dimanche 12 février 2017

En vrac du dimanche

En vedette :

Democracy_vs_Despotism.jpg

Hervé Le Crosnier, mon éditeur, me fait passer ce lien, Le despotisme, expliqué en 1946 par l’Encyclopedia Britannica. Cette vidéo explique en substance que le despotisme (on dirait plutôt dictature, aujourd’hui) peut être caractérisé par deux choses :

  1. un respect limité à quelques groupes de personnes et
  2. un pouvoir concentré dans les mains de quelques personnes.

Par ailleurs, la vidéo note qu’il y a deux conditions ont souvent permis l’arrivée du despotisme dans l’histoire :

  1. la distribution inégale des richesses et
  2. le contrôle de l’information.

Ces 4 points sont particulièrement saillants en ce moment :-( . Un critique de ce petit film relève très justement qu’en ce début de XXIe S., ce n’est pas tant l’information qui est contrôlée que dévaluée. Surabondante, contradictoire, bourrée de fake news et d‘alternative facts, fait qu’elle perd en qualité et en crédibilité alors qu’elle gagne en quantité. C’est Garry Kasparov (le champion d’échecs devenu défenseur des droits de l’homme) qui le dit très bien :

L’objectif de la propagande moderne n’est pas juste de vous désinformer ou de promouvoir des idées. C’est d’épuiser votre pensée critique, pour détruire la vérité.

En vrac

mardi 16 février 2016

En vrac du mardi

  • Données personnelles : l’incertitude durera encore jusqu’au printemps ;
  • Cheap cab ride? You must have missed Uber’s true cost, par Evgeny Morozov. Petit résumé de l’article (aussi traduit par le Monde Diplo) : comment Uber fait-il pour être si peu cher ? Il perd de l’argent. Pour 1,2 milliards de dollars facturés, il perd 1,7 milliards. Dans certaines villes américaines, un tour en Uber coûte moins cher que le prix de l’essence et la dépréciation du véhicule. Cela leur permet de mener à la ruine les taxis et les VTC concurrents du marché. D’où vient l’argent ? D’investisseurs comme Google, Jeff Bezos (patron d’Amazon) et de Goldman Sachs, c’est à dire des personnes physiques ou morales qui échappent pour l’essentiel à l’impôt. Une fois tous les concurrents ruinés, les prix remonteront car Uber aura le monopole (entre temps, il aura viré tous ses chauffeurs pour les remplacer par des voitures autonomes) ;
  • Introducing KBFS, the Keybase filesystem, un service de stockage et de partage de fichiers en mode freemium (10Go gratuits pour tous, offre payante pour plus de capacité à venir) ;
  • L’internet des émotions : comment réintroduire nos personnalités dans la personnalisation ?. Comment s’assurer que nos machines, dont les algorithmes sont faits pour que l’expérience soit personnalisée, ne nous confortent pas dans des émotions négatives ?
  • L’espace entre les barreaux, par l’ami Clochix. Très bon papier qui explique pourquoi je suis contre la prolongation de l’état d’urgence.
  • Si vous avez fait réparer votre iPhone 6 chez un réparateur tiers non certifié par Apple, n’installez pas la nouvelle version du système, car vous obtiendriez une erreur 53 qui rend votre téléphone inutilisable. On peut comprendre qu’Apple s’assure que les capteurs d’empreintes digitales soient sécurisés (pour éviter la mise en place de pièces volontairement défectueuses qui pourraient poser des problèmes de sécurité dont le paiement par Apple Pay. Mais il est inadmissible qu’Apple manque de communiquer sur le sujet alors qu’il suffirait tout simplement de désactiver Apple Pay dans le cas où le téléphone a été réparé…
  • CHATONS, le collectif anti-GAFAM ? ;
  • La CNIL met Facebook en demeure ;
  • Très beau billet de Nicolas Hoffmann : Chère Fondation Mozilla, tu me permettras de te tutoyer ;
  • Un lycéen risque la prison pour un outil de communication chiffré. Il opère un serveur XMPP chiffré et a refusé de communiquer le mot de passe qui permettrait aux autorités d’accéder aux comptes des utilisateurs ;
  • Privacy lets you be you. Use Encryption, explique Mozilla dans une petite vidéo qui explique que nous avons tous quelque chose à cacher.
  • L’Origine du Monde : Facebook sera bien jugé en France pour censure ;
  • Facebook : Le cookie Datr agace les CNIL. En version courte : “nous surveillons tous le monde, mais c’est pour votre bien”. On croirait presque une copie conforme de l’approche de la NSA !
  • Google (mal) rattrapé par le fisc anglais. Rappel : Google paye au Royaume Uni 2,77% d’impôts sur les sociétés au lieu des 20% dus ;
  • Tuto : installer Cozy sur Raspberry PI 2 ;
  • Excellente Interview d’Yves Sintomer : ‘La France peut évoluer vers un régime autoritaire’. On notera les 3 scenarii pour la suite de la démocratie :
    • « la “post-démocratie”, une notion développée par le sociologue et politologue britannique Colin Crouch. C’est un système dans lequel, en apparence, rien ne change : des élections libres continuent d’être organisées, la justice est indépendante, les droits individuels sont respectés. La façade est la même, mais la souveraineté réelle est ailleurs. Les décisions sont prises par les directions de grandes firmes, les acteurs des marchés, les agences de notation, ou par des organes technocratiques… En Europe, nous sommes déjà engagés dans cette direction.» . Les Libristes reconnaitront la notion de “Code is law” chère à Lawrence Lessig, où ce sont les développeurs (et leurs employeurs) qui font le code informatique qui a force de loi car il décide de ce que nous pouvons faire ou pas avec nos ordinateurs. Rappelons que tout ou presqeue est en train de devenir ordinateur : nos téléphones, nos voitures, nos thermostats, et bientôt, nos verrous…
    • «Second scénario, plus heureux, celui d’une “démocratisation de la démocratie” : on vivrait alors un renforcement du politique face à l’économique, avec une participation citoyenne plus active. La démocratie se renforcerait sous des formes participatives et délibératives variées. »
    • « Troisième scénario, celui de l’autoritarisme. Il ne s’agit pas de dictature, mais de systèmes où, à la différence de la post-démocratie, la façade est remaniée : les élections existent mais la compétition électorale est restreinte ; les libertés (d’expression, d’association, d’aller et venir, de la presse…) sont amoindries par des lois liberticides ; la justice est moins indépendante… C’est la pente qu’ont pris les Russes, les Hongrois, les Polonais, les Turcs, et qu’on retrouve ailleurs, en Equateur ou au Venezuela par exemple. En Asie du Sud-Est, plusieurs régimes non-démocratiques sont allés ou vont, par une libéralisation très contrôlée, vers un tel modèle : je pense à Singapour ou à la Chine, deux pays où les droits y sont restreints. En Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, c’est la France qui offre le plus de signes indiquant que ce scénario est possible. Même s’il n’est pas le plus probable. »
  • Ce soir, mardi 16/2/2016 à 23h40 : Entretien avec Adrienne Charmet-Alix. Cet entretien fait suite à l’émission Ils savent tout de nous / Vers une société omnitransparente ? programmée à 22h50.

