mai 2013 (8)

vendredi 31 mai 2013

En vrac depuis la Californie

mercredi 29 mai 2013

Is your focus prevention or promotion?

I have been thinking a lot recently about culture and how things are different on each side of the Atlantic ocean. What is the social norm here in Europe is different from what's socially accepted in the US. I've been observing and reading quite a bit on this topic, and earlier today I was reading on Dan's Pink blog a post about a book on prevention vs promotion. Dan asked the authors a couple of questions about focus. Here are their answers:

Some of us are red lights. We’re prevention-focused. Our overriding goals are to minimize losses, to feel secure, and to elude the looming possibility of failure. Some of us, meanwhile, are green lights. We’re promotion-focused. Our overriding goals are to maximize gains, to feel nurtured, and to take chances even if it means making big mistakes. Red lights aren’t better than green lights — or vice versa. But knowing your own focus — and, equally important, knowing the focus of those you’re trying to lead, teach, or woo — can make a huge difference.

The concept is interesting, and it resonates with me significantly. But is being Prevention-focused and promotion-focused innate or is it something we learn?

We aren’t born with a dominant focus, and we all use both promotion and prevention focus at least some of the time depending on the circumstances. But our upbringing at home and the culture surrounding us can make us more promotion or prevention-focused. How were you raised? When you did something wrong, did your parents punish you with extra chores (prevention) or withdraw their attention and affection (promotion)? What culture do you live in? Americans grow up in a society that praises individual accomplishments and loves innovators, making us more promotion-focused (on average) than societies that emphasizes rule-following and self-sacrifice. And yes, we can change over time because situations can put us in a promotion focus or a prevention focus, and when these situations are institutionalized, they can have stable long-term effects, as when people work in a company that itself has a promotion or prevention “culture.”

I would argue that even if I'm mostly prevention-focused, there is a lot more energy and positivity in being promotion-focused, in my opinion.

There is also the concept of motivational fit:

Motivational fit happens when your experience – the way you are working, the kind of task you are working on, or the feedback you receive – sustains or enhances your motivation. Promotion motivation feels like eagerness, a desire to really go for it. Being optimistic, working quickly and creatively, making choices based on the pros of each option, and being offered incentives framed in terms of potential gains all provide a motivational fit for someone who is promotion-focused.

Prevention motivation, on the other hand, feels like vigilance – being careful and on the look-out for problems. Being a realist (or even a skeptic), working slowly and accurately, making choices based on the cons of each option, and being offered the incentive to avoid losses, all create fit for prevention.

What strikes me is that education and parenting in the US tend to favor promotion motivation, while in Europe, prevention is a bigger part of the culture (which probably explains why entrepreneurship is less striving in countries like France).

But what's the impact when giving feedback?

Promotion-focused people thrive on optimism, so it’s really important to keep them feeling positive even when you are delivering bad news. They need to learn from their mistakes, but not dwell on them for too long. They also respond well to praise, and work best when they feel that they are making real progress toward their goal.

Prevention-focused people, on the other hand, aren’t optimists. (At least, the successful ones aren’t.) They are what psychologists call “defensive pessimists.” It’s not that they believe they will fail – that’s just plain pessimism, and that doesn’t work for anyone. It’s that they believe they might fail, if they don’t work hard and take the necessary steps to keep from getting derailed. This kind of thinking keeps them vigilant, and keeps their motivational machine humming.

This brings me to something that I have witnessed very often in my career, with American coworkers giving feedback to European counterparts:

Prevention-focused people are often visibly uncomfortable with too much optimism or praise – on an often unconscious level, they realize that having a sunny outlook would make them lower their guard, and that their work would suffer as a result. So avoid effusive praise with the prevention-focused – instead, give them honest, realistic feedback about how they might improve.

On the other hand, European, often prevention-focused, may sound harsh and/or rude for giving realistic feedback while praises are expected.

Batman slapping Robin

Above: "slightly" exaggerated version of how an American Robin perceives the feedback given by a European Batman ;-)[1]

Of course, this is just a tiny part of the story, but this is a nice explanation of culture disconnect that I have witnessed in global organizations over the year in my career (Netscape, AOL, Sun Microsystems, Mozilla) between Europe and the US. Conclusion? If you're prevention-focused, try to learn more about become more positive, you'll enjoy it. Also, be gentle when giving too honest and straightforward feedback to promotion-focused colleagues. It will mean a lot to them and they'll be listening harder: your message will come across more efficiently.


