciel libre de navigation et sa messagerie, jugés plus sûrs que les programmes de Microsoft.

Mais c'est dans le corps de l'article qu'on trouvait ce petit bijou :

Dans les Bouches-du-Rhône, le conseil général a doté chaque élève de 4e et de 3e d'un portable dans le cadre de l'opération « Ordi 13 ». « Les 40.000 portables distribués disposent de deux navigateurs Internet, dont Firefox. Et certaines ressources en ligne ne sont accessibles que par ce navigateur », explique Patrick Mauméjean, conseiller technique pour le rectorat.

Pour ma part, si je félicite vivement la démarche du conseil général des Bouches du Rhône d'installer Firefox en standard sur les machines, je me demande pourquoi certains sites ne sont accessibles qu'avec Firefox. J'espère que nous sommes dans le cas où les pages s'affichent mieux dans Firefox grâce à son meilleur support des standards, mais qu'elles sont aussi utilisables dans tous les autres navigateurs (Libres ou non), dont Internet Explorer. Après tout, l'idée essentielle du Web, c'était bien de permettre l'interopérabilité, et donc le partage de l'information, pas sa balkanisation ! C'est même ce qui avait motivé cette citation :

In a world without fences, who needs Gates and Windows?

(Dans un monde sans barrières, qui a besoin de Gates/portes et de Windows/fenêtres ?)

Partager

Courrier des lecteurs : HTML ou XHTML ?

J'ai reçu ce matin le courrier suivant :

Je suis développeur web depuis 1997. Je suis passé du HTML au XHTML1.0 strict, avec un code sémantiquement correct, l'emploi massif des CSS... Pourtant, je n'ai pas de besoins spécifiques justifiant l'emploi de XHTML, mais je m'y tiens, car j'y trouve énormément d'avantages.

Abonné au flux RSS de Alsacretions (site prônant pour les nouveaux standards), je suis tombé sur ce sujet

Du coup, je me remets moi-même en question. Faut-il retourner au HTML (4.01 strict), en pensant que le XHTML1.0 n'apporte rien et est même risqué en terme de pérennité, car transitoire.

Ou faut-il (comme je le pensais) poursuivre dans cette voix, en suivant les recommandations du W3C et ainsi, participer au glissement des sites vers l'XHTML. J'ai besoin d'un avis, sur la question, de professionnels du Web et des standards que vous êtes, pour y voir plus clair.

J'ai convenu avec l'expéditeur que je répondrais sur le Standblog, car ce genre de question est d'intérêt général. Le nombre de commentaires suite au billet de Raphaël (Alsacréations) en est une preuve supplémentaire.

Je ne vais pas me lancer dans une longue dissertations sur l'intérêt des standards. si le sujet vous intéresse, OpenWeb est là pour ça. Et je tiens à ajouter que dans OpenWeb, je suis de très loin le plus médiocre de tous en terme de technique, qu'on se le dise !

En substance, la réponse courte à notre question est la suivante :

utilisez le standard qui vous convient !

Maintenant, revenons un peu sur le sujet, avec plus de détails. Les standards, comme à peu près tout dans la vie, c'est une histoire de compromis, pour une raison toute simple : rien dans ce monde n'est parfait. Cela tient principalement à deux choses :

  1. les navigateurs contiennent des bogues et c'est aussi le cas, dans une moindre mesure, des spécifications ;
  2. il faut s'accommoder de l'existant : rares sont les occasions de repartir d'une feuille blanche. Il faut sortir un site qui fonctionne avec (en vrac), le système de gestion de contenu, le contenu déjà rédigé, les tierces parties (régie publicitaire, mesure d'audience), les capacités des gens qui travaillent sur le projet, et les navigateurs qui sont déjà déployés auprès des utilisateurs... Il faut aussi préparer l'avenir, et l'avenir, c'est probablement XML (ou alors j'ai loupé une grosse marche).

Pour ma part, j'ai choisi XHTML 1.0 strict pour ce blog, pour Openweb et mozilla-europe.org. J'apprécie la rigueur du XHTML, notre travail peut bénéficier des outils liés au monde XML, nous séparons le contenu de la présentation ce qui nous donne une plus grande productivité, et nous permet d'avoir une grande rapidité de téléchargement des pages.

Mais pourquoi pas XHTML 1.1 ? Raphaël l'explique très bien, c'est un problème de type MIME, lequel n'est pas (encore) supporté par Internet Explorer.

