février 2007 (40)

mercredi 28 février 2007

Discussing the Mozilla Manifesto, part 6/10

Principle #7:

Free and open source software promotes the development of the Internet as a public resource.

Most, if not all, of my readers know that the Internet is running mostly on free and open-source software, at least on the server side. But the Manifesto is not just talking about this aspect of things: open source software limits the odds of having a proprietary approach of the Internet.

It is also to noted that both free software and open source software are mentioned in this principle. This is, in my opinion, that Mozilla is not taking side between the two camps, even if the "open source" expression is more often used, since there is no possible confusion between "free as in 'speech'" and "free as in 'beer'".

Principle #8:

Transparent community-based development processes promote participation, accountability, and trust.

This principle can actually be split in two:

  1. Transparency leads to accountability and then trust. If the Internet is a public resource, then it must be owned by the public. For the public to trust it, there must be accountability, which derives from transparency.
  2. community-based development processes promote participation, then trust. As not everyone can judge of the quality of project as complex as Firefox or Thunderbird without getting deeply involved in it. Therefore the project has to be open to anyone to contribute, with contribution being peer-reviewed.

Since I'll be away, comments are closed on my blog. But readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup.

Partager

mardi 27 février 2007

Discussing the Mozilla Manifesto, part 5/10

Principle Number 6:

The effectiveness of the Internet as a public resource depends upon interoperability (protocols, data formats, content), innovation and decentralized participation worldwide.

As a Standardista myself, this principle is one of the most important. The Web is what is is – a global public resource – thanks to interoperability. Too many of us take this for granted, but it's not, actually. As the Web grows, it becomes more an more tempting for large organizations to own a part of it. To fully understand the importance of interoperability, are are two anecdotes:

  1. I remember how hard it was for me to share documents with friends, before connectivity became mainstream. I had a Mac (yes, already), and sharing a document mixing text and images was a total pain! Floppy disks used different formats on Mac and PCs, different character sets (I needed accents for my French docs), and different file formats. Now with Wikis, blogs, email, sharing is much easier than before. I can share my pictures with millions of people in a minute.
  2. Two parts of the Internet which are not interoperable are Instant Messaging and VOIP. If you want to send instant messages to friends, you have to make sure that they use the same system as yours. If not, then you'll have to subscribe to the same network as theirs, install a specific piece of software (which may or may not be available for your OS of choice). Things are pretty much the same with VOIP. You have to choose your network and tools (Skype, Wengo, Gizmo...) to match the choices of your friends. Could we imagine something similar with traditional phones? Would the phone industry had reached such a broad audience if people had to subscribe to different phone operators, own a different phone for each company, and make sure to use the right one for reaching specific people? No.

As we can see, Interoperability is key if we want the Internet to reach its full potential[1]. But for this, we need to understand that corporate interests may think differently: to maximize their own profits (by making a part of the Internet proprietary), they may make choices that would reduce the overall value of the Internet.

Let's now revisit the end of principle number 6:

The effectiveness of the Internet as a public resource depends upon (...) decentralized participation worldwide.

This is another very interesting feature of the Internet, and one that helps making it a public resource: there is no central point of entry. You don't have to ask authorization to any specific organization to "set up shop" (or any other of kind of site). You just need connectivity, an IP address, an inexpensive server and a domain name – all of these are available in virtually unlimited supplies – and there you go! You can invent, innovate, experiment, share, publish, leverage existing resources, provided that you respect existing standards. Restriction may applies, but it's very unlikely that some so-called authority will shut down your servers (this may be a reason why there are so many scams on the Internet, by the way).

Since I'll be away, comments are closed on my blog. But readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup.

Notes

[1] I'm using W3C's tag line here on purpose.

Partager

lundi 26 février 2007

Discussing the Mozilla Manifesto, part 4/10

Principle Number 1:

The Internet is an integral part of modern life - a key component in education, communication, collaboration, business, entertainment and society as a whole.

This may sound like stating the obvious, but let's not forget that in order to understand the 9 other principles, we need to find common ground, The Internet is an integral part of modern life, but we also need to put the Internet in context: it's a matter of education, communication, collaboration, business and entertainment, as many people may have a narrower view of what the Internet is about. At the end of the day, it's about society as a whole.

Principles Number 2 and 3:

The Internet is a global public resource that must remain open and accessible.

The Internet should enrich the lives of individual human beings.

Mitchell, in this second principle, again mentions the fact that it's a global resource. But what's new at this point is itspublic nature. This public resource should have a positive impact on people's lives. This is now less obvious as we may think: the Internet may be used in ways that are against people will. Think privacy breach, surveillance... DRM, in these regards, are significant.

Principles Number 4 and 5:

Individuals' security on the Internet is fundamental and cannot be treated as optional.

Individuals must have the ability to shape their own experiences on the Internet.

This may go without saying, but has to be stated. First, the cyberspace needs to be as secure (or even more) as the real world, at least in advanced societies. Also, freedom goes with using the public space as you want, not as some organization wants you to do. When we discussed the Manifesto before posting it publicly, we considered using the word sovereignty over one's data. I like the concept of this, but it was considered too hard to get on a global scale, so this sentence has been reworked.

Since I'll be away, comments are closed on my blog. But readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup.

Partager

vendredi 23 février 2007

Discussing the Mozilla Manifesto, part 3/10

In my previous post, we have seen that in the early 2000's, the Web did not have a bright future. This is when the Mozilla project started to gain steam.

The Mozilla project uses a community-based approach to create world-class, open source software, and to develop new types of collaborative activities. We create communities of people involved in making the Internet experience better for all of us.

This sums it all:

  1. we ship great Open-Source software
  2. We do this with a community-based process
  3. we do it for a better Web experience for all of us.

But we don't want to be alone in this:

People are needed to make the Internet open and participatory - people acting as individuals, working together in groups, and leading others. The Mozilla Foundation is committed to advancing the principles set out in the Mozilla Manifesto. We invite others to join us and make the Internet an ever better place for everyone.

In my next post, I'll start discussing the 10 principles of the Mozilla Manifesto.

Since I'll be away, comments are closed on my blog. But readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup.

Partager

jeudi 22 février 2007

Discussing the Mozilla Manifesto : part 2/10

The following sentence is mentioning a few interesting concepts:

The Mozilla project is a global community of people who believe that openness, innovation and opportunity are key to the continued health of the Internet.

Mozilla is global, just like the Internet. Of course. But while the official language for the project is English, it's a bit too easy to forget that it's truly a global effort. Developers come from around the world, regardless of their country of origin. Localization (translation) of our products and our website is currently done in more than 40 languages. This is to be constantly reminded so that we don't forget it, even if all contributors read and write English.

Mozilla is a community. I know it sounds obvious for those who contribute. We're a group of people above all. Not a company. But for the people outside the group, this needs to be reminded.

