février 2011 (5)

mercredi 23 février 2011

En vrac

Notes

[1] Pour mieux comprendre les enjeux, voici un extrait du discours d'Eben Moglen : Highlights of Eben Moglen's Freedom in the Cloud Talk.

Partager

mardi 15 février 2011

LOPPSI est dangereuse pour 3 raisons

J'ai eu l'occasion d'expliquer à plusieurs reprises tout le mal que je pense de la loi LOPPSI, mais rien ne vaut l'hypertexte pour être didactique, ne serait-ce que parce que c'est du texte - on peut donc relire si on le souhaite - mais aussi et surtout parce qu'on peut cliquer sur les liens menant aux sources. C'est en lisant le site de l'indispensable Quadrature du Net que je suis tombé sur l'argumentaire le plus succinct et pédagogique qu'il m'ait été donné de voir jusqu'à présent.

Voici donc pourquoi le filtrage du Net institué par l'article 4 de la loi LOPPSI est inefficace est dangereux :

  • inadapté : Le filtrage du Net est techniquement inadapté aux réalités technologiques : il ne concerne pas les dispositifs par lesquels les contenus pédopornographiques sont réellement échangés, il est aisément contournable, et pourrait se révéler contre-productif ;
  • inefficace : seule une augmentation des moyens humains et financiers des enquêteurs, ainsi qu'un renforcement de la coopération internationale seraient à même de lutter contre la pédopornographie en faisant retirer les contenus des serveurs et en arrêtant ceux qui les distribuent ou les produisent ;
  • disproportionné : Le risque de surblocage - censure collatérale de sites parfaitement légaux - est inévitable, entraînant de graves atteintes à la liberté de communication.

Sur ce dernier point, il faut savoir qu'il y a des précédents, dont celui de l'Australie, la liste secrète des sites censurés a été publiée. La moitié n'avait rien à voir avec de la pédopornographie. on y trouvait des sites pornographiques (non pédophiles), des sites religieux, des vidéos Youtube, des sites de jeux en ligne, un tour operator et même un dentiste ! (Source : Sydney Morning Herald).

C'est un grand classique de la manœuvre politicienne : on met en place un mécanisme de censure sous prétexte de protéger la société contre la un danger très fédérateur, dans ce cas la pédopornographie. Comme le sujet est scandaleux, il est hors de question de publier la liste des sites censurés (évidemment, ça serait leur faire de la publicité), on autorise donc une administration (plutôt que la justice) à décider qui doit être censuré. Et une fois que le mécanisme est en place, il est facile de l'appliquer à d'autres sujets gênants[1] qui n'ont rien à voir avec le problème de départ, à savoir la pédopornographie.

C'est pour ce genre de travail à la fois de lobbying citoyen (et de pédagogie envers les citoyens et les politiques) qu'il faut soutenir financièrement la Quadrature du Net comme je l'ai fait récemment et faire passer le message autour de vous.

Mise à jour : il n'aura pas fallu attendre bien longtemps après la publication de cet article pour qu'une nouvelle occurence de censure abusive soit dévoilé, cette fois-ci aux USA : 84 000 sites bloqués par erreur dans la lutte contre la pédo-pornographie.

Notes

[1] genre le crime de lèse majesté en Thaïlande qui censure 1200 sites, dont des vidéos de Charlie Chaplin !

Partager

vendredi 11 février 2011

Interview: Realease and the Shogo tablet running Linux

The Realease Shogo Tablet

''The Realease Shogo Tablet''

I've recently had the opportunity to interview a long-time friend of mine, Daniel Schneersohn, CEO of Realease, the company that makes the 10 inch Shogo Tablet I have already written about: Shogo, the tablet you can control, extend and hack ;.

QUESTION: Daniel, can you introduce yourself and your company?