J'aurais pu aussi choisir HTML 4.01 Strict, qui est très proche, mais qui ne permet pas de bénéficier facilement des outils de manipulation issus du monde XML (dont XSLT). L'avantage de HTML 4.01 Strict tient aussi au fait qu'il est moins intransigeant que le XHTML 1.0 quant à l'insertion de scripts dans le document. Pour beaucoup de gens, HTML 4.01 est la solution idéale.

Enfin, HTML 4.01 transitionnal sera bien pratique pour ceux qui ont des outils de mesure d'audience dépassé, ou des systèmes de publicité qui exigent de doctype. Notons qu'il est possible de séparer le contenu de la présentation (et donc passer aux CSS) tout en utilisant du transitionnel, ce qui permettra dans le futur de passer au strict à moindre coût, au moment où les éléments qui retenaient en mode transitionnel seront remplacés par des solutions plus modernes.

Enfin, je voudrais préciser un point important. On entend souvent dire, et notre lecteur n'est pas en reste, que certains standards sont transitoires ou bientôt obsolètes. C'est faux. Les standards sont là pour rester. Le HTML 4.01, au hasard, n'a pas été rendu obsolète par le XHTML. Il n'y a pas de pression à migrer depuis un standard qui vous convient. Le seul point gênant, c'est celui des logiciels qui vont interpréter votre contenu dans le futur. Le XML a un grand avenir, le HTML 4.01 restera très probablement aussi. Par contre, la soupe de balise est déjà morte. La preuve en est, les navigateurs modernes n'arrivent pas, malgré des efforts considérables, à répliquer parfaitement les limitations d'Internet Explorer ! Aussi, les propriétaires de documents façon soupe de balise ont du souci à se faire pour la pérennité de leurs données.

Partager

Mitchell Baker dans Time Magazine

Mitchell Baker, présidente de la Mozilla Foundation, a été sélectionnée par Time Magazine en tant que l'une des 100 personnalités de l'année, dans la catégorie Scientifiques et penseurs. D'après ce que je peux voir (il faut acheter le canard en tranches d'arbres morts pour lire l'article), c'est la seule femme dans cette catégorie.

Mitchell est vraiment une femme extraordinaire. Elle est réservée, presque timide, ne cherche pas la reconnaissance du public. Par contre, elle a une éthique et une volonté incroyables. Il y a quelques années, le torchon brûlait entre Netscape et Mozilla.org. La direction de Netscape voulait plus de contrôle et a mis une pression phénoménale sur Mitchell pour qu'elle plie. Devant sa volonté de respecter l'esprit du projet et le travail des contributeurs externes, la direction de Netscape l'a licenciée avec pertes et fracas et a tenté de nommer la vice-présidente de Netscape à la tête de Mozilla.org. Mitchell ne s'est pas laissée faire. Ne pouvant rien faire contre le licenciement (aux Etats-Unis, la loi est clairement du coté de l'employeur), elle s'est accrochée à Mozilla.org et a continué son boulot de Chief Lizard Wrangler (Dompteuse de lézards en chef, son titre officiel) à titre bénévole pendant plusieurs années, jusqu'à monter la Mozilla Foundation. Combien d'entre nous auraient accepté d'être licencés pour ne pas avoir à faire quelque chose qui leur déplait ? Combien auraient continué bénévolement le travail une fois licencié, parce que c'était la chose à faire ? Cette obstination à vouloir faire faire marcher le projet Mozilla malgré les aléas a été un exemple pour beaucoup de contributeurs et n'est pas étranger au fait que Peter et moi ayons pris la décision de monter Mozilla Europe au moment de notre licenciement.

Mitchell est véritablement quelqu'un de bien, et le projet Mozilla a une chance inouïe d'avoir une personne pareille à sa tête. (Via Blake).

Partager

dimanche 10 avril 2005

Actu du Libre

Partager

samedi 9 avril 2005

Des nouvelles de Firefox

Alors que la 1.0.3 est sur le point de sortir, avec une nouvelle release candidate (qu'on espère enfin être la bonne), voici une nouvelle roadmap pour Firefox 1.1. Les dates précisées sont à prendre, comme toujours, avec beaucoup de précautions.

Il y a quelque chose qui n'a pas fait beaucoup de bruit récemment, c'est que Firefox a reçu de la presse allemande une moisson de récompenses :

  • Meilleur projet Libre (par la rédaction de PC-Welt) ;
  • Meilleur outil pour Internet (décerné par les lecteurs de PC-Welt) ;
  • Sélection du CeBIT dans la catégorie logiciels (par le magazine CHIP) ;
  • 5 étoiles et recommandation pour le téléchargement par CHIP online ;
  • Innovation de l'année 2004/2005 dans la catégorie logiciels, par PC Professionnell.

Cours, petit renard panda logiciel, cours !