Openness and innovation are key to the continued health of the Internet. This is also central. The Internet, if we don't take care of it, will not reach its full potential. For this, it has to remain open and innovative. This may sound like hot air for people who are new to the Internet, so I may have to explain this a bit. The Web has been invented by Sir Tim Berners-Lee while he was working at CERN, a European Research Center where scientists came to work, each bringing their own computers. But one major issue there was that most of them were incompatible with each other, making information sharing a major pain (actually, for researchers, not being to share their findings was a major hurdle in their daily work). Then Tim Berners-Lee has invented the Web in order to address this issue, and all computers, provided that they implemented Web standards (the HTML language, the HTTP protocol and the URL notation) and the TCP/IP network protocol, could publish and display documents, even if the computers were not of the same brand and did not use the same operating systems. The "islands of informations" could easily be connected and knowledge accessed. This was the initial promise of the Web: access information whatever the kind or brand of computer you use. Fast forward to 1995 : Netscape is offering a simple, graphical, easy-to-use Web browser to millions of people. Microsoft, afraid of this Internet thing which threatens its Windows business – who needs Windows if you can access the Web with any kind of Operating System? – decides to "cut off Netscape's oxygen supply" by shipping its Internet Explorer Web browser with every copy of Windows, which has a monopoly. In a few years of time, Netscape is dying because nobody needs its browser anymore, as an equivalent is available for free[1] with Windows, which is bundled with every new PC. Netscape had been competing against each other, and aggressively innovating to differentiate. Now that Microsoft has the monopoly on Web browsers, there is no more innovation. In 1999, Internet Explorer 5.5 (IE 5.5) is shipping. In 2001, IE6 is released, which brings very little improvement over IE 5.5. Soon after this, Microsoft disbands the IE development team. Meanwhile, all Web authors start limiting their work to IE, which has a monopoly. The situation then is a total paradox:

Web authors now make all of their content for a specific browser, which is not actively improved anymore. That browser is tied to a single Operating System, Windows. When we remember that the Web was created in order get rid of Operating Systems incompatibilities, the whole situation really sounds crazy. In the beginning of the 2000's, there was indeed a dark cloud over the Web: no more innovation, no more openness, and serious doubts over the future health of the Web.

Since I'll be away, comments are closed on my blog. But readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup.

Notes

[1] Free, provided that you have paid for Windows, that is. ;-)

Partager

mercredi 21 février 2007

Message de service

Standblog en suspens. STOP.

Parti en vacances quelques jours, sans connexion. STOP.

Ai laissé plusieurs billets en anglais à propos du manifesto, histoire de vous occuper. STOP.

Ils seront publiés automatiquement si tout va bien. STOP.

Merci de ne pas bousiller le net pendant mon absence ! STOP.

Bons baisers. STOP.

Partager

Dinner in London after the 1st day of FOWA 2007

Dinner in London after FOWA

From Left to Right:

Edwin Aoki (AOL), David (OpenId), Tristan Nitot (Mozilla), Chris Messina (BarCamp, Citizen Agency), Tarik Krim (NetVibes), Tara Hunt (Citizen Agency), Johnathan Rochelle (Google Spreadsheets), Simon Willison (OpenId).

A wonderful dinner with bright people, discussing about the future of the Web, privacy, community, accountability, Open-Source. Just awesome!

P.S.: I'll be away for almost 2 weeks, so comments are closed and trackbacks are moderated.

Partager

Discussing the Mozilla Manifesto Part 1/10

I think that the Mozilla Manifesto, currently in draft version is very significant for both the Mozilla project, and the Internet as a whole. It's also a defining moment for the FLOSS movement and the Internet industry. So I'll be spending some time to publish a few posts reviewing the content of the Manifesto. I plan to have these posts queued in my wonderful blogging tool to have them published while I'm away on vacations. If things go wrong, don't worry: it's just that DotClear in currently in Beta, and it's also the first time I'll be using the delayed posting feature...

In the following posts, extracts of the Mozilla Manifesto will appear in blockquote elements. My comments will have standard styling.

Let's start with the first sentence of the introduction:

The Internet is becoming an increasingly important part of our lives.

I believe – and many of us within the Mozilla project believe – that we're just at the beginning of the Internet. I speak for myself, but I'm sure that I'm not alone thinking that the Internet, on top of being a wonderful tool, is an opportunity, an amazing promise for mankind. I often say that the importance of the Internet and the Web as inventions are similar to the invention of the printing press, as it defines how people communicate, share, and how culture and knowledge spread in the world.[1]

Readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup.

Notes

[1] There are many important inventions not mentioned here. Some consider that TV is similarly important, but what I like with the Web and the Internet are their decentralized approach, where anyone can contribute, as opposed to TV. An open education system is also very important so that citizens can learn how to read and write, which is key in order to use tools such as books and the Internet.

Partager

Actu Mozilla

Partager

En vrac et en direct de Londres

Je suis à Londres pour The Future of Web Apps, dont le programme est alléchant. J'aurai en particulier l'occasion d'écouter les points de vue d'Adobe sur le futur du Web (tout en Flash et en Flex ?) et celui de Microsoft (quid des standards ? Faudra-t-il disposer de Vista pour accéder correctement au Web ?).

Avant de sauter dans l'EuroStar (bien moins polluant que l'avion), j'ai eu le temps de compiler les liens ci-dessous, mais pas de les publier.

Partager

lundi 19 février 2007

Memento sur les bonnes pratiques Web

Vous savez à quel point je suis fan du projet Opquast, maintenant disponible en anglais, un projet communautaire qui a permis de synthétiser ce qu'il faut faire (et ne pas faire) quand on travaille sur un projet de site Web. Je pense d'ailleurs que tout développeur Web, tout chef de projet Web se doit d'avoir un compte sur Mon Opquast, un outil de suivi de la qualité des sites Web (près de 8000 comptes ouverts !)

Memento Opquast pour les bonnes pratiques Web

Et voilà que débarque chez Eyrolles la version papier des bonnes pratiques Opquast, format Memento. Autrement dit, c'est dans un tout petit format de 14 pages plastifiées, où on retrouve l'essentiel en résumé, un genre d'antisèche des bonnes pratiques Web, lesquelles ont été élaborées par la communauté des développeurs Web et sont disponibles sous licence Creative Commons. Un petit livre rouge framboise écrasée, indispensable pour quiconque est impliqué dans projet de site Web. (Et pour 5 EUR, c'est une bonne façon de montrer à peu de frais qu'on est à la page dans son métier !).

Ils en parlent :

Tiens, tant qu'on est à parler des mementos Eyrolles, je ne saurais trop recommander à tous les switchers de se précipiter sur le Memento Mac OS X, qui vaut aussi 5 EUR et qui vous donnera des tas d'astuces (raccourcis claviers, entre autres) pour mieux tirer parti de votre Mac. (Et puis il y a aussi le Memento XHTML et même le Memento CSS, tout aussi indispensables aux développeurs qui se mettent aux standards). A dire vrai, je crois bien que je vais aller m'offrir aussi les exemplaires qui me manquent dans la collection Memento, dont le Memento Calc/OOo 2, qui me fait de l'oeil !

Partager

En vrac

Partager

vendredi 16 février 2007

Yahoo Music et la Fnac clament en coeur 'les DRM, c'est de la merde' (enfin, surtout pour la musique)

Oui, bon, d'accord, j'exagère. Ils ne le disent qu'à mots couverts, mais ils le disent tout de même !

Dave Goldberg, patron de Yahoo Music explique par exemple :

  • que les DRM De Microsoft "ne fonctionnent pas la moitié du temps" ;
  • que Yahoo Music a déjà fait des tentatives de musique sans DRM, et que retirer les DRM augmente les ventes ;
  • "Il y a déjà beaucoup de musique disponible sans DRM, et cela (NdTles DRM) ne fait que rendre les chose plus compliquées pour l'utilisateurs".

Bref, la messe est dite, et les DRM, pour Yahoo Music, c'est néfaste pour les utilisateurs et les affaires. En substance, les DRM, c'est de la merde !

