Mot-clé - privacy

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 19 juin 2015

Rapport Ambition Numérique du CNNum

Hier, 18 juin, le rapport “Ambition Numérique” issu de la concertation organisée par le CNNum a été remis au premier ministre, Manuel Valls, qui en a tiré une stratégie numérique.

Dessin de Manuel Valls recevant la rapport Ambition Numérique du CNNum

400 pages, 6 mois de travail, 4 thèmes/volets, 70 propositions, issues de plus de 17000 suggestions recueillies en ligne et lors de séminaires participatifs en régions. Un travail de titan, auquel les 30 membres ont participé, avec le soutien sans faille de l’équipe du Secrétariat Général (ils ont été vraiment vraiment super, d’abord sous la direction de JB Soufron puis de Yann Bonnet).

C’est un immense honneur que d’avoir pu participer à ce projet, sur des sujets à mon avis très importants (comment la France peut réussir le virage du numérique, en termes d’emploi, d’État, de libertés, de société ?) avec des personnes aussi remarquables que mes camarades membres[1].

Mon travail s’est focalisé sur le volet Loyauté numérique, sous la direction de Valérie Peugeot (que je félicite au passage pour son travail et sa ténacité). On trouvera dans le rapport des thèmes chers au Standblog (Standards, Web, logiciels libres, collaboration, Internet comme un bien commun, open innovation, interopérabilité, formats ouverts, portabilité, neutralité du net, recours à la crypto, lutte contre la surveillance…) en particulier dans le Volet 1, et dans une moindre mesure, dans les volets 2 (formats et logiciels libres et collaboration dans l’administration), et 4 (biens communs et éducation pour une société numérique).

Après 3 mois très éprouvants à cause du projet de loi Renseignement (j’allais écrire “Surveillance” !), c’est un plaisir de voir aboutir au grand jour le résultat du travail de tout le CNNum, qui est un effort collectif positif de construction, autrement plus plaisant pour moi que l’effort d’opposition aux boites noires via par exemple Ni Pigeons Ni Espions.

Pourtant, la taille du rapport ‘Ambition Numérique’ (398 pages exactement) peut impressionner. C’est pourquoi une série de vidéos a été produite :

  1. Les grands enjeux numériques décrits dans le rapport #AmbitionNumérique en vidéo (5mn) ;
  2. Recommandations sur la loyauté dans l’environnement numérique présentées par Valérie Peugeot ;
  3. Recommandations sur la transformation numérique de l’action publique présentées par Marc Tessier ;
  4. Recommandations sur le volet croissance, innovation et disruption présentées par Marie Ekeland et Stephane Distinguin  ;
  5. Recommandations sur la société face à la métamorphose numérique présentées par Daniel Kaplan.

Par ailleurs, quelques citations et liens pour comprendre le contexte :

Lors de la remise du rapport, Manuel Valls a déjà prévenu que toutes les propositions ne seraient pas retranscrites dans le futur texte. La première version du « projet de loi Lemaire », dénomination utilisée par le premier ministre en référence à sa secrétaire d’État au numérique, serait déjà quasiment prête.

L’objectif était de se concerter avec l’ensemble de l’écosystème numérique, puis de livrer des recommandations très opérationnelles pour pousser à des modifications, soit dans les lois existantes et à venir, soit, pour les grands principes, dans une grande loi sur le numérique. La dernière de ce type, c’était la loi pour la confiance dans l’économie numérique en 2004. A l’époque, on ne parlait pas de big data ou d’objets connectés, il n’y avait pas eu d’affaire Snowden… Nous pensons qu’il faut toiletter le droit, mais aussi réfléchir à ces grands principes fondateurs, qui devraient faire leur entrée dans le droit positif français et européen.

