lundi 23 décembre 2013

2003 - 2013 : quelle décennie !

2003-2013.jpg

C'est la fin de l'année, et c'est aussi un moment où les choses se calment, ce qui permet de réfléchir à ce tout ce qui a été accompli ces douze derniers mois. C'est d'autant plus important qu'il y a 10 ans cette semaine, je déposais les statuts de Mozilla Europe en préfecture. Depuis, la structure s'est développé et a été fermée, son activité transférée à une filiale de Mozilla Foundation. C'est donc l'occasion de réfléchir à ce qui a été accompli ces 10 dernières années en Europe.

En 2003, j'ai réalisé que le projet Mozilla était important pour l'avenir du Web, et que à cette période critique du projet (AOL/Netscape venait de s'en retirer), toutes les bonnes volontés étaient nécessaires pour sa survie. J'ai donc décidé de m'investir pour développer Mozilla en Europe sans avoir la moindre idée de ce qui pourrait rendre le projet financièrement pérenne. Heureusement, Firefox 1.0 est sorti un an plus tard, les relations avec les moteurs de recherche ont pu assurer des revenus pour le projet et lui ont permis de se développer.

10 ans ont passé, et Mozilla a énormément grandi, avec un impact grandissant.

La récente infographie de Mozilla en 2013 donne quelques chiffres significatifs : 500 millions d'utilisateurs pour Firefox, 50 millions de téléchargement de Firefox pour Android (et 4,5 étoiles sur Google Play Store !). Coté développeurs, c'est 18 millions de visiteurs et 70 millions de pages vues pour le Mozilla Developer Network. Technologiquement en 2013, d'énormes progrès ont été réalisés, en particulier autour de JavaScript. Une chose encore mal comprise mais qui restera à mon avis dans les annales, c'est d'arriver à faire tourner dans le navigateur du code C++ compilé en JavaScript, au point de permettre de faire tourner des jeux commerciaux basés sur Unreal Engine 3.

La grosse actualité en 2013 pour Mozilla, ça a été le lancement de Firefox OS avec 4 opérateurs, dans 14 pays (dont 6 européens) et 3 combinés, moins de deux ans après le début du projet. Nul doute que 2014 sera aussi une grande année pour Firefox OS, avec pour horizon à long terme le fait que le Web devienne la plateforme mobile de référence en lieu et place des plateformes mobiles propriétaires.

En ce qui concerne Mozilla en France, 2013 a été l'occasion de quitter nos locaux exigus pour des locaux permettant d'accueillir des événements communautaires, soit directement liés à Mozilla (le meet-up francophone, inauguration) soit liés au logiciel Libre et à l'amélioration du Web (il y en a eu des dizaines, ne ne citerai que DotClear et Opquast). J'espère que ça n'est qu'un début.

A titre personnel, 2013 a aussi été une année de changements. J'ai changé d'équipe, passant de celle des évangélistes (qui interagissent surtout avec les développeurs) à l'équipe communication, avec une vocation similaire mais à l'attention de la presse et du grand public. J'ai été nommé au Conseil National du Numérique. J'ai aussi eu la chance de finir une formation passionnante (et particulièrement intense) appelé LEAD (pour "Leadership Exploration And Development"). Cette formation était proposée aux personnes de niveau directeur ainsi qu'à certains bénévoles, reposant en bonne partie sur le développement personnel des individus. Je pense que cette formation a eu un impact particulièrement fort sur moi, venant en renfort sur mon travail autour de la psychologie positive.

Après avoir fini ma formation LEAD, j'ai entendu parler d'un projet appelé TRIBE (pour "Taking Responsibility In Being Excellent"), variante modulable de LEAD. J'ai tout de suite été enthousiasmé par l'idée de proposer une formation de ce genre au plus grand nombre chez Mozilla, autant aux employés qu'aux bénévoles. J'ai immédiatement postulé pour être formé de façon à pouvoir devenir animateur de ces formations. C'est un de mes objectifs pour 2014. En effet, je suis persuadé que d'avoir des Mozilliens enthousiastes et pleinement conscients de leur potentiel sera bénéfique à chacun autant qu'à la communauté et donc au projet en général. Plus égoïstement, je ressens un tel plaisir à voir mes collègues et proches s'épanouir que cela me motive énormément dans cette direction ! Au passage, je suis ravi de voir Mozilla innover dans ce domaine en offrant de tels stages à tous les mozilliens, employés et bénévoles.