Et voilà Denis Olivennes, patron de la Fnac, qui enchaîne :

Si elle veut donner une chance à la vente de musique en ligne, l’industrie musicale n’a plus le choix: elle doit ou bien rendre compatible vite ses systèmes de protection ou bien faire une croix sur les DRM.

Globalement, les gens achètent deux fois plus de musique en ligne si elle est sans DRM !

A propos des majors :

ou bien elles convainquent Sony Apple etc de rendre compatibles leurs systèmes ou bien ce changement sera inexorable et elles ne pourront pas y résister. Chaque utilisateur doit avoir la liberté d’utiliser comme il le veut le titre qu’il a acheté et nous sommes clairement dans le camp des consommateurs. Les verrous numériques des DRM sont aujourd’hui une incitation au piratage, rendant paradoxalement la musique plus difficile à acheter qu’à télécharger sur les réseaux P2P ! Il faut que l’achat soit au moins aussi pratique que le piratage !

Je ne pense pas qu’il faille abandonner définitivement les DRM parce qu’il est légitime de trouver un mécanisme de protection de la musique pour les ayants-droits. La création doit être rémunérée. Mais ce mécanisme doit être universel et si les constructeurs sont incapables de s’entendre, il faut l’abandonner. Si l’égoïsme des constructeurs triomphe et si les majors sont myopes, l’abandon des DRM va s’imposer.

On notera la position toute en nuance de Denis Olivennes, qui n'est pas contre les DRM en tant que tel, loin s'en faut. Il est contre si c'est mauvais pour les affaires, et c'est bien le cas, d'après lui, pour la musique. Par contre, il n'a rien contre le principe. Dans le domaine de la vidéo, où il n'y a pas de contenu non protégé, il ne pipe pas un mot, et pour cause : tout ce que vend la Fnac en terme d'équipement vidéo HD (Haute Définition) est bardé de DRM d'un bout à l'autre, à commencer par les fameuses prises HDMI/HDCP. Là aussi, on pourrit la vie des consommateurs, mais c'est moins grave, car ça n'est pas concurrencé encore par le piratage...

(Merci à Pascal pour les liens...)

Partager

The Mozilla Manifesto (v0.8.2)

Introduction

The Internet is becoming an increasingly important part of our lives.

The Mozilla project is a global community of people who believe that openness, innovation and opportunity are key to the continued health of the Internet. We have worked together since 1998 to ensure that the Internet is developed in a way that benefits everyone. We use an open, community-based approach to create open source software and communities of people involved in making the Internet experience better for all of us.

The Mozilla project is best known for creating the Mozilla Firefox web browser. Our community is delivering world class results using our open style and our vision of the Internet as a public resource.

As a result of these efforts, we have distilled a set of principles that we believe are critical for the Internet to continue to benefit both the public good and the commercial aspects of life. We set out these principles in the Mozilla Internet Manifesto presented below.

These principles will not come to life on their own. People are needed to make the Internet open and participatory – people acting as individuals, working together in groups, and leading others. The Mozilla Foundation is committed to advancing the principles set out in the Mozilla Manifesto. We invite others to join us and make the Internet an ever better place for all of us.

Principle

  1. The Internet is an integral part of modern life -- a key component in education, communication, collaboration, business, entertainment and society as a whole.
  2. The Internet is a global public resource that must remain open and accessible.
  3. The Internet should enrich the lives of individual human beings.
  4. Individuals' security on the Internet is fundamental and cannot be treated as optional.
  5. Individuals must have the ability to shape their own experiences on the Internet.
  6. The effectiveness of the Internet as a public resource depends upon technological interoperability, innovation and decentralized participation worldwide.
  7. Free and open source software promotes the development of the Internet as a public resource.
  8. Transparent community-based development processes promote participation, accountability, and trust.
  9. Commercial involvement in the development of the Internet brings many benefits; a balance between commercial goals and public benefit is critical.
  10. Magnifying the public benefit aspects of the Internet is an important goal, worthy of time, attention and commitment.

Advancing the Mozilla Manifesto

There are many different ways of supporting the principles of the Mozilla Manifesto. People and organizations can support the Manifesto through activities that match their expertise and interests. For individuals, one very effective way to support the Manifesto is to use Mozilla Firefox and other open source products that embody the principles of the Manifesto.

Mozilla Foundation pledge

The Mozilla Foundation pledges to support the Mozilla Internet Manifesto in its activities. Specifically, we will:

  • build and enable open-source technologies and communities that support the Manifesto's principles
  • build and deliver great consumer products that support the Manifesto's principles
  • use the Mozilla assets (intellectual property, infrastructure, funds and reputation) to keep the Internet an open platform
  • promote models for creating economic value for the public benefit
  • promote the Mozilla Manifesto principles in public discourse and within the Internet industry

Some Foundation activities – in particular the creation, delivery and adoption of consumer products – are conducted primarily through the Mozilla Foundation's wholly owned subsidiary, the Mozilla Corporation.

Invitation

The Mozilla Foundation invites all others who support the principles of the Mozilla Internet Manifesto to join with us, and to find new ways to make these principles a greater part of our lives.

(v0.8.2)


Readers and Mozilla contributors are invited to discuss the Mozilla Manifesto on the Mozilla.Governance mailing list / newsgroup

Partager

mercredi 14 février 2007

Mozilla présente son manifeste

Ceci est une traduction du billet de Mitchell Baker, CEO de Mozilla, intitulé Introducing the Mozilla Manifesto :


Le projet Mozilla va plus loin que simplement produire de nouvelles de versions de Firefox. Firefox est important, bien sûr, et c'est notre principal sujet de préoccupation pour l'instant. Quoi qu'il en soit, Firefox est aussi très important pour nous, pour atteindre un objectif plus large.

Avec l'aide de plusieurs contributeurs Mozilla, j'ai créé un brouillon de document, appelé le Mozilla Manifesto (le Manifeste Mozilla). Le Manifeste décrit une vision de l'Internet en tant qu'infrastructure ouverte, accessible, et qui enrichit la vie des utilisateurs. Il intègre un engagement d'action de la Mozilla Foundation pour soutenir les principes du Manifeste Mozilla. Il comprend aussi une invitation pour que d'autres nous rejoignent, soit en travaillant directement avec la Mozilla Foundation ou à travers d'autres activités en relation avec le Manifeste.

Les objectifs du Manifeste sont les suivants :

  1. Décrire une vision de l'Internet que les contributeurs Mozilla voudraient voir implémentée par la Mozilla Foundation ;
  2. Parler aux gens, qu'ils aient un profil technique ou pas ;
  3. Faire que les contributeurs Mozilla soient fiers de ce que nous faisons ensemble et que cela nous motive à continuer ;
  4. fournir un cadre pour que d'autres personnes puissent pousser cette vision de l'Internet.

Le Manifeste Mozilla a été présenté à plusieurs centaines de contributeurs, dont les commentaires ont été revus et intégrés à chaque fois que c'était possible. Je vais publier le brouillon actuel du Manifeste Mozilla dans un prochain billet. Je vous inviterai alors à réagir.

Partager

mardi 13 février 2007

En vrac

Voici ce qui ressort de mon agrégateur en ce moment, et que je souhaite partager avec mes lecteurs. Je risque très très occupé dans les 48 à 72 h à venir, et le nombre de billets sur le Standblog risque de s'en ressentir. D'ici mon retour, bonne lecture !