Partager

Sortie de Ubuntu Hoary Hedgehog

Elle a beau être une deuxième version, elle s'appelle 5.04, en référence à la date de sortie : avril 2005.

Depuis le nouveau site Ubuntu, j'ai téléchargé la version finale Live (sans installation) pour le mac, et je vais la tester incessament. Si elle me convient, c'est parti pour une nouvelle partition (quelqu'un sait faire cela ?) et une installation sur le disque dur.

En attendant, voici le récapitulatif de Gilles Fabio, ainsi que le site de la très dynamique communauté francophone Ubuntu.

Partager

vendredi 8 avril 2005

Acid2, le retour en avant première

Même si le WaSP n'en parle pas encore, Acid 2 browser test semble bien être sorti.

Je ne sais pas quoi en penser car il n'est pas du tout parlant pour le grand public. Firefox 1.0.3 (release Candidate), Camino 0.8.2 et Safari 1.2 ne le passent pas, mais il est difficile, vu la structure du test, de voir en quoi ces navigateurs ne sont pas à la hauteur : il faut se reporter au guide et le déchiffrer. Aussi, si un félé a le temps et l'envie de trier tout cela pour Firefox 1.0.x et le futur 1.1.x (sur la base de Gecko 1.8), qu'il n'hésite pas à mettre des noms sur ce que ne supporte pas (encore ?) Gecko. Allez, un petit effort, le week-end promet d'être pluvieux !

Ah, et si un utilisateur d'Opera/windows pouvait tester et donner le résultat...

PS : pour ceux qui aiment les antiquités, je vous encourage à vous plonger dans les Tests CSS 2 commis en leur temps par Daniel Glazman. Ces tests sont infiniment plus faciles à interpréter.

Mise à jour : le forum Geckozone propose un fil où se trouvent des copies d'écrans des différents navigateurs tentant (vainement) d'afficher le test.

Il faut bien voir ce test comme étant un objectif pragmatique à atteindre en terme de conformité. Aucun navigateur, à ma connaissance (sauf peut-être une beta d'Opera) arrive à afficher correctement le personnage.

Partager

En vrac

Partager

Microsoft : l'autre coté de la médaille

Vous me voyez venir, avec mes gros sabots et un titre pareil ! Le Standblog va encore appuyer là où ça fait mal ! Va-t-on apprendre que Bill Gates est un pervers sexuel ? Que le campus de Redmond abrite une faille spatio-temporelle qui mène vers le domaine de Lucifer ? Que Microsoft vient de racheter la Maison Blanche et le Vatican d'un seul coup, avec pour objectif de licencier tout le personnel ?

Bah non, pas du tout. Au contraire !

Hier, je déjeunais avec un journaliste qui prépare un article sur Microsoft pour un hebdomadaire. C'était une belle occasion de parler de Firefox dans une publication qui n'est guère orientée vers l'informatique. Au cours de la conversation, le journaliste me provoque : mais en fait, Microsoft, ils n'ont jamais rien inventé !. Alors là, c'est plus fort que moi, je me fais l'avocat du diable, comme souvent, et je réponds ah mais pas du tout, il ne faut pas exagérer... Par exemple... et là), PAF, je sèche. Un trou noir. Quelques secondes de réflexion, je lance (pas très sûr de moi) ils ont quand même inventé XML. Depuis, je me suis jeté sur Google pour lui poser la question, et comme toujours, la réponse est plus nuancée que cela. Voir par exemple l'interview de Tim Bray, l'un des inventeurs, alors sponsorisé par Netscape (pages 1, 2 et 3.

Il se trouve que le matin même, j'avais eu une conversation avec Fabrice Bonny (un des auteurs d'OpenWeb), qui me soutenait que RSS avait été inventé par Microsoft aussi, pointant que la soumission de CDF datait de mars 1997. Je lui rétorquais que j'avais le souvenir que les choses étaient moins claires que cela.

Alors je me retourne vers vous, chers lecteurs, pour vous demander ce qu'a inventé Microsoft, histoire que je me retrouve un peu moins bête la prochaine fois qu'un journaliste voudra me faire dire du mal de Microsoft. (Merci d'éviter les trolls baveux, que j'exterminerais avec une joie non feinte...)

P.S. : ah oui, je me souviens de l'inclusion de la pile TCP/IP dans Windows 95. C'était bien, ça évitait d'avoir à en acheter une pour se connecter à Internet en SLIP (non, ça n'est pas sale !). Ca n'était pas une invention à proprement parler, mais en tout cas, c'était bien pratique et a facilité le déploiement de réseaux locaux (ou pas) avec TCP/IP.

