mercredi 3 octobre 2012

En vrac du mercredi

Note

[1] Accessoirement, l'auteur de la police s'appelle Connare et il bossait chez Microsoft. On aurait du anticiper l'embrouille ;-)

Partager

lundi 18 avril 2011

Faire vite. Et bien !

Every browser does fast. Not every browser does good

Tous les navigateurs vont vite. Tous ne font pas le bien. Publicité à San Francisco, Californie

S'il est une frustration dans mon métier, c'est bien de constater que les gens ne réalisent pas à quel point Mozilla est différent par nature des autres éditeurs de navigateurs Web. Ca n'est pas simplement le fait qu'on soit un logiciel Libre, puisque Chrome et Safari sont partiellement Open Source. Le fait que Mozilla soit à but non-lucratif alors que les autres sont tous cotés en bourse ? Beaucoup de gens l'ignorent. C'est l'approche de Mozilla qui est différente, et les actions de nos concurrents ne laissent aucun doute à ce sujet. Voici deux événements qui en disent long sur la différence entre Mozilla d'un coté et Apple, Microsoft et Google de l'autre :

  1. Mozilla a été le premier à à intégrer Do No Track dans une Bêta, Microsoft a suivi avec IE9 après en avoir dit du mal. Et voici enfin Apple : Apple Adds Do-Not-Track Tool to New Browser. Et Google ? Bah non : Google Holds Out Against ‘Do Not Track’ Flag.
  2. Pourquoi Google dépense tant d'argent en marketing pour Chrome (plus que le chiffre d'affaire annuel de Mozilla) ? Parce que c'est l'assurance que le client est verrouillé par Google. C'est leur directeur financier qui le dit : Why is Chrome so important to Google? It's a 'locked-in user'.

J'espère qu'un jour les gens comprendront qu'il est essentiel que le navigateur qu'ils utilisent soit à la fois transparent, performant, mais surtout que ceux qui le font ne doivent des comptes qu'à l'utilisateur. Car le navigateur, c'est l'interface entre l'utilisateur et sa vie en ligne...

Mise à jour : l'indispensable Framablog a traduit l'article de ZDNet : Le temps de cerveau disponible des utilisateurs de Google Chrome.

Partager

vendredi 8 janvier 2010

Publicités Google

Dans quelques semaines, les utilisateurs Windows vont se voir proposer un "écran de choix" du navigateur, suite à l'accord entre Microsoft et la Commission Européenne (lequel intervient à la demande d'Opera).

Les utilisateurs de Windows vont donc devoir choisir entre plusieurs navigateurs[1] :

  1. Internet Explorer de Microsoft
  2. Firefox de Mozilla
  3. Chrome de Google
  4. Safari d'Apple
  5. Opera d'Opera Software

On ignore tout de l'efficacité de cet écran de choix, et c'est pour ça que Mozilla ne le considère pas comme une avancée importante. En effet, la plupart des gens ignorent ce qu'est un navigateur. Faites le test autour de vous et demandez à un non-geek ce qu'il utilise comme navigateur. Deux fois sur trois, on vous répondra "Orange/SFR/Darty" ou "Google". En questionnant votre interlocuteur, vous comprendrez qu'il clique sur un "E bleu". Ou un "petit renard".

Aussi, parce que l'utilisateur est confronté à un choix pour lequel il n'a que peu d'information, tout le monde ignore ce que va être sa réaction : cliquer sur le E bleu qu'il a déjà sur son bureau ? Choisir le drôle de renard de chez Mozzarella[2] ? Choisir au pif l'un des trois autres ? Ca relève de la loterie…

C'est pour cela que Google tente le forcing publicitaire, histoire que, familiarisé avec le logo, les utilisateurs cliquent plus sur Chrome que sur les autres icônes. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est du lourd, du très lourd... Voici ce que j'ai noté en quelques heures :

Ce matraquage publicitaire pourrait bien se révéler positif pour Google Chrome et pour les navigateurs modernes en général (notez le conditionnel !). Peut-être que l'utilisateur lambda va enfin se demander quel navigateur il utilise et apprendre par là même ce qu'est un navigateur. Il se pourrait même qu'Internet Explorer 6 perde quelques points de parts de marché ("Meurs IE6, meurs !", murmure une petite voix dans ma tête).