Partager

lundi 12 février 2007

Life sucks until the sun shines

This was one of these moments where you find that everything sucks... I was late for a conference call with Brendan and Xavier Borderie, a French journalist. It was pouring and I was riding my scooter on the slippery paved streets of Paris with too little visibility. I was pretty sure that my jacket would not be waterproof enough and I would end up soaked. I knew I would have to take care of my two kids and feed them in between two conference calls tonight and make sure that they properly made their homework.

And then the clouds started to go away, the sun to shine, and the light was gorgeous. All of a sudden, I started enjoying my ride, and wished that I could share this with my friends and family.

Then I realized I had my point and shoot camera with me, so I managed to stop on the sidewalk (with my scooter, bad me!), and just took this picture :

The Eiffel Tower just after a shower

The Eiffel Tower just after a shower

And you know what? I made it before Brendan on the phone, as I was right on time, and the call went well. And there is a life lesson that I should try to remember: Happiness in my life should not be a function of the weather!

Partager

En vrac

Partager

dimanche 11 février 2007

J'ai éventré une puissante souris avec une pomme

Ca fait 23 ans que le Mac existe, et autant d'années que chez Apple, on foire à peu près tous les modèles de souris. Quand on pense que c'est cet ordinateur qui a popularisé la souris, ça laisse rongeursongeur...

Que ce soit celle de l'iMac (ronde, donc difficile à orienter), la souris BlueTooth (qui bouffe des piles jetables et qu'il faut penser à éteindre le soir si on ne veut pas y laisser sa chemise), ou encore la Mighty Mouse, avec ou sans fil.

La souris Apple 'Mighty Mouse'

La souris Apple Mighty Mouse

Pourtant, la Mighty Mouse avait une grand qualité, au moins sur le papier : elle avait enfin plusieurs boutons, en plus d'une petite boule faisant office de molette en deux dimensions.

La déception ne fut que plus grande, la fonctionnalité ayant été sacrifiée sur l'autel de la forme.

Voici ce que je lui reproche :

  1. Moi qui utilise le click sur la molette (pour ouvrir un nouvel onglet dans Firefox en cliquant sur un lien), j'enrage à chaque fois car ça fonctionne très mal. 3 fois sur 4, on fait bouger la petite boule avant de cliquer, ce qui déplace le document et fait cliquer ailleurs que là où c'était prévu. Rageant !
  2. Bénédicte a tendance à mettre son doigt au milieu avant de cliquer, ce qui fait qu'une fois sur deux, ça fait un clic-droit au lieu d'un clic gauche. Tout aussi exaspérant. J'ai été obligé de désactiver le mode "deux boutons" pour que la souris se comporte comme si elle n'avait qu'un seul bouton.
  3. Bénédicte, en cliquant, avait tendance à serrer plus la souris, et donc à déclencher les deux boutons latéraux (et donc la fonction exposé qui y est associée). Super énervant. Là encore, c'est en désactivant les fonctions "avancées" de la souris (ce pour quoi je l'avais achetée) que cette dernière est enfin devenue utilisable pour Bénédicte (mais du coup, plus pour moi).
  4. La molette est resté l'ultime fonctionnalité utilisée de la Mighty Mouse. Jusqu'à ce que, encrassée, elle ne fonctionne plus que dans un sens !

C'en était trop ! J'ai décidé de la démonter pour la nettoyer. C'est là que j'ai réalisé que la souris, qui vaut quand même 49 EUR, ne pouvais pas être démontée : les différentes parties sont collées entre elles. Une fois encrassée, il fallait la jeter. Décidément, confondrait-on dessin et design, chez Apple ?

Google étant mon ami, j'ai trouvé des pages Web m'expliquant que tenter d'ouvrir ma souris, c'était la condamner à la casse, et d'autres qui m'ont expliquer qu'il était quand même possible d'ouvrir la bête sans la sacrifier. Ce que j'ai fait ! Une fois le démontage et le nettoyage effectués, j'ai réalisé que j'avais une souris Logitech pour PC qui traînait au fond de mon sac d'ordinateur depuis 2 ans. Elle m'a couté 15 EUR, elle a deux boutons qui fonctionnent parfaitement, une molette qui ne s'encrasse pas, et son seul défaut est d'être grise plutôt que blanche et de ne pas arborer un logo en forme de pomme. Mais au moins quand on l'achète, on ne passe pas pour une poire...

Jolie souris, mais mal fichue

La prochaine fois, je vous parle des claviers Apple... :-)

Partager

De passage à la radio étudiante Campus Paris

Dans le studio de la radio Campus Paris

Ambiance décontractée dans le studio de la radio Campus Paris

J'étais donc de passage dans le studio de Radio Campus Paris jeudi dernier, pour parler logiciels Libres et de Mozilla. Ambiance très décontractée, et un peu plus rock n'roll que mes derniers passages chez BFM ou Europe 1 :-)

Le podcast est disponible sur leur site, avec même un petite interview supplémentaire en vidéo. Nicolas, qui m'avais invité, a bien fait les choses, puisqu'on peut même Fuzzez son lien. Allez, Louïa !!!

Partager

samedi 10 février 2007

Quote of the day: The Firefox Computer

The Firefox computer, by Toni Schneider, (CEO of the company that runs wordpress.com) sounds very interesting to me (thanks Paul for the link):

I run a PC at home and a Mac on the road. Their respective operating systems just don’t get me very excited these days. The only thing I car about is that they run Firefox. That’s because my digital day is currently spent in the following apps: WordPress, Yahoo Mail, Bloglines, 30boxes and Google. And they all run perfectly well in Firefox. So as long as I can get to Firefox, I’m pretty much surrounded by everything I need for my work. (...) This leads me to the following conclusion: I want a Firefox computer. A nice, sleek, solid state notebook with a big screen that you open up and it just runs Firefox.

Toni would be pleased to see that such projects are actually on their way. One is a laptop, other are desktop solutions. After all, a Firefox computer makes only sense in a connected environment, at least for now[1].

  • The famous OLPC project is mostly a Firefox computer. It's an inexpensive, tough laptop (solid state, no moving parts such as a hard drive) running a derivative of Firefox.
  • Linutop, which first version is finalised in terms of hardware, and which needs more love in terms of software. [2] It currently runs Xubuntu, a derivative of Ubuntu with the the XFCE desktop environment. It runs Firefox, Thunderbird, Gaim, Abiword (for opening Word documents) and Gnumeric.
  • Easy_Gate, a Linux-based computer including a DSL modem running Firefox, which price is included in the monthly fee charged by French ISP Neuf Telecom.
  • I have been told of other similar projects, but have not seen them yet. Stay tuned!

Update: So, the idea is that when you travel, you need Internet Access so that your Firefox computer can deliver the services you need. But everybody has a computer these days: your friends, your parents, your company, the cybercafés... So what you actually need is just Firefox, and your bookmarks. This is exacty what is trying to solve the Region Ile-de-France, (Parisian region local government), who is going to distribute 175,000 USB keys to high school students. Open Source software will be put on the keys (such as Mozilla Firefox Portable Edition), Thunderbird and OpenOffice.org. So basically, with such approach, any Internet-connected Windows PC becomes yours, provided that you carry with you your computing environment, stored on your USB key.

Of course, the next step is to store all your bookmarks in the cloud, and access it from any Web browser-enabled PC. For now, sites like NetVibes.com, My.Yahoo and the Google Browser Sync Extension compete for offering such a service.

Notes

[1] We'll see how the upcoming versions of Firefox are going to address the off-line issue. This promises to be very interesting.

[2] Full Disclosure: I've been given one of these for testing.