RealEase is a company setup in Hong Kong by 3 French Engineers one based in HK the other two based in France. We realized 3 years ago that to design and build anything electronic our days, we had to be doing from Asia and in particular from the South China region and Shenzhen in particular. But we also quickly learned that without good old western (US or European) ways, the results of what we designed or produced over there was often disappointing. We embark on the idea to setup a company that would bring the best of both world, western design, creativity and software development and China's supply chain, production capability, and rapid response time for development and production

QUESTION: Tell me more about Shogo, your product

After introducing the world first Digital photo frame with WiFi and a touch screen interface in 2008 we realized the potential of what we could design and build using the latest ARM processor now that full version of Linux were becoming available on these processors and we were no longer limited by smaller processors running proprietary OSes with limited APIs The combination of the power of the ARM processor available and now all of them running a full fledge Linux OS with all the world of open source (and free software) tools and libraries that could be used to create new solution was going to make an entire new category of devices possible in the embedded category. We envisioned the happening of the Internet Tablet category at the end of 2008 and started our development. Our idea was simple, we are not Microsoft nor Apple and cannot embark on the development of a proprietary GUI that could run on a tablet device and be feature rich enough to compete on the general purpose consumer tablet category. But we were starting to sense that given what was becoming possible with these devices and at the price we were going to be able to produce them, this was going to create a huge demand for people wanting to create their own tablet as a delivery device for their specific application, or content or services.

QUESTION: so what does the Shogo looks like today?

As we embarked on the development of our ARM based Linux Open source tablet, we were approached by a company at the beginning of 2009 asking us to develop for them a custom tablet for their own application / solution. This is how we teamed-up with UnoWhy of France to develop and product the QOOQ tablet what was launched in France in the fall of 2009 and was the first 10" capacitive touch screen tablet ever. This is a Tablet that is custom-designed for the kitchen with a very rich content dedicated to the Epicurian in us.

Since then, we have designed and developed the 10" Shogo Tablet based on the same ARM processor from FreeScale running Linux with the Qt Development framework. The idea for the Shogo Tablet is to provide a platform, hardware and software for customers who have an application, a solution, some content, or some services that they would like to deliver to their customers on a tablet form-factor. They might already have the application or service, or have the idea or the plan to develop such application or service that will need a tablet device to be delivered or deployed. We needed to create the Shogo tablet as a "Generic" tablet that can be used by these developers to evaluate, prototype and develop their solution before deciding if they would need a custom device for their solution (with specific ID Design and casing and form factor etc... like the QOOQ), or if the Shogo tablet itself with some level of customization would be suitable for their target audience.

We made some changes to the design in order to be more flexible and allow for some customization cosmetic ones like allowing to change the logo the color of the plastic, the entire packaging but also to include or omit some electronic elements like bluetooth, sensors, webcam...

''Inside the Realease Shogo Tablet''

QUESTION: In short, you're enabling companies to follow the famous quote by Alan Kay "People who are really serious about software should make their own hardware."?

It's exactly that! In reality, you can do so much with the hardware available today, look at the QOOQ, when you have a file system custom-designed for what you need it to do, you do not need ultra high speed CPU nor gigantic amounts of RAM because you are not stuffing your environment with software that is not needed.

QUESTION: Why a company should build their future product on top of the Shogo instead of the iPad or a mass-market Android tablet like the Samsung Tab?

Well basically people contacting us start by telling us that they need something else for the following reasons:

  1. They need to be able to use whatever they want to be able to use whatever tools and environment they want and do not want to be limited by what Apple or others are going to make available for them
  2. they want to be able to create an environment they can control 100% for the user of their tablet or their application. Only see the GUI they have created, only allow the use of the applications they want, and if they want to allow to browser the Internet, limit access to whatever site on the Internet or intranet they want. It is meant to be a working device or a single purpose device not a general purpose Internet browsing device they want to be able to customize every aspect of the UI including the device setting menus etc...
  3. they want the device to have no resell value to avoid theft.

Also some people are specifically looking for a device capable to run Qt Development framework to run application developped with Qt.

QUESTION: So what's the next step is for your company?