Pub Chrome taguée

Pub Chrome près d'Edimbourg. Photo par Bisonbison, utilisée sous licence Creative Commons BY-NC-SA. Trouvée via Framablog.

Et vous, où avez-vous vu des publicités Chrome en France ou à l'étranger ? N'hésitez pas à mettre un lien dans les commentaires !

Notes

[1] Mise à jour : 5 sont visibles sans défilement horizontal, mais un total de 12 seront proposés. Aux 5 listés, il convient donc d'ajouter AOL, Maxthon, K-Meleon, Flock, Avant Browser, Sleipnir et Slim Browser. Merci Irina pour les précisions !

[2] C'est du vécu, promis ! Mais bon, du temps de Netscape, il m'est aussi arrivé, après avoir donné ma carte de visite à une réceptionniste, qu'on me présente comme travaillant pour Nescafé :-D

Partager

mercredi 16 décembre 2009

En vrac, tôt le matin

Aujourd'hui, Google a une vision de ce que vous faites lorsque vous utilisez ses services. Mais il ne développe pas de mécanismes pour vous tracer à partir de votre PC via Internet Explorer, Firefox ou son navigateur Chrome, bien qu'il y ait eu débat sur le sujet. En revanche, si vous utilisez ses serveurs DNS, il sait où vous passez, même si les sites ne lui appartiennent pas. Il sait même ce que vous faites, car en analysant les adresses demandées, on peut facilement comprendre s'il s'agit d'un site web, d'un service de webmail, d'un site Intranet... Dès lors, Google saura encore plus de chose sur vous.

Notes

[1] Mise à jour : après vérification de la privacy policy de Google DNS, je suis plus rassuré que Jean-Michel (à condition que les termes de confidentialité ne changent pas !). Merci à Neokraft pour les précisions sur ce sujet.

Partager

vendredi 20 novembre 2009

Présentation de Google Chrome OS

Quelques notes sur mes premières impressions :

  • C'est l'incarnation de la vision de l'OS par Google :
    • tout est dans le nuage (mais pas forcément chez Google)
    • On se repose au maximum sur des technologie Open Web et Libres (Clutter et JavaScript)
    • on en profite pour repenser l'architecture et virer tout ce qui n'est pas indispensable pour gagner en simplicité et performance
  • C'est du logiciel Libre, le code est disponible et Google s'engage à travailler de façon collaborative, dans l'esprit du Libre
  • Canonical, la société qui finance Ubuntu, fournit des ressources techniques à Google.
  • Il faudra du matériel spécial pour faire tourner Google Chrome OS. Par exemple, il n'y aura pas de support pour les disques durs, seulement pour la mémoire flash. D'un coté ça a du sens, en terme de simplicité (si on veut de la performance), mais ça crée des limitations.
  • Il ne sera pas possible de faire tourner un autre navigateur que Chrome dans Chrome OS. C'est assez paradoxal quand on sait que Microsoft a été condamné pour abus de position dominante pour moins que ça. Il est vrai que Microsoft avait une position dominante et que c'est loin d'être le cas pour Google dans le domaine des systèmes d'exploitation…

En fait, si l'on suit la direction proposés avec Google Chrome OS, on va acheter une machine faite pour faire tourner Google Chrome OS, avec Google Chrome comme navigateur obligatoire, avec des services Web de notre choix (mais probablement fournis par Google). C'est du logiciel libre, c'est du Web, mais ça laisse beaucoup à désirer en terme de bidouillabilité et d'indépendance par rapport à la société Google.

Quelques liens :

Partager

- page 1 de 3