Partager

vendredi 9 février 2007

En vrac, dans mon agrégateur

Partager

Mozilla Europe grants

Mozilla Europe's board has decided by the end of December 2006, as things were clearer on the budget side, to share some of its wealth with other Free / Libre / Open-Source Software projects.

The idea is two folds:

  1. Help volunteer-based project (which usually need money for things like server hosting and other expenses) that either:
    1. build consumer-facing products (like Firefox and Thunderbird do), as Mozilla thinks that we are a part of a larger trend;
    2. help the FLOSS ecosystem at large, locally, in Europe, or worldwide.
  2. stay away from the Mozilla community grant program managed by Seth Bindernagel as we did not want to interfere with it, as it would not help.

Here is a list of the various grants:

  • Fosdem, which is probably the most important event for the FLOSS movement in Europe. Fosdem has been, since 2002, the place where European Mozilla hackers could meet in real life. For the 5th year in a row, Mozilla will be at Fosdem this year, along with many other projects. Thanks a lot, Fosdem!
  • FFII, the Foundation for a Free Information Infrastructure, is a non-profit organization fighting Software patents in Europe.
  • Wikipedia German Project, for being the first non-US Wikimedia community (or chapter, as they say)
  • OpenOffice.org project (via their French CUSoon non-profit association). OpenOffice.org is the obvious choice for users willing to go FLOSS, along with Firefox and Thunderbird.
  • FSF France, for their work for FLOSS in general and giving us a hand when we had server issues.
  • Hispalinux, for the work they do in Spain about FLOSS, where they also help Mozilla.
  • XULFR.org, for their amazing work on XUL development and their upcoming project, which is not yet announced (but very exciting anyway) :-D

It's the first time that Mozilla Europe does such grants, and we would like to do more during the next round. But we had to start somewhere, and leave some room to grow!

Thank you to all of these projects for their wonderful work!

Partager

jeudi 8 février 2007

En vrac

Mon père avait entendu parler de Vista dans les journaux. Comme il voulait l'installer, il m'a demandé d'aller l'acheter et de lui installer, en échange d'un peu de sous (près de 500 EUR tout de même !). Je lui ai dit que j'allais le faire, mais à la place, je lui ai gravé un CD Ubuntu que j'ai installé. Plus tard, quand il est revenu du boulot, je lui ai montré son nouveau "Vista", avec le nouvel "Office" et même Solitaire. Ca fait plusieurs jours maintenant qu'il me dit à quel point Bill Gates est meilleur que Steve Jobs et que mon Mac sou OS X est dépassé par Vista sur son PC. Je vais continuer à me moquer de lui quelque temps, et puis je vais lui expliquer la vérité et lui rendre son argent.

J'ignore si l'histoire est vraie, mais elle a le mérite d'être drôle ! (via les forums Ubuntu-fr.org et l'ami Fred).

Partager

Quand Steve Jobs dit du mal des DRM...

J'ai publié hier un rapide résumé de l'article de Steve Jobs sur les DRM (la version anglaise est sur le site d'Apple). Depuis, l'ami Vinvin en propose une traduction en français MàJ : Vinvin a baclé le truc en faisant juste un Google translate. Ma version est donc moins exhaustive, mais beaucoup plus compréhensible.

Il y a plusieurs choses qui clochent dans le discours de Steve Jobs, mais il est toutefois convaincant. C'est ce que les américains appellent le reality distortion field de Jobs. Autrement dit, son champ de distortion de la réalité, son charisme de vendeur. Le souci, c'est que ça marche mieux en vrai, sur scène (les fameuses keynotes), voire en vidéo que par écrit, justement parce que par écrit, on peur relire les arguments, passer outre les effets pour s'attaquer au fond du message, une fois la forme dépassée.

Par exemple, au paragraphe 9, Jobs considère que les utilisateurs ne sont pas verrouillés par les formats de l'iPod et d'iTunes. C'est faux.

  1. d'une part, les baladeurs lisent le MP3 beaucoup plus que l'AAC à ma connaissance. Et bien évidemment, quand on importe ses CD avec iTunes, c'est en AAC, pas en MP3. Pour éviter cela, il faut aller fouiller dans les préférences, ce que les utilisateurs normaux font rarement (d'autant moins que la notion de format de compression numérique leur est tout à fait étranger). Mise à jour : les commentaires m'indiquent que l'AAC est plus répandu que je l'imaginais (ou plutôt, plus répandu qu'à l'époque où j'ai pris la décision de tout coder en MP3 pour des raisons d'interopérabilité).
  2. d'autre part, si on importe beaucoup de CD, c'est parce qu'on a un existant. Mais la musique qu'on écoute, celle qu'on vient d'acheter, bien plus que celle qu'on a importé, et donc seuls quelques très bons titres surnagent. Et si on a acheté de la musique pour l'iPod, c'est forcément via le magasin iTunes, donc avec des DRM qui empêchent de passer à un système concurrent, sauf à accepter de tout perdre[1].
  3. Enfin, Steve Jobs considère dans son calcul que tous les iPods vendus sont encore utilisés. C'est oublier un peu vite l'effet de mode, le fait que les batteries vieillissent et poussent au renouvellement. Autrement dit, on peut sûrement considérer que le chiffre de 3% est grossièrement sous-estimé.

Mais finalement, là n'est pas le gros du problème. Pourquoi Steve Jobs fait-il la critique des DRM, alors qu'il en est le premier bénéficiaire, vu son emprise sur le marché des lecteurs audios ? Pour Apple, les DRM sont des barrières à l'entrée qui empêchent les concurrents de se mesurer à armes égales à l'iPod et au magasin iTunes. Qui affirme une telle chose ? Des tas d'analystes, mais aussi la SABAM, équivalent belge de la SACEM : "La limitation d'utilisation de musique téléchargée d'iTunes n'a rien avoir avec les droits d'auteur ou la lutte contre le piratage. Il s'agit d'un choix de Apple, qui veut sans doute stimuler l'achat d'iPods plutôt que d'autres lecteurs mp3.".

Certains pensent que Steve Jobs détecte un changement dans l'industrie et veut laisser penser qu'il en est à l'origine pour cultiver le mythe. Ca n'est certes pas exclu...

Pourtant, je pense que l'intervention publique de Steve Jobs dans le débat a un effet. Car Jobs n'est pas qu'un observateur du marché, c'est surtout un des acteurs les plus puissants, du moins dans le domaine de la musique. Le fait qu'il dénonce les DRM et démontre qu'ils sont imposés par les majors, met ces dernières dans une position encore plus délicate vis à vis des clients, et peut pousser à la prise de conscience par les consommateurs qu'on se moque d'eux. Accessoirement, on peut aussi y voir une démarche hypocrite, celle du type qui dit "c'est pas moi, c'est lui", en pointant du doigts les majors, s'offrant ainsi une virginité à peu de frais.

Une dernière hypothèse émerge dans mon cerveau parfois trop favorables aux théories de la conspiration... Et si Apple avait compris que l'inclusion des DRM dans Vista était mauvais pour le business ? Car on ignore encore comment Apple va procéder pour permettre à ses machines de lire du contenu Haute Définition. Vista, pour sa part, a joué la carte d'Hollywood en bridant complètement le système, à tous les niveaux (périphériques, logiciels pilotes, chiffrement à tous les étages et certification et possibilité de révocation à distance de chacun des composants). Où en est Apple sur ce problème ? Vont-ils eux aussi plier l'échine face à Hollywood ? Ou bien préfèrent-ils voir les DRM s'écrouler au niveau de l'industrie musicale, en espérant voir la même chose arriver pour l'industrie cinématographique ? Je sais que ça peut sembler capillotracté. Mais il y a plusieurs années, rares étaient ceux qui croyaient possible que les ordinateurs seraient bridés par l'entreprise qui les contrôlaient. Et pourtant, Vista est sorti, avec les tristes limitations qu'on lui connaît.