Voilà pour 2013 et pour la décennie 2003-2013. J'espère que la décennie qui s'annonce sera aussi passionnante que celle qui vient de s'écouler. Et peut-être un peu moins stressante, si possible ? ;-)

En attendant, je souhaite à tous mes lecteurs d'excellentes fêtes de fin d'année.

Partager

vendredi 25 octobre 2013

La nature de Mozilla

(Ce billet est une traduction d'un article paru en anglais sur mon blog officiel Beyond the Code intitulé Mozilla Summit and the nature of Mozilla.)

Voilà deux semaines que je suis de retour du Mozilla Summit et j’ai encore présents à l’esprit l’énergie et l’enthousiasme que j’y ai trouvés. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué au succès du sommet Mozilla 2013, depuis les organisateurs jusqu’aux participants, avec en prime un énorme et sincère « merci » à ceux qui m’ont choisi pour être l’animateur de l’évènement à Santa Clara. C’était vraiment un honneur ! Le Sommet de Mozilla a été un succès grâce à l’implication de nombreuses personnes, mais il y a une intervention dont je voudrais souligner l’importance, celle de Mitchell Baker sur la nature de Mozilla, dont la vidéo est disponible sur Air Mozilla.

Mitchell Baker sur scène. Photo par G. Petrie

Voici la transcription d’un extrait:

Nous sommes ici, Mozilla est ici et chacun de nous est ici pour construire l’Internet dont le monde a besoin. Nous sommes ici pour construire un Internet ouvert et innovant. Nous sommes ici pour construire un Internet où ce sont d’abord les gens qui comptent, où chacun de nous a autant de chances, autant de capacités de prendre des décisions et autant de contrôle sur sa vie en ligne que nous pouvons lui en donner. Personne d’autre ne construira cet Internet, personne d’autre ne peut le faire.

Mozilla est unique, nous ne sommes pas une entreprise classique qui essaie de générer des revenus pour ses actionnaires, nous ne sommes pas un gouvernement, ni même un organisation non-gouvernementale. Nous sommes Mozilla. Le cœur de notre activité n’est pas une organisation juridique, mais c’est notre cause et l’idée de faire avancer les choses pour la réaliser.

Le cœur de Mozilla est une communauté mondiale avec une mission partagée. C’est ce qui nous donne le pouvoir, c’est ce qui nous donne de l’impact et ce qui nous permet d’avoir l’importance que nous avons. C’est ce qui nous distingue, cette communauté mondiale avec une mission partagée. Construire l’Internet dont le monde a besoin.

Je vous invite à voir la vidéo complète si vous ne l’avez pas déjà fait. Et si elle vous inspire, vous devriez rejoindre Mozilla, soit comme bénévole soit comme employé. Nous construisons l’Internet dont le monde a besoin. Et ça nous amuse !

Partager

jeudi 19 septembre 2013

Le (petit) prix de la transparence et de l'ouverture

(Ce billet est la traduction d'un billet anglais intitulé The (small) price of openness and transparency qui a été publié sur mon blog officiel Mozilla Beyond The Code.)

Not-Confidential

Hier, j'ai lu plusieurs articles dans la presse qui annonçaient que l'interface de Firefox pour les écrans tactiles sous Windows 8 sera livrée plus tard que prévu.

Quiconque travaille dans le service communication d'une organisation aura tendance à serrer les dents face à un tel article, pas très flatteur pour l'organisation en question puisque négatif. C'est normal. Ensuite, on aura tendance à chercher d'où vient l'information, pour qu'un tel incident ne se reproduise plus.

En l'occurrence, on trouve l'information dans les notes officielles du Firefox Planning Meeting .