(…) sur les questions de sécurité, nous n’avons jamais été entendus. Mais nous l’avons été davantage sur les questions de fiscalité, d’éducation, d’innovation… Et c’est aussi, probablement, parce que nous avons émis des avis défavorables à un certain nombre de reprises que l’écosystème numérique nous a jugés légitimes pour faire ce travail de concertation. Je ne dis pas que j’en suis satisfait, mais en 2013, Fleur Pellerin nous avait dit «Vous devez être le poil à gratter du gouvernement», et nous avons montré que nous pouvions l’être. Dans les 70 recommandations que nous transmettons, il y a ces grands principes que nous poussons, qui justifient la loi sur le numérique, mais il y a aussi beaucoup de propositions qui sont destinées à venir amender d’autres lois, et c’est un point important.

Nous avons notamment pensé à la neutralité du Net, qui est indissociable de la question de la loyauté des plateformes.

La question de la portabilité et, derrière, celle de l’interopérabilité, sont également fondamentales. L’usager qui publie par exemple des photos sur une plateforme doit avoir la possibilité de les embarquer.

Si je devais citer un dernier point, j’évoquerais celui de l’autodétermination informationnelle. Il faut que chaque usager ait le droit de tout savoir de ce qui est fait de ses données, pour donner (ou non) son accord à telle ou telle application, etc.

Note

[1] C’est là que je t’avoue, cher lecteur, que j’ai souvent eu l’impression d’être la personne la moins intelligente de la salle à de nombreuses reprises…

dimanche 18 janvier 2015

Flicage-brouillon - Avant-propos

Cela fait des mois, des années même, que le sujet du contrôle de nos données dans un monde connecté me titille, me démange. Autant de temps que j’ai passé à lire des articles sur les différents aspects du sujet pour le défricher, à accumuler du savoir, à rester parfois avec mes questionnements. A constater qu’autour de moi les gens ont un mal fou à comprendre ce que deviennent leurs données, tiraillés entre la paranoïa et l’impression de ne pouvoir rien y faire.

Bien sûr, je relaye sur mon blog des liens vers des articles sur ce sujet, encourageant d’autres geeks à lire sur ce sujet, à faire passer le message. J’ai lancé une série de rencontres et de conférences, les Meetups décentralisation du Net pour essayer de trouver collectivement des solutions au problème.

Mais j’ai envie d’aller plus loin quand je réalise que, même si je ne suis pas un grand intellectuel, j’ai une compréhension de l’informatique qui me permet d’appréhender le problème et, si j’en crois mes interlocuteurs, un petit talent pédagogique. C’est ainsi que m’est venue l’envie d’écrire un livre sur le contrôle des données et la vie privée en ligne. J’ai commencé à le faire. Mais il me manque la pression, le soutien et le retour qu’apportent les lecteurs d’un blog. Aussi, après avoir écrit près de la moitié du livre, j’ai besoin de cette énergie. J’ai donc décidé de publier un brouillon du livre ici, sur le Standblog, dans une série de billets, Flicage-brouillon[1], en espérant que l’interaction avec les lecteurs m’aidera à faire un meilleur travail pour l’apprenti écrivain que je suis.

Mais avant de commencer, il est important de préciser ce qu’est ce livre, et ce qu’il n’est pas.

Ce livre a pour vocation d’expliquer et de démystifier ce qui est fait de nos données sur Internet. J’essayerai d’y montrer pourquoi il est important que nous exercions un certain contrôle sur les données nous concernant et celles que nous fournissons volontairement. J’expliquerai comment nous avons perdu le contrôle sur nos données, et proposerai quelques pistes faciles à mettre en œuvre pour reprendre au moins partiellement ce contrôle, si nécessaire à mes yeux sur le long terme.

En terme d’audience, il est destiné au ‘’power-users’’, les ‘’geeks-mais-pas-trop’’ qui aiment l’informatique, qui sont souvent utilisés par leurs proches pour faire du support technique informatique (si c’est à vous que votre tante passe un coup de fil quand son Internet est cassé, ce livre vous est probablement destiné). Pourquoi eux ? Parce que ce sont les mêmes qui ont, il y a 10 ans, installé Firefox en masse sur les ordinateurs équipés d’Internet Explorer. En leur fournissant une info facile à comprendre, à reprendre, à expliquer, j’espère toucher une masse critique d’utilisateurs qui voudraient reprendre le contrôle de leurs données mais ne savent pas encore comment faire.