[1] Please note that Europeans do not slap their American counterparts, as they should not. It's just that straight honest feedback by someone who's promotion-focused feels like slapping when it comes from someone who's mostly prevention-focused.

mardi 28 mai 2013

Neutralité du Net aux USA

Julius Genachowski, patron de la FCC (Federal Communication Commission) termine son mandat. Il a donné son avis sur la neutralité du Net :

Net neutrality was essential for our economy, it was essential to preserve freedom and openness, both for economic reasons and free speech reasons and the government had a role in ensuring that Internet freedom was protected. And so, we jumped into that discussion and it took a number of months, a lot of heated back and forths, but ultimately we adopted a framework to preserve the freedom of openness of the Internet.

Version française, par mes soins :

La Neutralité du Net était essentielle pour notre économie. Elle était essentielle pour réserver la liberté et l'ouverture, aussi bien pour des raisons liées à l'économie qu'à la liberté d'expression. Le gouvernement a eu un rôle à jouer en s'assurant que la liberté d'Internet était protégée. Aussi, nous avons participé à la discussion, laquelle a pris plusieurs mois avec des aller-retours houleux. Mais au final, nous avons adopté un cadre qui préserve la liberté et l'ouverture d'Internet.

Voilà qui conforte la démarche du groupe de travail Net Neutralité du Conseil National du Numérique

vendredi 24 mai 2013

Mozilla s'agrandit et recrute

Mozilla est présent en France depuis ses tous débuts, il y a maintenant 15 ans, et nous ne cessons de recruter de nouveaux employés.

Il y a quelques semaines, nous avons investi de nouveaux locaux dans le centre de Paris, sur les grands boulevards, ce qui n'est pas passé inaperçu.

Dans ces locaux, qu'on appelle un Mozilla Space, on trouve :

  • Beaucoup de place[1] pour les employés (nous sommes maintenant une trentaine en France), équipé avec du mobilier ergonomique
  • Un grand espace pour recevoir la communauté avec un bar/cuisine et un grand écran pour les présentations
  • Des Mozilliens (employés ou bénévoles) brillants qui ont le sens de l'humour et une furieuse envie de faire d'excellents logiciels au service de notre mission : garder le Web ouvert.

La cuisine

Les bureaux, ajustables en hauteur

L'espace communautaire

Pour fêter l'ouverture de ce nouveau Mozilla Space, nous avons décidé d'organiser plusieurs événements, en vue d'accomplir trois choses :

  1. Investir ces nouveaux locaux en y faisant la fête (je vais en parler dans un prochain billet)
  2. Soutenir Firefox OS (un hackathon est prévu le dimanche 9 juin, plus de détails prochainement)
  3. Embaucher de nouveaux employés.

A savoir avant de postuler

Il y a de nombreux fauteuils libres dans le bureau et, si vous[2] cherchez un emploi chez Mozilla, il se pourrait que l'un d'entre eux soit pour vous. Il y a quelques conditions à remplir :

  • Se débrouiller en anglais, langue officielle chez Mozilla
  • Vouloir travailler sur les sujets qui nous occupent, parmi lesquels
    • Firefox OS, notre système d'exploitation mobile
    • Firefox, notre navigateur
    • le domaine de la User Experience
    • et tous les postes listés sur
  • Etre excellent dans votre domaine

Un opportunité de rencontrer les recruteurs de Mozilla

Pour la première fois, l'équipe recruiting de Mozilla, basée en Californie, sera présente toute la semaine dans le Mozilla Space de Paris.

Pour les rencontrer, plusieurs options sont possibles :

  1. Participer au Hackathon du dimanche 9 juin (ils seront là, et c'est une bonne occasion pour les développeurs de démontrer de quoi ils sont capables !). Pour participer au Hackathon, l'Inscription est obligatoire.
  2. Venir déjeuner avec l'équipe des recruteurs le lundi 10 à midi. Là aussi, l'inscription est nécessaire et les places limitées.
  3. En cas d'impossibilité pour les deux premières options, il est aussi possible de regarder quel poste vous intéresse avant d'envoyer votre CV (en anglais) à après avoir sélectionné le poste de vos rêves sur

Voilà, vous savez tout. J'espère avoir le plaisir de vous rencontrer lors de ces événements !


[1] Les dorures exigent au début le port de lunettes de soleil, mais on s'y fait ;-).

[2] Bon, on ne se connaît pas forcément, alors on va se vouvoyer pour l'instant, mais ça ne devrait pas durer…

mardi 21 mai 2013

Quelques astuces pour cultiver le bonheur au quotidien

Dans son livre Comment devenir un optimiste contagieux, Shawn Achor donne une liste d'astuces pour être plus heureux au quotidien. Comme il l'explique, être heureux, c'est à la fois agir sur des aspects importants de notre vie comme donner du sens à notre vie, chercher de nouvelles opportunités, cultiver un état d'esprit optimiste et avoir des relations riches avec les autres.