Mise à jour : j'aimerais qu'on se concentre sur les cotés positifs de Microsoft. Il y en a forcément, même si ici la majorité des gens ont l'habitude de souligner ce qui ne va pas chez MS (pas difficile, c'est vrai)... Je pense effectivement à l'adoption de CSS dans IE4 (Netscape 4.x était complètement à la ramasse de ce coté-là). Et XML sur HTTP ? Quelqu'un a des idées ?

Partager

Licences Libres : To GPL or not to GPl, that is the question

attention article nuancé. Merci de prendre le temps de lire avant de faire des commentaires. Les trolls seront impitoyablement traqués...

Le CEO de Sun Microsystems explique pourquoi il préfère la CDDL à la GPL. ZDNet.fr en rajoute : Pour Sun, la licence GPL ne répond plus aux attentes du marché.

Pour être très franc, chaque licence a ses avantages. Comme la CDDL de Sun est dérivée de la MPL, voici quelques liens utiles pour mieux saisir les subtilités de la chose :

La réalité, c'est qu'il y a plusieurs types de licence. Même la Free Software Foundation a plusieurs licences : la LGPL et la GPL. Chez Mozilla, nous avons résolu le problème à notre façon : notre code source est sous triple licence GPL, LGPL et MPL, ce qui permet une plus grande collaboration avec d'autres projets.

Ce qui semble fâcher avec la GPL, c'est son aspect viral : si vous modifiez le logiciel sous GPL ou rajoutez du code à ce logiciel, le résultat est sous GPL. Comme le dit très bien Loïc Dachary, de la FSF, à propos de la GPL : Elle part du principe légitime que l'on ne partage pas avec ceux qui ne sont pas prêts à partager.

Mais alors, quid des logiciels maison qui sont liés aux logiciels GPL ? La GPL exige qu'ils soient aussi sous GPL (si j'ai bien compris).

A l'inverse, la LGPL est moins regardante pour les logiciels liés (elle s'appelle ainsi la Lesser GPL). A chacun de choisir la licence qui lui convient le mieux, en gardant à l'esprit un des grands intérêts de la GPL, qui est qu'elle oblige ceux qui modifient et redistribuent des logiciels sous GPL à redistribuer le code source sous licence GPL. Tu veux mon travail ? Je te le donne à condition de pouvoir bénéficier des améliorations que tu vas lui apporter.

Cette approche est de bonne guerre, mais elle ne convient pas forcément à tout le monde. Elle a au moins le mérite d'exister et d'avoir fait ses preuves, et le monde GNU/Linux, via sa richesse et sa diversité, en est la preuve.

On pourrait aussi se dire que gratuit, c'est la même chose que Libre. Que oui, bon d'accord, Libre c'est mieux, mais c'est surtout le prix qui importe. C'est vrai à première vue. C'est parfois une approche pragmatique, et qui prévaut donc dans beaucoup de cas, en entreprise et pour les particuliers.

Mais il ne faudrait pas pour autant être pragmatique au point d'avoir la vue basse, au risque de se faire coincer bêtement.

Je vais vous donner trois exemples :

  1. Movable Type, très bon outil de blog, est gratuit, mais pas Libre. Le jour où la licence a changé (sa gratuité a été remise partiellement en cause), ça a été très douloureux pour les utilisateurs. Movable Type était gratuit, le code source est disponible, mais ça n'était pas du logiciel Libre... Les anglophones apprécieront l'article de Mark Pilgrim Freedom 0.
  2. Mozilla 1.8 ne sortira pas, vous le savez sûrement. Certains utilisateurs s'en sont ému, très logiquement. Comme c'est du logiciel Libre, ils ont pu reprendre le projet. Mieux, Mozilla Foundation fournit toute l'infrastructure technique. Les utilisateurs n'ont pas été pris en otage : le logiciel est Libre !
  3. J'ai gardé le meilleur pour la fin avec les récents déboires de Linus Torvalds (Monsieur Noyau Linux). En effet, le logiciel propriétaire gratuit BitKeeper, utilisé pour gérer le code source du noyau, ne sera plus développé. Mais ceux qui utilisent BitKeeper gratuitement peuvent bien sûr s'acquitter d'une licence pour la version payante, moyennant finance !

Tout cela ne signifie pas que le propriétaire c'est mal, et que le Libre est forcément mieux, que la GPL ça déchire sa race et que CDDL ça pue la mort, ou encore que le pragmatique ça craint, la seule solution c'est d'être pur. La preuve, chez Mozilla, on intègre un module propriétaire de Talkback, qui fait dire à Richard Stallman que Firefox n'est pas un produit Libre. C'est dire que nous sommes pragmatiques. Mais aussi, du moins je l'espère, pas éblouis par un modèle de licence quel qu'il soit. Il faut dire que l'éblouissement, ça signifie surtout qu'on y voit moins bien...