Faisant du logiciel depuis plus de 30 ans, je ne suis pas surpris qu'un projet prenne plus de temps que prévu pour être finalisé : je ne connaît que trop la règle des 90-90, celle qui stipule ceci :

Les 90 premiers % du code nécessitent 90% du temps de développement. Les 10 derniers % du code utilisent les 90% suivants du temps de développement.

Il ne faut pourtant pas conclure que toute date donnée pour finir un projet est une utopie. De telles dates sont pourtant nécessaires pour gérer au mieux un projet.

Faut-il pour autant arrêter de publier ce genre d'information sur le Wiki de Mozilla ? Non. De telles informations sont essentielles pour Mozilla, qui est une organisation où la transparence et l'ouverture sont des valeurs essentielles. Ces valeurs ont un coût, celui de ne pas pouvoir mieux contrôler l'information, contrairement à nos concurrents commerciaux ayant une approche beaucoup plus secrète.

Mais la transparence et l'ouverture apportent des avantage précieux, en particulier :

  1. L'ouverture permet la participation au projet Mozilla, au delà des frontières de l'organisation. Il n'est pas nécessaire d'être employé de Mozilla pour aider au développement de nos produits et technologies, ce qui nous permet de concurrencer des organisations beaucoup plus grandes que la nôtre. Et il ne s'agit pas seulement de développement, mais aussi de assistance, de contrôle qualité et de localisation.
  2. La transparence permet quant à elle la confiance. Les utilisateurs peuvent avoir confiance dans les produits et la technologie Mozilla parce que le code qui tourne sur leurs ordinateurs et téléphones mobiles est ouvert et peut donc être audité. A la lumière des récentes révélations d'Edward Snowden dans le domaine de la surveillance électronique de masse, cette confiance n'a pas de prix.

Alors oui, la transparence et l'ouverture ont un prix. Mais ce prix est n'est rien à coté de ce que cela apporte à Mozilla, à sa communauté et à ses utilisateurs. Restons en conscients et chérissons cette transparence et cette ouverture.

Partager

mardi 6 août 2013

Joyeux anniversaire, World Wide Web !

Cet article est la version française d'un billet intitulé Happy Birthday World Wide Web qui a été publié sur mon blog officiel Mozilla Beyond the Code.

Copie d'écran du premier navigateur, sur la machine de Tim Berners-Lee

Le 6 août 1991, il y a 22 ans précisément naissait le Web. Tim Berners-Lee, son inventeur, décrivit ce jour-là son invention sur le newsgroup alt.hypertext de la façon suivante :

Le projet WWW combine les techniques de recherche d'information et de l'hypertexte pour produire un puissant système informatique global.

Aujourd'hui, la première page Web existe toujours : http://info.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html. Tout juste deux ans après sa publication, le code source des applications est mis dans le domaine public.

En 22 ans, le Web et Internet ont changé le monde à point inouï. Tim Berners-Lee n'imaginait probablement pas à quel point il avait raison quand il disait faire un "powerful global information system".

C'est une coïncidence, mais aujourd'hui sort justement Firefox 23 pour Windows, Mac et Linux, pour accompagner le développement du Web, avec comme toujours plus de simplicité, de sécurité et de performance. Le Web a bien changé en 22 ans, c'est pourquoi la version de Firefox d'aujourd'hui apporte de nouvelles fonctionnalités de communication via les réseaux sociaux (et un nouveau logo).

Mais en 22 ans, les terminaux utilisés pour accéder au Web ont eux aussi bien changé en passant de l'ordinateur de bureau puis à l'ordinateur portable et maintenant les smartphones. C'est pourquoi Firefox 23 tourne aussi sous Android, avec une version 23 plus rapide et plus ergonomique.

Nous pouvons souhaiter un joyeux anniversaire au World Wide Web, en lui souhaitant un avenir radieux, participatif et bourré d'opportunités, alors que Mozilla vient de lancer les premiers smartphones sous Firefox OS, le système d'exploitation dont les applications sont écrites en HTML5 !

