Mot-clé - brevetslogiciels

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 8 octobre 2012

Le brevet logiciel, cette plaie pour l'innovation

Le New York Times vient de publier un article passionnant sur les brevets : La guerre des brevets entre géants de la technologie bride la concurrence

L'article est long, mais on y trouve quantité de preuves de la nocivité des brevets dans le domaine du logiciel. En voici quelques uns :

  • Comment Vlingo, start-up innovante dans la reconnaissance vocale, a été rachetée par Nuance, concurrent moins innovant, mais qui a réussi à mettre à genoux la première à coups de procès (pourtant perdus !) pour des brevets logiciels. La distraction causée par ces procès, combinée aux dépenses juridiques ont suffi pour que la société innovante soit à la merci de son concurrent plus établi et moins innovant. On notera que la technologie de Vlingo était à la base de celle de Siri, l'assistant vocal de l'iPhone
  • "Un système de brevets logiciels décrit par les juges, les économistes, les juristes et les cadres de sociétés de technologies comme étant si bancal qu'il empêche souvent l'innovation"
  • Dans l'industrie du smartphone, d'après une analyse de l'université de Stanford, 20 milliards de dollars ont été dépensés en procès et achats de brevets ces deux dernières années, soit 8 fois le coût d'une mission d'exploration de la planète Mars.
  • L'année dernière, pour la première fois, les dépenses d'Apple et Google pour les procès liés aux brevets et les achats de brevets ont dépassé les investissements en recherche et développement de nouveaux produits.

Comme l'indique Michael Phillips, le fondateur de Vlingo, "les startups, c'est là que se trouve l'innovation. Si vous passez votre temps au tribunal, alors vous ne pouvez plus créer de la technologie". Michael Phillips, écoeuré par six ans de bataille juridique, racheté par son concurrent a passé l'été à récupérer ses forces après des années difficiles. Et puis, en septembre, il a démissionné. Il a beau être l'un des meilleurs spécialistes en synthèse vocale au monde, diplômé du MIT et de Carnegie Mellon, il a décidé d'abandonner ce champ de recherche, en faveur d'un secteur moins miné par les brevets logiciels.

Une histoire que l'on devrait garder à l'esprit alors que le Brevet Unitaire est en cours de discussion au niveau européen. A ce titre, je vous encourage à suivre l'actualité du brevet unitaire et à agir en conséquence.

PS : lire aussi Monopole sur les idées, pour approfondir le sujet.

Partager

vendredi 13 avril 2012

En vrac (pour changer)

Partager