Partager

jeudi 7 avril 2005

Version française du livre de Zeldman, Designing with Web Standards

Voilà, c'est encore la fin d'un teasing, et une bonne nouvelle à la fois : le livre Design Web : Utiliser les standards vient de sortir.

Rappelez-vous, Zeldman avait fait sensation en sortant son Designing with Web standards, un excellent livre, amusant, didactique et très bien ficelé et surtout non dogmatique.

Pour ceux qui songent à passer aux standards, c'est indéniablement un must, surtout maintenant qu'il est disponible en français. Cerise sur le gâteau, la relecture technique française a été confiée à Olivier Meunier (Monsieur DotClear). Laurent Denis et moi-même avons co-signé la préface (Ah, d'ailleurs, si vous croyez trouver un scoop dans la préface, sachez que c'est une bourde de la part des auteurs !). La traduction a été réalisée par Sébastien Blondeel, et ça me fait tout bizarre de me retrouver à nouveau à coté d'Eric Meyer, lequel (en plus d'avoir travaillé avec moi chez Netscape TE/DS), avait été contributeur technique aux cotés de J. David Eisenberg, un autre pilier d'A List Apart.

Bref, si vous avez aimé OpenWeb, vous allez adorer le livre de Zeldman en français... Pour tout vous dire, j'ai tellement aimé ce livre lors de sa lecture que j'ai pensé participer à sa traduction !

Partager

En vrac

Partager

Les véhicules polluants en ville

La voiture propre n'en finit pas de sortir des cartons, nous dit Libération en enfonçant le clou : Le 4 x 4 pèse 9 % du marché en France, contre 1 % il y a dix ans. Il consomme en moyenne 32 % de carburant et rejette 80 g/km de CO2 de plus qu'un véhicule moyen.. Mais tout n'est pas si sombre : Denis Baupin contre les 4x4 à Paris nous explique 20 minutes : La mairie de Paris étudie la mise en place de normes de pollutions qui excluraient de fait les véhicules 4x4, particulièrement polluants, déclare l'adjoint au maire chargé des transports Denis Baupin.

Pour répondre aux questions de mon billet d'hier sur un sujet comparable.

  1. Quand j'ai voulu changer mon scooter 2 temps, j'ai choisi un 4 temps, moins polluant et consommant aussi peu ;
  2. Ma moto ? Je ne l'ai pas choisie :-) Elle appartenait avant à mon cousin qui est parti vivre à l'étranger. C'est un véhicule de collection qui sert très peu (à mon grand regret). Quand elle roule elle consomme environ 4 à 5 litres aux cents km.
  3. Ma voiture ? Elle me sert le moins possible, et jamais pour me déplacer seul en ville. Mais avec deux enfants et des parents en province ou en banlieue, elle m'est indispensable les rares fois où je m'en sers.

Bien sûr, j'ai trois véhicules et on pourrait me taxer d'odieux pollueur. Mais justement ! La vraie problématique n'est pas tant de fustiger le blaireau en 4x4. Le vrai challenge, c'est que chacun d'entre nous réfléchisse à son mode de déplacement et prenne des mesures simples pour réduire les rejets de CO2. Si Sartre écrivait l'enfer, c'est les autres, j'écrirais plus simplement aujourd'hui (et sans volonté de me comparer à Jipé ;-) le problème, c'est nous, mais ça n'est pas une raison pour ne rien faire, au contraire !

Partager

mercredi 6 avril 2005

Livre blanc sur Firefox, par Uperto

Uperto, la filiale Open Source de Devoteam, vient de sortir un livre blanc sur Firefox (enregistrement nécessaire). J'ai eu le plaisir de relire une pré-version de ce beau bébé de 50 pages qui aborde Firefox sous toutes ses coutures :

  • Historique ;
  • Plugins et extensions ;
  • Conseils et astuces ;
  • développer en XUL ;
  • Enjeux stratégiques et techhniques ;

Voici un document à glisser de toute urgence sur le bureau de votre directeur informatique ou responsable micro !

Partager

Draguer en grosse bagnole ne sera plus jamais comme avant

Une récompense dont Volkswagen se serait bien passé : la palme d'or du véhicule le plus polluant pour le VW 4x4 Touareg V10 et ses 346g de CO2 au kilomètre. Rappelons que la Toyota Prius est à 104g/km.