Partager

vendredi 26 juillet 2013

Personnalisation et souveraineté de l'utilisateur pour les données

(Traduction par Mozinet d'un billet intitulé User personalization and user sovereignty paru sur mon blog Mozilla officiel, Beyond The Code).

Il y a dix huit mois, Mitchell baker a publié un article sur son blog : User Sovereignty for our Data (traduit par Clochix : Être maîtres de nos données) :

À l’heure actuelle, il n’existe pas de moyen me permettant de partager de l’information sur moi et de garder le contrôle de cette information. Je partage l’information à mon sujet en la plaçant quelque part où quelqu’un d’autre décide de toutes les règles. Ce « quelqu'un d’autre » est l’application.

Comment puis-je partager des informations sans savoir ce qui est partagé, sachant que ne pas partager d'informations me concernant implique que je ne peux pas obtenir de contenu personnalisé ?

Jay Sullivan explique (traduit par Mozinet) :

Mozilla aspire à permettre la personnalisation — la personnalisation des annonces publicitaires, des contenus, des recommandations, des offres et plus — qui ne repose pas sur le fait que le client reste dans l’ignorance de qui a accès à ces informations et avec qui ces informations sont partagées.

Plus tôt aujourd'hui, mes collègues des Mozilla Labs ont publié une très intéressante proposition de personnalisation pour l’utilisateur pour Firefox (traduit par Mozinet). Je vous encourage à aller la lire, c'est fascinant.

En voici un extrait :

L’an dernier, l’équipe de Mozilla Labs Prospector a mené une série d’expériences dans lesquelles un historique de navigation de l’utilisateur a pu être coordonné avec des intérêts dans des catégories telles que la technologie, les sports et la cuisine. L’utilisateur s’engageait dans ces expériences, qui montraient en toute transparence à l’utilisateur ces intérêts perçus pour l’aider à mieux avoir un aperçu de comment il passe du temps en ligne. Mais que se passe-t-il si ces intérêts étaient aussi à la disposition de l'utilisateur pour les partager avec les sites Web qu’il visite pour obtenir une expérience de navigation meilleure et plus personnalisée ?

Dans le cadre de ces expériences, notre équipe des Labs a beaucoup pensé aux façons dans lesquelles les créateurs de contenu et les consommateurs pourraient bénéficier d’intérêts basés sur le Web. Par exemple, disons que Firefox reconnaît dans le navigateur client, sans qu’aucun historique de navigation ne quitte mon ordinateur, que je suis intéressé par les gadgets, les comédies, le hockey et la cuisine. Alors que je navigue sur le Web, je pourrais décider s’il doit partager cet intérêt avec des sites Web spécifiques pour une expérience personnalisée. Ces sites Web pourraient ensuite donner la priorité aux articles sur les derniers gadgets et rendre les scores de hockey plus visibles. Des destinations telles que le Firefox Marketplace pourraient recommander des applications de recettes et de cinéma, même si c’est ma première visite sur ce site. Et, en tant qu’utilisateur, j’aurais un contrôle complet sur ceux de mes intérêts qui seront partagés et avec quels sites Web.

Pour l'instant, nous sommes juste très tôt dans le processus. Je laisse la conclusion à Harvey Anderson, directeur juridique de Mozilla (traduit dans le même billet par Mozinet) :

Comme le billet des Labs l’a indiqué, nous sommes actuellement dans une phase expérimentale et il y a beaucoup d’hypothèses qui doivent être testées. Les tests à venir fourniront des idées supplémentaires et, bien sûr, nous feront des ajustements au fil du temps. Dans l’ensemble, nous pensons que c’est une solution prometteuse pour satisfaire les besoins des individus et des éditeurs, d’une manière qui crée une meilleure, plus transparente et plus précieuse expérience Web.

Oui, c'est juste une expérience de laboratoire pour l'instant, mais je suis très fier de voir Mozilla anticiper et innover afin de s'attaquer à la question délicate du contrôle de l'utilisateur sur ses données tout en bénéficiant d'une expérience utilisateur personnalisée.

Partager

- page 1 de 4