Mot-clé - culture

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 21 décembre 2009

Quelques notes sur la culture et Internet

Vendredi soir, je participais à un débat à la mairie du 13° arrondissement initulé Monétisation des cultures libres, entre éthique et modèle économique ?. C'était passionnant. Voici quelques notes prises à cette occasion. C'est sans queue ni tête, je le reconnais bien volontiers, mais j'avais tout de même envie de partager.

  • Internet change radicalement les règles du jeu de la diffusion de l'information et des oeuvres :
    • Internet est une formidable machine à dupliquer à coût quasiment nul (quand vous demandez à consulter une page Wikipedia, on vous envoie une copie. Instantanément. Gratuitement ou presque[1]).
    • Ca donne une économie de l'abondance, là où on était avant dans une économie de la rareté
    • Nous sommes à une période charnière, là où les anciens s'accrochent à leurs fauteuils et n'arrivent pas (ou ne veulent pas) comprendre les changements apportés par le réseau.
  • Les anciens ont l'argent, le pouvoir, l'oreille des politiques (et une façon de voir qui est chaque jour plus challengée) :
    • Ils tentent de rétablir dans le monde des idées la rareté qu'ils ont connue dans le monde ancien
    • Les anciens, l'industrie des divertissements de masse n'ont pas vocation à faire vivre la culture. Ils ont vocation à choisir la poignée d'artiste qui vont rapporter beaucoup et surtout ne rien donner à tous les autres.
  • Les artistes doivent pouvoir vivre de leur art. Devenir millionnaire sera bien plus dur dans le monde de l'abondance numérique.
  • La technologie aidant, associée à l'augmentation du temps dédié aux hobbies donne naissance au mouvement Pro Am (les amateurs de niveau professionnel) qui peuvent produire gratuitement des œuvres de niveau professionnel
    • logiciels libres
    • photographie
    • œuvres musicales (home studio) ou autres (cinéma, courts métrages… l'exemple du moment, c'est Paranormal activity, tourné pour 15'000$ US et qui en a rapporté 100 millions)
  • La reconnaissance et la réputation sont le moteur des Pro-Ams (amateurs qui ont une production de niveau professionnel). Ils veulent partager, et peuvent le faire gratuitement, à condition de trouver de la reconnaissance.
  • Les licences Creative Commons redonnent le pouvoir aux artistes en leur permettant simplement de distribuer les œuvres suivant leurs conditions, sans avoir à faire à des juristes.
    • La clause "Non-Commerciale" permet de jouer sur les deux tableaux. Gratuité pour permettre le partage, mais possibilité de toucher une rémunération dans un cadre commercial (publicité, par exemple).
    • L'artiste a une palette de solutions juridiques pour décider comment partager, depuis le copyright intégral jusqu'à la licence CC-Attribution.
  • La valeur d'un bien culturel n'est pas que financière, mais surtout sociale (au grand dam de l'industrie des biens culturels qui voudrait nous faire croire que si ça ne rapporte pas énormément d'argent, ça ne vaut rien).
    • La musique, les histoires, l'art en général ont une fonction sociale essentielle.
  • Les produits dérivés (concerts) en tant que rémunération d'œuvres distribuées gratuitement.
    • Mais attention : ça rémunère les interprètes, pas les auteurs et compositeurs !
  • Idée de service payant, mise en œuvre par Jamendo : faciliter l'accès à du contenu gratuit sans prendre de risques juridiques.

Voilà, c'est très en vrac, je le reconnais. Peut-on faire quelque chose de tout cela ? C'est sûrement la base pour un paquet de billets futurs !

Notes

[1] Cout d'hébergement coté serveur réduit mais à couvrir par des dons et coût d'acheminement couvert par l'abonnement ADSL.

Partager

mercredi 14 octobre 2009

En vrac

Partager