Et votre voiture, pouvez-vous dire combien de CO2 elle rejette au kilomètre ? Est-ce que son taux de rejet de CO2 a été un critère pris en compte quand vous l'avez achetée ? Sera-ce le cas pour votre prochain achat de véhicule ?

Partager

Envie de changement !

Euh oui, je parle de moi, là. J'ai envie de changer plein de choses... Le printemps n'y est sûrement pas pour rien. La fatigue aussi...

  1. Envie d'avoir un ordinateur fiable, alors que mon ancien Samsung a commencé à donner des signes de faiblesse en fin d'année dernière. Ca n'a l'air de rien, mais quand on passe beaucoup de temps sur sa machine, c'est important. (Normalement, avec le Mac ça devait être résolu, mais j'ai quelques soucis de stabilité, je suis à peu près sûr que d'avoir retiré une barette de mémoire probablement défectueuse a résolu le problème) ;
  2. Envie de changer de cadre, et d'arrêter de cliquetiquer sur ce clavier depuis mon salon, alors que ma famille s'agite en arrière-plan. Cela plombe l'ambiance familiale, et le fait d'avoir mon bureau dans le salon m'empêche de séparer ma vie familiale du reste (à défaut d'appeler cela ma vie professionnelle). Solution : en cours, va de pair avec le point suivant ;
  3. Envie plus que jamais de trouver un job (chercheur à l'Agence ne convient vraiment pas, comme je m'y attendais). Solution : en cours depuis beaucoup trop longtemps ;
  4. Envie de changer le Standblog, qui approche maintenant de sa troisième année. Envie de tenter une expérience, celle de faire réfléchir le lecteur. C'est pas gagné... Solution : voir plus bas...
  5. Bon, pour la femme et les enfants, on va les garder tels quels, ils sont vraiment très bien ;-)

Mais revenons au Standblog (pour le reste, je vous tiens au courant dès que possible, si d'aventure cela vous intéresse).

Trop de gens me voient comme une caricature (l'homme à abattre) ou un modèle (le type qui a tout compris), sur des sujets aussi divers que le respect de l'environnement, les standards du Web, le logiciel Libre ou encore les vilenies de Microsoft.

C'est beaucoup trop réducteur.

Je ne veux pas prêcher pour les convaincus. Je ne veux pas (ou plus) prêcher du tout. Pour un évangéliste, c'est bigrement significatif, comme changement !

A dire vrai, je ne vais probablement pas réussir à arrêter comme cela. Cela fait trop longtemps que je tiens ce rôle, lequel correspond fondamentalement à mon caractère.

Pourtant, je vais tenter, dans mes prochains billets, de tenir un propos plus nuancé, qui reflète mieux la complexité du monde. Paradoxalement, mes billets seront probablement plus polémiques, car si rien dans ce monde n'est ni tout blanc ni tout noir, chacun se plaît à avoir une vision bien contrastée (voire binaire) du monde, celle des bons contre les méchants.

J'ai tenté cela à plusieurs reprises, et on ne peut vraiment pas parler de succès. Sur des sujets comme la marchandisation des blogs (amenée très maladroitement, la migraine est mauvaise conseillère), la pollution automobile, les dangers de l'obsolescence programmée, j'ai plus ou moins bu le bouillon (et encore, j'ai réussi à éviter de parler du Pape !).

Je pourrais décider d'arrêter cette démarche et brosser le lecteur dans le sens du poil. Choisir mon camp et m'y tenir. Ca serait effectivement plus facile. Mais j'ai envie d'autre chose. Peut-être que justement, tenter de faire réfléchir le lecteur, c'est un des composants de la qualité du contenu. Je n'en sais rien encore. Quoiqu'il en soit, je veux tenter l'expérience, et le cobaye, c'est toi, ami lecteur !

Partager

En vrac

Partager

Le joli iPod contre les vilains barbus en sabots

L'iPod dans la ligne de mire des écologistes (via Quotidien durable).

En substance, ce que certains reprochent à Apple, c'est de vendre des appareils dont la batterie est prévue pour durer trois ans et n'est pas remplaçable par l'utilisateur.

Par ailleurs, dans trois ans, le modèle sera remplacé par une nouvelle version plus rapide, plus jolie, plus petite, plus performante (rayer les mentions inutiles) en tout cas plus à la mode. Le marché sera saturé d'ici-là, on sera donc dans un marché de renouvellement. Tout le monde étant déjà équipé, la seule façon d'en vendre de nouveaux est de faire jeter les anciens aux clients. A cet effet, les produits sont conçus dès le départ pour devenir obsolètes.