We have recently released the Shogo, in November 2010, and started to ship it to customers around the world for the past few weeks. Companies are now evaluating the product and prototyping their solution on it. Some of them will do it on the stock Shogo tablet, some other will need customized hardware. Many of them are already hard at work building solutions around the Shogo!

Partager

jeudi 10 février 2011

Loppsi adoptée

Internet est surveillé, contrôlé, censuré - affiche par RSF.org

affiche de RSF.org

La redoutable loi Loppsi vient donc d'être adoptée. Elle est redoutable car elle ouvre la porte au filtrage des sites par une autorité administrative. Autrement dit, une administration va pouvoir décider sans décision de justice de censurer un site Web. C'est un immense pas en arrière en terme de liberté d'expression. Je laisse au député Jean-Jacques Urvoas le d'expliquer cela (c'est un extrait des débats parlementaires) :

À l'article 4, parmi les techniques que vous entendez utiliser pour lutter contre la pédopornographie, figure le filtrage des sites. Nous partageons évidemment vos motivations mais le cocktail que vous proposez nous paraît explosif [...] Je crains que [la lutte contre la pédopornographie] ne soit un prétexte fallacieux, d'autant, les techniciens nous l'expliquent, qu'il ne sera pas compliqué de contourner le blocage. Dans les deux pays qui ont légiféré pour bloquer des sites, l'Australie et la Finlande, l'inutilité de la mesure a malheureusement été démontrée. La liste sera secrète et arrêtée par le ministère de l'intérieur, comme en Finlande. Or, dans ce pays, elle a en réalité été publiée rapidement et elle comportait une longue liste d'opposants à ce projet mais n'ayant rien à voir avec la pédopornographie. Le même phénomène a été constaté en Australie : sur la liste interdite par le Gouvernement, figuraient des sites de poker, des vidéos publiées sur YouTube, des pages de Wikipedia, des sites sur l'euthanasie ou anti-avortement. Les décisions seront prises à la discrétion du ministère de l'intérieur, sans contrôle d'une autorité judiciaire [...] cela revient, ni plus ni moins, à légiférer en faveur de l'arbitraire. C'est d'autant plus dommage qu'existent d'autres solutions ne présentant pas ces inconvénients, tout aussi aisées à mettre en œuvre mais plus respectueuses des libertés.

L'espoir qui reste, c'est que le Conseil Constitutionnel bloque la loi dans son état actuel. C'est d'autant plus inquiétant que la lutte contre la pédo-pornographie n'est qu'un prétexte pour le filtrage et le contrôle d'Internet, comme le souligne Jérémie Zimmerman, porte-parole de la Quadrature du Net :

Le contrôle du Net est à l'ordre du jour du G8 et du G20 présidés par Nicolas Sarkozy, au travers de la notion d'un “Internet civilisé”. Dans ce contexte, il est extrêmement inquiétant de voir le Parlement imposer le filtrage administratif d'Internet. Au même titre que l'HADOPI instrumentalise les artistes et élude la question du financement de la création à l'ère numérique, le blocage de l'accès aux sites ne règle absolument rien au problème de la pédopornographie. Le cheval de Troie de la protection de l'enfance ouvre la porte, par ce vote, à la censure généralisée du Net.[1] Les citoyens épris d'Internet et de libertés doivent agir et dénoncer cette instrumentalisation.

C'est pourquoi j'encourage les lecteurs du Standblog à soutenir la Quadrature du Net, comme je viens de le faire moi même avec un don de 100€.

Lectures complémentaires :

Notes

[1] Le président Sarkozy a déja promis le filtrage aux industries du divertissement: « Plus on pourra dépolluer automatiquement les réseaux et les serveurs de toutes les sources de piratage, moins il sera nécessaire de recourir à des mesures pesant sur les internautes. […] Il faut donc expérimenter sans délai les dispositifs de filtrage. » (Vœux au monde de la culture du Président de la République, 7 janvier 2010, format PDF).

Partager

En vrac et très très en retard

Partager