Notes

[1] note : j'ai appris et testé récemment qu'en exportant sur CD vierge la musique achetée en ligne et sans éjecter le disque, on pouvait la réimporter sans perdre les meta-données (titre, album, artiste, genre). Par contre, on y perd très probablement en qualité au passage.

Partager

Citation du jour : Mitchell Baker

Mozilla a été choisi par le World Economic Forum en tant que Technology Pioneer. Mitchell Baker revient juste de Davos, où elle a représenté le projet Mozilla. Elle y a été interviewée, et j'ai bien aimé ses réponses aux deux questions qui suivent :

Question : comment votre organisation contribue directement à améliorer le monde ?

Mitchell Baker : Mozilla aide à ce qu'Internet reste un bien commun. Nous travaillons sur le coté client en développant le navigateur Web Firefox. Notre optique "logiciel Libre" fait que le code source que nous développons est disponible pour tous. Parce que nous travaillons de façon transparente, en développant notre navigateur sur le web de façon ouverte, le savoir que nous générons en développant notre logiciel est librement disponible, en plus des produits eux-même. (...) Notre communauté internationale créer et distribue Firefox dans plus de 50 langues[1], ce qui abaisse les barrières de participation à Internet.

Question : qu'espérez-vous gagner en étant nommé comme Technology Pioneer ?

Mitchell Baker : Mozilla est une organisation à but non lucratif qui crée de la valeur économique, et qui l'utilise cela le bien du public. Je souhaite rencontrer d'autres organisations qui ont des modèles économiques innovants et durables au service du public, pour partager, collaborer et apprendre les uns des autres. Je suis aussi intéressée par rencontrer des gens qui ont des idées intéressantes sur comment Internet peut améliorer la vie de chacun.

On pourra aussi en savoir plus sur Mitchell Baker et sur le projet Mozilla en lisant l'article de Inc.com, Mitchell Baker et le paradoxe Firefox. Long, mais très intéressant.

Notes

[1] Note de Tristan : 39 versions de Firefox seulement pour l'instant, avec d'autres en cours de développement.

Partager

mercredi 7 février 2007

Steve Jobs, d'Apple, se prononce sur (et contre) les DRM

Ma boite aux lettres déborde aujourd'hui de messages m'indiquant la parution sur la page d'accueil d'Apple.com d'un article de Steve Jobs (le mythique patron d'Apple) intitulé Thoughts on music.

Voici un résumé télégraphique de son article. J'ai mis ça avec des numéros de paragraphe pour une critique par la suite :

  1. Certains demandent à ce qu'Apple ouvre les DMR de l'iPod.
  2. Rappelons que les utilisateurs encodant leurs propres CD le feront en AAC ou en MP3, qui sont des formats sans DRM
  3. Le problème vient que la musique vendue sur l'iTunes Music Store (iTMS) est achetée auprès des 4 majors du disques (Universal, Sony-BMG, Warner et EMI), qui contrôlent 70% du marché de la musique mondiale. Ils ont exigé d'Apple que la musique soit protégée par des DRM.
  4. Apple a réussi à leur arracher un accord en promettant que si quelqu'un pouvait pirater ce contenu, Apple devait résoudre le problèmes en quelques semaines, faute de quoi les majors retireraient leur catalogue.
  5. Certains s'amusent à briser les DRM, et Apple doit répliquer rapidement.
  6. Trois possibilité s'ouvrent pour le futur :
  7. 1ère possibilité : continuer dans la même direction, avec chaque fournisseur disposant de son système propriétaire de DRM (Sony, Zune, iPod).
  8. Certains disent[1] que les utilisateurs sont verrouillés par de tels systèmes car la musique protégée n'est pas transférable.
  9. Apple considère que l'essentiel de la musique écoutée sur les iPod n'est pas protégée, à hauteur de 97%.
  10. 2eme possibilité : Apple propose sa technologie de protection FairPlay à ses concurrents. La multipliacation des partenaires augmente les chance qu'une info confidentielle sur le fonctionnement interne du système s'échappe, donc on a une chance beaucoup plus grande que le système soit craqué.
  11. Si le DRM est "craqué", il sera quasiment impossible de corriger le problème pour tous les utilisateurs de FairPlay sur Mac, PC, et les différents lecteurs audio/vidéo. C'est peut-être cette raison qui a poussé Microsoft à passer d'un système ouvert (où le DRM est utilisé par plusieurs constructeurs) à un système exclusif pour le Zune.
  12. En cas d'ouverture du système de DRM à d'autres constructeurs, Apple ne pourra plus honorer sa promesse faite aux majors.
  13. 3eme possibilité : Abandonner complètement les DRM. C'est le mieux pour les utilisateurs. Si les 4 majors acceptent cela, alors Apple adoptera cette option immédiatement.
  14. Pourquoi les majors feraient-elles cela ? Parce que le DRM n'ont pas marché jusqu'à présent, et pourraient bien ne jamais représenter de solution. Aucun système ne s'est jamais développé pour le CD, et ça n'empêche pas, bien au contraire, de vendre des milliards de CD.
  15. Si les majors commercialisent 90% de leur musique sans protection, pourquoi vendre les 10% restants avec DRM ? Il n'y a pas de raison de procéder ainsi. S'il n'y avait pas de DRM, on verrait de nouveaux magasins, de nouveaux lecteurs, et ça serait bon pour les maisons de disques.
  16. Les inquiétudes autour des DRM sont surtout localisés en Europe. Mais Universal (France), EMI (GB), Sony-BMG (à moitié allemand) sont Européens. Ce sont eux qu'il faut convaincre de laisser Apple diffuser leur musique sans DRM pour un marché vraiment interopérable. Apple serait ravi d'aller dans ce sens.

Dans un second temps, je ferais une critique de ce qui est dit, car je reconnais bien la pate de Steve, redoutable rhéteur, qui joue des demis-vérités avec une aisance qui force le respect. En attendant, voici un peu de lecture :

PS : j'ai corrigé a posteriori quelques soucis de mise en forme et un contre-sens dans le paragraphe 13.

Notes

[1] Votre serviteur en fait partie.

Partager

Actu des standards : Formats bureautiques ouverts et Standards dans IE7

  • Le Texas, 3eme état américain exigeant les formats ouverts, après le Massachusetts et le Minnesota. Pour une nouvelle, c'est une bonne nouvelle !
  • IE7 : ce qui change pour les standards du Web.
    • "le support HTML entre IE6 et IE7 est largement inchangé" ;
    • "En définitive, IE7 n'apporte pas de modification fondamentale côté langages à balises..."
    • "le support CSS s'est certes amélioré, mais en comparaison à celui des autres navigateurs modernes, les améliorations sont toutes relatives."
    • "Le DOM, de son côté, était bien en manque d'une réévaluation." "IE7, ici encore, n'est pas d'un grand secours (...)".
    • Mais tout n'est pas noir, surtout coté JavaScript : "Le JavaScript d'Internet Explorer se nomme JScript, mais en dehors de cela il s'agit d'une implémentation assez fidèle du standard ECMA Script - même si elle est moindre que celle de Firefox, forcément : le concepteur d'ECMA Script travaille pour Mozilla...". Et même pour la transparence du PNG : "une dernière doléance, fréquemment exprimée de nombreux développeurs, a été intégrée au moteur de rendu Trident qui anime IE7 : le support de la couche alpha pour les images PNG."