Est-ce qu'Apple est la pire des boites dans ce genre ? Non. C'est une tendance généralisée, qu'on retrouve aussi dans l'électro-ménager ou encore la téléphonie mobile. La preuve ? Quiconque disposant d'un téléphone portable de plus de deux ans le trouve probablement moche (ou en tout cas démodé).

On peut voir les choses de la manière suivante : c'est une façon de faire marcher le business, de soutenir la sacro-sainte croissance, élément qui semble bien indispensable à notre système[1]

D'un autre coté, l'iPod, et bien d'autres produits électroniques comme les mobiles, les ordinateurs, les appareils photo numériques, sont bardés de métaux lourds, de mercure pour les affichages à cristaux liquides, de plomb dans la plupart des batteries. Et les métaux lourds, il est impératif de les recycler, car rejetés dans la nature, ils sont mortels pour les animaux et leurs prédateurs (dont... l'homme). Recycler coûte cher, comme mettre en place un circuit de collecte, et cela va se ressentir sur le prix de vente, mais c'est absolument nécessaire. Et que que ceux qui ne jurent que par la croissance se rassurent : le recyclage crée des emplois ! Pour les autres, on peut se demander si cela vaut le coup de changer tel ou tel équipement (mobile, iPod, appareil photo, ordinateur...), juste pour le plaisir de succomber à la pub et à la mode. Ne peut-on pas attendre encore un peu pour en changer ?

Notes

[1] je ne suis pas économiste, mais j'ai quand même des doutes à ce sujet...

Partager

mardi 5 avril 2005

Trou de sécurité dans Firefox et Netscape

Publié par Secunia, relayé par le très rapide Niko, qui s'offre deux mentions de suite dans le Standblog (comme Bill Gates ;-) )

Ouch !

Mise à jour

Le bug est corrigé dans la release candidate que j'ai installé juste après avoir publié ce billet (sans avoir le temps de mettre à jour le blog). La version que j'ai installée est celle qui est mentionnée par Asa sur son blog : le 5 avril au matin (heure de Californie). Malheureusement, cette version n'a pas été retenue, comme l'explique Asa.

En substance, si vous voulez ne plus être vulnérable en attendant que sorte la 1.0.3 (dans les heures à venir, j'espère), deux possibilités s'offrent à vous :

  1. désactiver Javascript
  2. utiliser les binaires initialement mentionnés

Partager

Un monde merveilleux

Oui, je sais, je parle encore de Microsoft, mais je vous promets que je n'y peux rien s'ils multiplient les âneries !

Partager

Discussion avec le monsieur sécurité de Microsoft France

Mise à jour : le billet est de Christophe Bardy et non pas d'Olivier Rafal, même si le blog indiquait le contraire. Le gabarit a été modifié depuis, et toute indication de l'auteur a disparu au moment où j'écris ces lignes. Merci à Olivier Rafal d'avoir mentionné ceci.

Discussion fascinante avec Bernard Ourghanlian (Monsieur Sécurité chez Microsoft), par Olivier Rafal Christophe Bardy (du Monde Informatique). Quelques extraits :

De l'aveu même de Bernard Ourghanlian, une version de Windows XP sans service Pack peut être compromise en moins de deux minutes, si elle est connectée sans précaution à Internet. A la décharge de l'éditeur, c'est aussi le cas de la plupart des vieilles distributions de Linux, mais aussi, du moins en théorie, des anciennes versions de Mac OS X, même si elles sont moins ciblées par les hackers.

Certes. Mais que faire ?

Le premier conseil est d'installer directement Windows XP SP2 en utilisant un CD-Rom adapté (l'éditeur en fournit un par courrier sur simple demande).

Ah bon, nous voilà rassurés. quoique... On sait bien que le Service Pack 2 d'XP est une véritable cochonnerie, au point que seulement 24% des machines d'entreprises équipées d'XP sont passées au SP2 aux USA.

Mais alors, pourquoi donc faudrait-il faire une demande de CD par courrier, alors que le téléchargement est bien plus rapide ? Olivier Rafal Christophe Bardy nous livre la réponse, et j'hésite entre hilarité et consternation :

Le temps de patch via Internet d'un SP1 ou d'un XP basique est en effet supérieur à l'espérance de survie de ces moutures sur Internet...

Ca me rappelle cette histoire d'un collègue qui n'arrivait pas à installer réinstaller XP sur sa machine : elle était systématiquement infectée par un ver pendant l'installation. Il a suffit qu'il débranche sa machine de son modem ADSL pour que l'installation fonctionne !