Mais au quotidien, il y a plein de petites choses qui font qu'on peut se sentir heureux. C'est en combinant ces "petites choses" avec les grandes qu'on l'est encore plus.

Je vous propose donc de passer en revue quelques unes de ces astuces pour être plus heureux au quotidien. Pratiquées régulièrement, elles permettent d'être en moyenne beaucoup plus heureux, d'avoir plus d'énergie pour poursuivre les "grandes choses" dont je parlerai dans les futurs articles.

Anticiper une activité plaisante

Bien souvent, la partie la plus excitante d'une activité est l'anticipation de cette activité. Par exemple, si vous ne pouvez pas prendre de vacances pour l'instant ni passer une soirée sympa entre amis, vous pouvez planifier ces événements, pour dans un mois ou plus. Et quand votre moral a besoin d'un petit coup de pouce, pensez à cet événement. Ca stimule les centres du plaisir de votre cerveau tout autant que l'événement lui-même.

Commettre des actes volontaires de gentillesse

C'est un de mes trucs préférés : donner, partager, avec des inconnus ou avec des amis. Ca réduit le stress et c'est bon pour la santé mentale. Partager un dessert à la cantine, donner une pièce et un sourire au SDF en lui souhaitant une bonne journée, c'est généreux et finalement c'est aussi bon pour soi.


Là, ça fait tout de suite peur ! Mais nul besoin d'aller s'exiler dans un ermitage lointain. Il suffit de prendre cinq minutes par jour pour écouter notre respiration patiemment. On se sent alors plus détendu. Si la pensée dérive, la ramener doucement vers le sujet qui compte à ce moment là : votre respiration. Ca demande certes de l'habitude, mais c'est un exercice très puissant à pratiquer régulièrement pour devenir plus serein. A l'usage, on devient plus heureux et moins stressé.

Provoquer des sentiments positifs dans son environnement

Vous avez remarqué comme certaines personnes mettent des photos de leur famille sur leur bureau ou comme fond d'écran ? C'est une très bonne façon de générer des émotions positives à chaque fois que je change de fenêtre sur mon ordinateur. Voici par exemple une des photos en fond d'écran :

Tour à moto dans le Calvados

Une autre façon de faire est de prendre 15 ou 20 minutes un jour où il fait beau pour aller faire un tour de pâté de maison ou aller prendre un rayon de soleil sur un banc.

Eviter la télévision

Ca n'est pas seulement une question de temps de cerveau disponible vendu à Coca Cola… Des études ont démontré que moins on regardait la télévision, plus on était heureux. C'est encore plus le cas quand on regarde des émissions violentes. Ca ne veut pas forcément dire qu'il faut jeter son téléviseur par la fenêtre (il peut y avoir quelqu'un en dessous ;-) ou l'amener à le déchèterie. Il faut juste essayer de passer moins de temps devant.

Faire de l'exercice

C'est une évidence, mais il faut la rappeler. Aller à la gym ou courir ou même marcher rapidement pendant plus de 30mn peut suffire à réduire le stress et l'anxiété tout en augmentant la motivation. Shawn Achor rappelle une étude sur 3 groupes de patients dépressifs. Le 1er groupe a pris des antidépresseurs, le 2eme a fait de la gym 3 fois par semaines pendant 45 mn, le 3eme groupe a fait les 2. Après 4 mois, les trois groupes allaient mieux, à peu près tous au même niveau. L'exercice montré qu'il était aussi efficace que les antidépresseurs. Mais l'expérience ne s'arrêtait pas là… Les trois groupes ont subi des tests après 6 mois, pour voir où ils en étaient. Sur le 1er groupe (médicaments seulement), 38% des patients étaient de nouveau dépressifs. Ceux ayant pris des médicaments et ayant fait de l'exercice, 31% étaient en rechute. Mais parmi ceux ayant fait de l'exercice, seulement 9% avaient rechuté ! Voilà bien une preuve de l'importance de faire de l'exercice pour aller mieux.

Dépenser son argent (mais pas pour acheter des trucs)

L'argent de fait pas le bonheur, c'est bien connu. Sauf s'il est dépensé pour faire des choses avec d'autres personnes. Accumuler les biens n'est pas source de bonheur, contrairement à ce que voudrait nous dire le marketing des grandes marques. Mais dépenser pour un restaurant, un concert (avec des amis), c'est bien plus satisfaisant que d'accumuler des chaussures ou des vêtements dans un placard.