mardi 27 septembre 2011

En vrac

lundi 20 juin 2011

En vrac

jeudi 25 novembre 2010

Actu vie privée

livre sur la vie privée

Depuis que je tiens ce blog (8 ans tout de même), je vois souvent deux actualités ou plus se téléscoper de façon quasiment poétique. C'est encore le cas aujourd'hui.

D'abord, je tombe sur le nouveau mini-site' de la CNIL, http://www.jeunes.cnil.fr/, destiné à faire comprendre aux jeunes que la vie privée, c'est important. Extrait :

Avec la multiplication des blogs et des réseaux sociaux, on laisse aujourd'hui beaucoup d'informations sur soi sans vraiment y prêter attention ou même sans le savoir. Ces informations personnelles sont accessibles en ligne sans limitation de durée et peuvent être exploitées, enrichies, vendues... elles sont parfois sorties de leur contexte et détournées.

Ils proposent même un numéro spécial d'un journal (format Flash, grrrr) pour les 10-14 ans Mon quotidien spécial vie privée.

Mais comment faire comprendre aux personnes concernées (et à leurs parents, qui en savent souvent moins que leurs enfants) que c'est un véritable enjeu ?

C'est là qu'intervient le téléscopage avec l'autre info du jour[1]... Sur le site communautaire Reddit, on peut soumettre des bandes dessinées faites à l'arrache. Et puis un membre de Reddit s'est amusé à enquêter sur certaines personnes, sur la base de ce qu'ils ont publié dans le passé. Il a donc mené de nombreuses enquêtes en ligne, avant de publier les résultats pour 14 personnes. Le niveau de détail fourni fait franchement peur. Un exemple : "Pense à sa grand-mère pendant qu'il fait l'amour pour tenir plus longtemps", "a perdu sa virginité à 22 ans", "n'a pas aimé ses vacances avec son ex, mais a pris de la drogue pour faire face", etc.

Bien sûr, les administrateurs du site Reddit ont immédiatement effacé le compte en question et le contenu correspondant (même si ça n'était qu'une compilation d'informations publiées par les gens eux-même). Pourtant, une copie a été publiée sur le site Rorr.im. Un peu plus tard, l'auteur s'explique, sous un autre pseudo.

Sur un sujet connexe, deux autre choses que je souhaitais partager :

Notes

[1] Merci Paul pour le lien !