Mais j'ai gardé le meilleur pour la fin :

(L)es lacunes des anciennes moutures de Windows ont été largement exploitées par les hackers et les réseaux de botnet se sont multipliés - on appelle botnet des réseaux de PC zombies connectés à Internet et compromis par des pirates pour des attaques concertées. Pour Bernard Ourghanlian, ces botnet sont aujourd'hui une menace pour l'ensemble des utilisateurs y compris les entreprises. Leur taille est en effet telle qu'ils peuvent par simple attaque en déni de service faire s'effondrer les plus gros sites web ou les infrastructures d'accès frontales à Internet des plus grandes entreprises. Dans son travail de cartographie de ces réseaux souterrains, Microsoft a recensé un mastodonte rassemblant 140 000 machines, largement de quoi menacer les réseaux des plus gros opérateurs internet par déni de service.

Voilà qui n'est pas rassurant. Je vous recommanderais bien d'installer le Service Pack 2 d'XP, mais voilà, le contrat de licence est inacceptable...

Partager

lundi 4 avril 2005

En vrac

Partager

vendredi 1 avril 2005

En vrac

Partager

Quand l'accusé et le juge partagent une pizza !

Voilà, c'est la fin de l'altercation. J'ai tiré le premier, Loïc a répondu, il en a remis une couche, et j'ai posté ce commentaire sur son blog :

Pour montrer qu'il ne s'agit pas de jalousie, je suis prêt à inviter Loïc à manger une grosse pizza, au Paparazzi (s'il daigne répondre à mes mails).

Ca tombe bien, j'aime bien la pizza, et j'ai de bons (et lointains) souvenirs du Paparazzi.

Aucun de nous ne sortira grandi de cette polémique qui enfle avec une blogosphère qui s'est faite une opinion sur les deux hommes avant même de vraiment lire nos billets respectifs.

Ca, c'est peut-être la plus grosse bêtise que j'ai fait en publiant mon billet. J'ai cru que les gens le liraient et réfléchiraient. Grossière erreur de ma part. En effet,

J'aurais du penser à cela avant de faire un billet nuancé (j'insiste) au ton provoc' (mettez ça sur le compte de ma migraine). Comme quoi...

Comme quoi il n'est pas bon de donner des messages différents dans le fond (billet équilibré, quoi qu'on en dise), et la forme (ce que certains ont pris au premier degré). Dit comme ça, c'est une évidence, mais c'est encore plus flagrant a posteriori quand on a un exemple sous les yeux (et qu'on a fait soit même la bétise connerie). Dans une certaine mesure, et au niveau de la forme, c'était un troll. Donc, ça n'était pas très malin de ma part...

Pour répondre au billet enflammé de Loïc qui crie au complot, j'ai rajouté ceci :

Quant à Olivier Meunier et son commentaire agressif, il faut le prendre avec indulgence (pas facile, j'en conviens). Le pauvre, qui est déjà connu pour son mauvais caractère, vient d'arrêter de fumer. Que le premier qui n'a pas eu envie de se lâcher sur un commentaire en trollant lui jette la première cartouche ! ;-)

Il ne faudrait pas voir cela comme un complot. Vraiment.

Et la conclusion :

Alors Loïc, Regina ou Calzone ?

Ce a quoi Loïc a répondu :

Donc pour moi ce sera une Calzone et cela me gênerait beaucoup d'être invité par une star du logiciel libre, le côté obscur de la force sera ravi de prendre l'addition, je ne voudrais pas abuser des donations que vous recevez :-)

Wooohooo :-) !!!

Pour ceux qui ont du mal avec les textes longs et les idées subtiles, pour ceux à qui ils faut des images sinon ils n'impriment pas (oui, c'est une citation), il y a la BD qui résume tout, (Bravo à Yann Rocq pour la justesse de l'analyse en si peu de mots).

Pour faire pénitence, je vais méditer l'une des phrases les plus profondes de l'un des grands penseurs du siècle dernier (vous avez tout de suite pensé à l'incontournable Pierre Desproges) :

il vaut mieux fermer sa gueule et risquer de passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.

Bêtement, je m'étais trompé de ligne dans mon livre de citations, et j'ai écouté la devise du regretté blog de Pierre Carion :

Ca n'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule.

Enfin, il faut bien le reconnaître, puisque l'info est publique, toute cette histoire vient d'une stupide querelle d'investisseurs qui sont en désaccord sur le pacte d'actionnaires de notre prochaine start-up à Loïc et à moi.

Finalement, Loïc lèvera les fonds, moi je serais la caution intellectuelle libriste, Laurent alias le Capitaine se mettra à poil pour faire monter l'audience et Olivier, cette charogne hystérique qui vient de publier son CV, sera au fond de la mine (où il pourra fumer en cachette) à pousser des wagonnets, et on se relayera pour lui botter le cul, à cette feignasse !

Partager