Partager

En vrac

  • Très jolie vidéo à propos du Web et ce qu'il change dans nos vies. La conclusion est très juste : nous devons repenser le copyright, la notion d'auteur, l'identité, l'éthique, l'esthétique, la rhétorique, la gouvernance, la vie privée, le commerce... et nous.[1] Dans cette nécessité de repenser des choses aussi fondamentales, on peut se demander s'il est bon de se reposer intégralement sur des entreprises commerciales ou pas. Chez Mozilla, on pense que non, et c'est aussi pour ça que nous sommes là.
  • Je viens de découvrir une extension Firefox géniale, Tab Effet pour Windows. Elle affiche un effet 3D (façon cube[2]) quand on change d'onglet. Ma (charmante) collègue Kaori de Mozilla Japan démontre l'extension Tab Effect dans une vidéo YouTube. Il faut que je pense à la taquiner pour sa blouse de chimiste et ses oreilles de Firefox lors de notre prochaine réunion !
  • Voici un Podcast de Brendan Eich, CTO de Mozilla, inventeur de JavaScript, co-fondateur de Mozilla.org à propos de Tamarin. Pour ceux qui débarquent, j'ai déjà parlé de Tamarin. Dans le podcast, on peut aussi écouter Chris Wilson (Architecte d'IE7) et des gens de chez Adobe. Un podcast très technique, mais qui intéressera les gourous du JavaScript ;
  • Les passeports à puce RFID sont dangereux et inefficaces. Pierre Vandeginste nous explique brillamment que Big Brother est un con (dangereux). Mais que fait la police ? Mais que fait la presse ?
  • Les Oeufs Windows, par Groland. Sublime ! (Ca serait drôle si ça n'était pas si vrai...). Merci à Stanislas pour le lien ;
  • Le site des extensions Mozilla passe en version 3 Beta. La très bonne nouvelle, c'est que cette version est (enfin ?) prévue pour être traduite dans les différentes langues. On notera aussi un système de validation des extensions, annoncé en novembre 2006 ;

Notes

[1] Les plus attentifs auront remarqué que l'auteur de la vidéo utilise Firefox et Wikipedia, qui sont tous deux des projets à but non lucratifs. On voit aussi IE7, CNN.com, Live.com, Google et YouTube, qui sont commerciaux.

[2] Les utilisateur de Linux avec Beryl ou de Mac (changement d'utilisateur) reconnaîtront l'effet sans peine. Mais sur Windows, c'est encore rare, surtout sous XP.

Partager

Développement XUL et Mozilla : la table ronde

La semaine dernière, lors de solutions Linux, a été organisée une table-ronde sur XUL et Mozilla. Ce fut la conférence la plus fréquentée du salon, et l'organisateur a du, compte tenu du nombre d'inscrits, dédoubler la salle pour que tout le monde puisse rentrer ! XULfr propose un compte-rendu de cet évènement qui a rassemblé une dizaine d'entreprises qui ont spontanément décidé de communiquer sur leurs développement XUL et de partager leur savoir faire :

  • RIFT Technologies a annoncé son produit en expliquant qu'il serait basé sur techno XUL ;
  • Process-One a démontré son produit de messagerie instantanée pour l'entreprise, basée sur les standards (Jabber) et XUL. Voir à ce sujet l'article de TooLinux, qui donne plus de détails ;
  • NextWeb, après une démo, nous a annoncé que son logiciel NextCML devenait Open Source !
  • Gestranet et en particulier sa GestrAssoc (utilisé par un grand parti qui a une candidate aux élections ;-) )
  • 3Liz a parlé de son application de SIG ;
  • Daniel Glazman, de Disruptive Innovations, auteur de NVU et de Composer, a longuement vanté les mérites de XUL et XBL ;
  • Demo fascinante de Scenari Platform, un système de conception de chaînes éditoriales, ou comment générer du PDF, de L'ODF et du Web intelligemment, en XML, à partir d'une source unique ?
  • Paul Rouget, trop modeste, a oublié de mentionner sa démo XUL, où il a construit en quelques lignes de code un navigateur Web opérationnel, avec un peu de JavaScript, de DOM et de XUL. Superbe !

Table ronde XUL et Mozilla à Solutions Linux

Table ronde XUL et Mozilla à Solutions Linux

Partager

mardi 6 février 2007

Actu Mozilla

Partager

De l'importance du choix, y compris pour les moteurs de recherche et les services en ligne

Alors que Microsoft perd toujours du terrain face à Google dans le domaine des moteurs de recherche, Ballmer annonce Vers la recherche, à toute vapeur !. John Battelle a une phrase qui résume assez bien mon opinion :

I can't believe I am saying this (I was a total Mac partisan in the early 90s Mac vs. PC wars), but I really, really want Microsoft to succeed in search and in Ray Ozzie's vision for service-based applications. I also want Yahoo to shake off its funk, as I've written before. It strikes me as important to have as many innovators as possible in this field, as we are at a very critical moment in the development of this young industry. It's too early for one company to win, and I sense that the folks over at Google would agree with me.

Allez, dans mon immense bonté, je vous bâcle une version française :

J'arrive pas à croire que je suis en train de dire un truc pareil (j'étais un partisan intégral du mac au début des années 90 dans la guerre PC contre Mac), mais je veux vraiment, vraiment, voir Microsoft réussir dans les domaines de la recherche et de la vision de Ray Ozzie pour les applications basées sur des services. Je veux aussi que Yahoo, comme je l'ai déjà écris, sorte de sa torpeur. Il est d'après moi essentiel d'avoir autant d'innovateurs que possible dans ce domaine, car nous sommes à un moment clé du développement de cette jeune industrie. Il est beaucoup trop tôt pour qu'une entreprise gagne, et j'imagine que les gens de Google pourraient être d'accord avec moi.

La seule chose qui me gêne dans la position de John Battelle, c'est la notion de gagnant, de société dominante. Pour lui, il est trop tôt. Pour moi, ça ne devrait pas arriver... Il n'en reste pas moins que pour moi, Google a le meilleur service à l'heure actuelle.

Partager

Candidats.fr et vente liée

Un peu de politique, avec deux actualités importantes touchant le monde du logiciel Libre :

Partager

lundi 5 février 2007

La guerre des formats bureautiques continue entre ODF et OOXML

Lequel des deux formats, ODF et OOXML va l'emporter ? ODF est déjà standardisé par l'ISO, déjà utilisé par OpenOffice.org et d'autres projets Libres, déjà mentionné par le RGI de l'administration française. En face, OOXML est soutenu par Microsoft, qui souhaite le voir aussi devenir un standard ISO. Justement, la France, via l'AFNOR, doit rendre un avis la dessus. Formats-Ouvert.org explique ça très bien. Seulement voilà, qui décide au sein du groupe de travail ? Qui est présent au groupe de travail ? Qui paye les présents au groupe de travail ? Sans savoir qui siège, peut-on estimer la neutralité de la décision ?

Du coup, cela déchaîne les passions :

Mais le terrain des normes n'est pas le seul où s'affrontent les deux formats. Il y a aussi l'aspect technique... Ainsi, Microsoft a finalisé son convertisseur de format entre Office 2007 et OpenDocument (voir aussi la dépêche LinuxFR et l'article de LMI).