Par contre, ce livre n’est pas un manuel qui vous permettra d’agir de façon anonyme sur Internet ou de vous cacher d’un État dont la police secrète veut votre peau. Il existe d’excellents ouvrages pour ça, à commencer par le Guide d’autodéfense numérique, ou le livre de Martin Untersinger Anonymat sur Internet.

Sans plus attendre, je vous invite à lire le brouillon de ce livre au fur et à mesure de sa publication et à réagir en cas de contre-vérité (ou de faute de grammaire !).

Au delà de l’envie d’écrire ce livre, je ressens une véritable urgence à le faire. Je compte sur toi, cher lecteur, pour m’aider dans cette tâche !

Note

[1] En attendant que je trouve un meilleur titre pour la version définitive.

lundi 5 janvier 2015

En vrac du début 2015

Quelques liens pour bien commencer l'année (que je souhaite excellente à mes deux lecteurs ;-), avec un peu de lecture :

Note

[1] Bah oui, je trouve que Jean-Marc et Amaelle font un travail de qualité qui est en plus très utile sur ces sujets. Cory Doctorow est à mettre dans le même sac, mais en mieux, même si c'est en anglais...

vendredi 12 décembre 2014

En vrac du vendredi

vendredi 5 décembre 2014

Comment avoir un smartphone aussi Libre que possible ?

Voilà, toute la question est dans le titre : je me demande comment on pourrait avoir un smartphone de type Android (ça retire de l'équation l'option Firefox OS) qui ne me flique pas et qui est donc autant que faire se peut basé sur du logiciel Libre associé à des services éthiques et/ou Libres et décentralisés.

Est-ce que ça existe ?

Note : j'ai déjà lu The great Ars experiment—free and open source software on a smartphone?! , mais je voudrais en plus ajouter un critère : ne pas être (trop ?) fliqué par les services en ligne associés.

Je suis sûr que j'ai parmi mes lecteurs des gens qui se sont déjà posé ces questions et qui se feront un plaisir de partager leur expérience dnas les commentaires... A vous de jouer ! (Note : les commentaires doivent être relus avant publication et ne sont publiés qu'après modération, patience, donc !)

Mise à jour

Il faut le dire haut et fort : mes lecteurs sont formidables ! 15 commentaires et des réponses sur Twitter, c'est génial ! Je récapitule les principales options :

  1. Des téléphones du marché, équipés d'une distro indépendante de type CyanogenMod (attention, elle n'est pas 100% libre !), avec un AppStore dédié au Libre comme F-Droid. c'est l'option la plus souvent citée.
    1. Campagne Libérez votre Android par la FSFE ;
    2. Replicant semble être la solution la plus Libre, elle est en tout cas recommandée par la Free Software Foundation|https://www.gnu.org/philosophy/android-and-users-freedom.fr.html|fr]. Par ailleurs, rappelons que certaines couches logicielles comme les pilotes et ce qui touche aux modules radio sont presque toujours propriétaires...
    3. OmniROM ;
    4. ParanoidAndroid, qui malgré son nom se focalise sur l'éexpérience utilisateur ;
  2. Des téléphones spécifiques :
    1. FairPhone (Variante d'Android avec un objectif de fabrication éthique, mais rien sur l'aspect Libre et respectueux de la vie privée)
    2. Jolla (Sailfish OS, partiellement Libre)
    3. BlackPhone focalisé sur la vie privée, sur une base Android, avec un abonnement annuel pour bénéficier de services sécurisés respectueux de la vie privée ;
    4. Neo900, un projet visant à redonner une nouvelle vie au Nokia N900

A voir aussi : À quand les smartphones et tablettes libres ? qui est très complet dans une optique libriste, même s'il date de mai 2013.

- page 1 de 10