Faire quelque chose qui nous est propre et dans lequel on excelle

Exercer une activité dans laquelle on excelle est toujours bon pour le moral. Shawn Achor parle de son amie Abby qui adore laver à grande eau le sol de sa maison. J'ai un peu honte de l'avouer, mais laver les vitres de l'appartement ou briquer ma moto (ou mes chaussures) sont pour moi autant de sources d'intense satisfaction ! A vous re trouver ce qui vous stimule positivement. Je suis sur que vous avez de telles activités. Jouer avec un enfant, faire un câlin à votre chat, il y a sûrement quelque chose. Au delà de ces activités toutes simples, il y a aussi la possibilité d'aller plus loin en mettant en pratique un trait qui vous est propre. Il existe un site (gratuit et disponible en français) appelé qui vous propose de répondre à un questionnaire en vue de lister les cinq "forces principales" qui vous sont propres, parmi les 24 forces qui contribuent le plus à l'épanouissement humain. [1] Il suffit de s'enregistrer, répondre aux questions et voir ce qui vous caractérise, avant de décider de pratiquer l'une de ces forces de façon régulière au quotidien pour se sentir plus heureux.

Et maintenant ?

Maintenant, c'est à vous de choisir ce par quoi vous souhaitez commencer. Réduire la télé ? commencer la méditation quelques minutes par jour ? Faire plus d'exercices ? Choisissez quelque chose qui vous ressemble, qui vous convienne, et faites le sans prétention, sans vous comparer à d'autres. Je suis sûr que vous apprécierez le résultat !

Alors, par quoi allez-vous commencer ? Qu'est-ce qui vous inspire le plus ? Dites-le moi dans les commentaires ci-dessous…


[1] Dans un souci de transparence, voici les miennes : 1 - Le pardon ; 2 - Gentillesse et générosité ; 3 - Leadership ; 4 - Amour de l'étude et de l'apprentissage ; 5 - Intelligence sociale. On pourrait résumer ça comme "Pardonner / être gentil / Mener / Apprendre / Comprendre les autres.

vendredi 17 mai 2013

En vrac depuis San Francisco

Voici un peu de lecture pour le week-end, envoyée depuis les locaux de Mozilla à San Francisco.

Mozilla Office in San Francisco

vendredi 3 mai 2013

En vrac du vendredi

mercredi 1 mai 2013

20 ans de Web libre !

Ce billet aussi disponible en anglais sur mon blog Mozilla officiel Beyond the Code sous le titre 20 years of a free Web.

Tim Berners-Lee (co-inventeur du Web) et Mitchell Baker (Mozilla)

Il y a 20 ans cette semaine, le Web a du jour au lendemain changé de nature pour le meilleur. En effet, le 30 avril 1993, le code des premiers outils Web est devenu libre et chacun pouvait utiliser le logiciel, les protocoles et formats sans avoir à payer de royalties.

Pour simplifier, chacun pouvait créer une partie du Web sans avoir à demander la permission. Combiné à la simplicité des concepts (URL, HTML et HTTP) et au fait que HTML était lisible par l'homme (c'est du texte par opposition au binaire), a fait que le Web s'est répandu sur la planète à la vitesse que l'on sait, remplaçant les systèmes propriétaires.

Le 30 avril 1993, le simple fait d'avoir mis les logiciels permettant d'utiliser le Web dans le domaine public a, sans qu'on le réalise bien à l'époque, changé la face du monde.

Robert Caillau l'explique très bien :

Les propriétés essentielles du Web sont finalement peu nombreuses : il utilise le nommage de l'Internet, son modèle hypertexte est si simple qu'il peut grandir à l'infini, il utilise un format texte simple, il est guidé par des standards libres et ouverts auxquels chacun peut contribuer. Et il a été rendu disponible gratuitement dès ses débuts.

20 ans plus tard, le Web est partout. Il a changé le monde, la façon d'apprendre, d'accéder au savoir, de s'informer, de travailler et de communiquer avec nos proches. Il connait des défis qu'il ne faut pas négliger si nous voulons le voir vivre longtemps. Le Web pourrait bien changer la nature de l'autre industrie qui change nos vies, le mobile, si Firefox OS rencontre le succès que nous souhaitons.

En attendant, je souhaite remercier remercier Tim Berners-Lee et Robert Caillau pour avoir pris la bonne décision et fait preuve de désintéressement en donnant le fruit de leur travail au monde. Comme le dit Robert Caillau :

Finalement, nous étions plus intéressés par l'idée de faire quelque chose d'utile plutôt par la perspective de devenir riches. Nous avons donc opté pour la bonne vieille méthode du CERN pour permettre à une technologie de quitter le monde de la recherche. Nous l'avons rendu publique.

Partager plutôt que privatiser, voilà un exemple d'approche - qui est aussi celle de Mozilla - qui a contribué à littéralement changer le monde !