Voici donc MS Office qui est capable de lire le format ODF. N'est-ce pas le bonheur ? "LE diable se cache dans les détails", dit-on. J'en veux pour preuve la conclusion du Monde Informatique, qui précise bien que si on veut une solution qui fonctionne vraiment avec MS Office, il faut utiliser... le format Microsoft (l'emphase est de mon fait) :

Si Microsoft se félicite de la sortie du "Open XML Translator", le géant américain prévient également qu'il ne s'agit pourtant que d'un convertisseur. "Cela symbolise la reconnaissance d'une stratégie de deux chemins de formats de documents Open XML et ODF, reconnaît Marc Gardette[1], et apporte à Office une plus grande variété de formats. Toutefois, un traducteur n'est pas miraculeux", nuance-t-il, tout en rappelant qu'Open XML, à l'inverse d'ODF, conserve une longueur d'avance sur l'interopérabilité avec les systèmes d'information -à l'image de Duet. En clair, toutes les caractéristiques d'Open XML ne pourront pas être traduites en ODF.

Notes

[1] De Microsoft.

Partager

Pourquoi font-ils "Wouah !" en voyant Vista ?

J'adore cette photo, prise lors du lancement de Vista :

Ballmer et ses acolytes font Wow.

Ballmer et ses acolytes font "Wow" lors du lancement de Windows Vista

Alors je me suis demandé pourquoi ils avaient tous une tête d'enterrement. Voici quelques éléments de réponse (humoristiques) :

Est-ce la licence de Vista qui leur fait peur ?

Le Toronto Star titre Les détails de la licence de Vista font peur :

"Au final, ces inquiétudes sont peut-être la vraie révolution Vista, car elles démontrent une perte sans précédents du contrôle des utilisateurs sur leurs propres ordinateurs personnels. Au nom de la protection des consommateurs des virus informatiques et de la protection des ayant-droits d'un éventuel piratage des oeuvres, Vista retire à l'utilisateur le contrôle de son expérience.

Cory Doctorow aussi trouve cette histoire délirante :

Par exemple, le nouveau système d'exploitation de Microsoft, Vista, (...) a des conditions générales d'utilisation lamentables, qui précisent que "vous ne pouvez pas contourner aucune limitation technique du logiciel" et que Windows Defender, le logiciel anti-spyware qui est livré avec peut supprimer de votre disque dur tout ce que Microsoft n'aime pas, même si cela peut rendre votre ordinateur inopérant.

Est-ce à cause du prix ?

A cause de la stratégie de Microsoft, qui a oublié qui étaient les clients ?

  • The Trouble with Vista, enfonce le clou à propos des DRM : "The people who gain from this technology aren't the people who are paying for Windows.". L'ensemble de l'article l'explique brillament : Microsoft n'écoute plus son client, le grand public. L'auteur cite plusieurs autres exemples, dont le prix (astronomique), le système anti-piratage, le système de mise à jour, et les pop-ups de sécurité bien trop fréquentes, qu'on va donc désactiver ou ne plus lire ;
  • Des emails confidentiels de 2004 sont sortis dans le cadre d'un n-ième procès contre Microsoft. Jim Allchin, l'homme derrière le Zune, écrit à Bill Gates et Steve Ballmer (format PDF) "Je ne sais pas comment, mais notre société a perdu de vue ce qui est important pour nos clients (individus et entreprises). A mon avis, nous nous sommes perdus. (...) Si je ne travaillais pas chez MS, j'achèterais un Mac dès aujourd'hui".

A cause des DRM ?

A cause des mauvaises nouvelles qui pleuvent ?

Grâce à la qualité des petits fours et des goodies ?

A la soirée de lancement, on ressortait avec des licences Vista et des goodies, et les petits fours étaient bon. Mais pourquoi j'ai pas été invité ? ;-)

A cause des nouvelles méthodes de piratage par reconnaissance vocale ?

Le nouveau Windows peut facilement se contrôler à la voix. Trop même puisqu'un fichier audio malveillant serait capable d'exécuter des commandes sur un PC Vista..

Parce qu'ils aiment les chiens ?

Dites "Wouah" (bis) ;

Partager

dimanche 4 février 2007

En vrac

Partager

samedi 3 février 2007

Quelques bribes de Solutions Linux

Voici quelques liens et réflexions sur ce qui s'est passé sur l'édition 2007 de Solutions Linux, pour ce qui fut certainement le meilleur cru depuis la création de l'événement.

Commençons par le poster affiché à coté de l'entrée, qui donne tout de suite le ton (d'autant plus que c'était le jour et le lieu de la sortie officielle de Windows Vista) :

)Peugeot Citroen annonce le passage de 20000 postes sous Linux

Peugeot Citroën annonce le passage de 20000 postes sous Linux

Forcément, ça fait bien sûr beaucoup de bruit :

Pour l'occasion, Novell avait sorti le grand jeu, avec un stand immense, et quantités de démos et présentations, ainsi que de nombreuses machines en libre-service, avec Suse Linux Enterprise Desktop. J'ai testé, c'est assez bluffant, ces effets en 3D, cette transparence et cette intégration de la recherche dans le système, déjà disponibles depuis plusieurs mois (la démo avait été faite tout juste un an auparavant au même endroit). Une mauvaise langue avec qui je discutais m'annonçait que Vista était en train de rattraper son retard. J'opinais et je demandais : "sur OS X ?" et lui de répondre, goguenard, "non, sur Linux !".

Bien sûr, les autres grands étaient là, Red-Hat/JBoss (j'ai aperçu l'OLPC du coin de l'oeil, mais je n'ai pas pu prendre de photo), Mandriva. Il paraît qu'il y avait un stand Microsoft, mais je ne l'ai pas vu.

Quelques liens liés à ces trois jours passés sur le salon :

Partager

vendredi 2 février 2007

Firefox, Thunderbird et OpenOffice.org pour 175 000 lycéens !

Non, vous ne rêvez pas ! C'est le Conseil Régional d'Ile de France qui vient d'annoncer que des clés USB seraient distribués aux lycéens de Seconde et aux apprentis. Dessus, des logiciels Libres en version portable, de façon à leur permettre d'avoir avec eux tout leur environnement bureautique, dans leur poche !

En substance : c'est énorme :-D

Partager

Les DRM, c'est de la merde (ter)

Une vidéo à voir pour qui parle l'anglais, qui semble reprendre le thème à la mode ces temps ci : Les DRM, c'est de la MERDE. En anglais, ils disent "A load of C.R.A.P.", sachant que c'est acronyme de Content, Restriction, Annulment, and Protection (Contenu, restriction, annulation et protection). Pour ceux qui n'aiment pas la vidéo (ou l'anglais parlé), il existe une retranscription de 'A load of CRAP'.

Un doute m'assaille, et si "MERDE" (comme dans la phrase "Les DRM c'est de la merde"), c'était l'acronyme de "Methode pour Emmerder Régulièrement qui Dépense son argent avec de l'Electronique" ? (Si vous avez de meilleures idées d'acronymes, vous pouvez vous lâcher dans les commentaires !)

PS : merci au sympathique lecteur dont j'ai oublié le nom et qui m'a passé ces URL.

Partager

jeudi 1 février 2007

En vrac, en direct de Solutions Linux

alors que Solutions Linux bat son plein avec son lot d'annonces, voici quelques liens, avant qu'ils ne soient périmés ;-) :

Partager