Mot-clé - beyondthecode

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 22 octobre 2012

The danger of closed marketplaces

Earlier this week, a very good article about closed app stores (aka marketplaces) was published by Seattle developer Casey Muratori: The Next Twenty Years: What Windows 8's Closed Distribution Means.

This is a long, thoughtful article focused on the new Windows 8 app store that clearly demonstrates the dangers of app stores monopolies, pioneered by Apple with the iPhone then the iPad, with now Microsoft taking a page from Apple's book and applying it to the tablet version of Windows 8.

Here is a part of Casey's conclusion, which I fully agree with:

Experimentation on open platforms is one of the primary sources of innovation in the computer industry. There are no two ways about that. Open software ecosystems are what gave us most of what we use today, whether it’s business software like the spreadsheet, entertainment software like the first-person shooter, or world-changing revolutionary paradigms like the World Wide Web. It will be a much better world for everyone if this kind of innovation continues.

Keep reading the article on Beyond the Code.

Partager

Le danger des App Stores fermés

(Ce billet est la version française d'un billet en anglais intitulé The danger of closed marketplaces, qui a été publié sur mon blog officiel Mozilla, Beyond The Code.)

La semaine dernière, un développeur appelé Casey Muratori a publié un excellent article sur les App Stores (aka Marketplaces / places de marché applicatives) fermées : Windows 8, faux progrès et vraie menace (traduit en français et publié sur le Framablog).

L'article est long et bien fichu se focalise sur le nouvel App Store de Windows 8. Il démontre les dangers associés aux App Stores monopolistiques, dont Apple a été le pionnier et que Microsoft a répliqué pour la version tablette de Windows 8.

Voici un extrait de la conclusion de Casey, avec laquelle je suis pleinement d'accord :

L'expérimentation sur plateformes ouvertes est une des principales sources d'innovation dans le domaine informatique. On ne peut pas le nier. Les écosystèmes ouverts du logiciel sont à l'origine de ce que nous utilisons aujourd'hui, de la feuille de calcul au jeux du genre Doom, ou même des concepts révolutionnaires comme le World Wide Web. Le monde n'en serait que meilleur si ce type d'innovation pouvait perdurer.

C'est un sujet dont Mozilla a pleinement compris l'importance. Les App Stores (ou places de marche ou Marketplaces) sont intéressantes et utiles parce qu'elles aident les développeurs à faire connaitre leurs applications et à les monétiser. Mais avoir un App Store monopolistique est néfaste à l'innovation et plus généralement à notre liberté. Est-il possible d'avoir les bons cotés des App Stores (découverte et monétisation) sans avoir les mauvais cotés ? Oui, c'est possible.

Jeudi dernier, Mozilla a publié une pré-version d'une telle place de marché pour Android. Elle permet aux utilisateurs d'installer des applications Web sur leur téléphone Android, et nous travaillons déjà à étendre cette fonctionnalité à Firefox OS (notre système d'exploitation mobile) et à Firefox sur d'autres plateformes.

Copie d'écran de la Firefox Marketplace Aurora

Cela peut sembler paradoxal, mais l'une des caractéristiques de l'approche de Mozilla vise à permettre aux développeurs de se passer de notre place de marché s'ils le souhaitent. C'est pour cette raison qu'ils peuvent commercialiser leur application directement depuis leur site Web. En effet, comme expliqué plus haut, l'ouverture bénéficie à l'innovation et à nos libertés.

Comme tout ce que fait Mozilla, cet écosystème est ouvert. Les utilisateurs ont le choix et les développeurs ont le contrôle de leurs contenus, des fonctionnalités et de la distribution.

Si vous êtes un développeur, je suis sûr que vous voulez en savoir plus sur l'approche de la Marketplace Firefox. Voici quelques liens intéressants à ce sujet :

Partager

lundi 5 mars 2012

Mon nouveau boulot à moi que j'ai chez Mozilla

Peu de gens ont réalisé que Mozilla Europe n'existe plus. Dans un sens, c'est tant mieux, parce que ça ne change pas grand-chose. En gros, les activités de Mozilla Europe - qui était une organisation à but non-lucratif de droit français - ont été transférées à une filiale de Mozilla Foundation dont je suis un des directeurs. Ces derniers mois, mon temps était occupé par cette transition. Prendre la décision, faire un plan de transition, l'exécuter, et aussi mener à bien ce qui est une de mes plus grandes fiertés récentes : faire des dons à des organisations à but non-lucratif pour promouvoir le logiciel Libre et le Web ouvert en Europe. Parmi les heureux destinataires, on trouve :

Et maintenant que Mozilla Europe n'existe plus ? Je suis toujours directeur du bureau de Mozilla à Paris, mais j'avais envie de faire quelque chose qui corresponde vraiment à ma nature et à mes envies. Alors j'ai proposé de faire la promotion de la mission de Mozilla au niveau mondial, et ça a été accepté. J'imagine que la passion que j'éprouve pour le sujet a aidé ;-)

Pour commencer, j'ai ouvert un blog intitulé Beyond the Code. L'idée est de mettre en perspective ce que fait Mozilla (produits, code, spécifications, campagnes marketing, animations de communauté) avec la mission. Comme l'indique mon premier billet, je trouve que trop souvent les utilisateurs considèrent Mozilla comme une organisation commerciale concurrente de Microsoft, Google et Apple. Pourtant, notre structure non lucrative change beaucoup de choses quant à notre approche. Notre vocation n'est pas de maximiser les profits pour rémunérer un actionnaire (Mozilla Foundation n'en a pas) mais de mener à bien la mission de Mozilla, telle que décrite dans notre manifesto. L'objectif de Beyond the Code est de faire passer ce message-là et d'illustrer comment la mission de Mozilla a un impact sur ce que nous produisons (logiciels, documentations, événements, spécifications).

Pour l'instant, Beyond the Code est uniquement en anglais, mais j'espère bien à terme le rendre disponible en plusieurs langues (dont le français, bien sûr). En attendant, si vous avez des questions, des sujets que vous voudriez me voir aborder, n'hésitez pas à me contacter pour me les suggérer !

Note

[1] Si vous connaissez quelqu'un susceptible de postuler pour ce travail, faites tourner l'URL !

Partager