Mot-clé - privacy

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 3 février 2016

En vrac du mercredi

Quelques liens glanés ici et là, livrés en vrac :

vendredi 16 octobre 2015

En vrac du vendredi

Zero-rating is just one business model, and we shouldn’t accept it as inevitable. At Mozilla, we believe there are better solutions.

Au terme de plus d’une année de travaux, la commission formule 100 recommandations. Elle préconise l’_instauration d’un droit de savoir par la mise à disposition de tous des informations d’intérêt public et le renforcement de la protection des lanceurs d’alerte.

Elle appelle à défendre la liberté d’expression à l’ère du numérique en préservant la loi de 1881 sur la liberté de la presse et la place du juge garant de cette liberté. Elle préconise le renforcement de la protection des droits fondamentaux face à l’utilisation des données par des acteurs publics ou privés et à la maîtrise par les individus de leurs informations personnelles. Elle souhaite la reconnaissance de nouvelles garanties - droit d’accès, neutralité, loyauté… - indispensables à l’exercice des libertés à l’ère numérique. Elle recommande de reconnaitre en droit les communs et le domaine public informationnels.

While the administration said it would continue to try to persuade companies like Apple and Google to assist in criminal and national security investigations, it determined that the government should not force them to breach the security of their products. In essence, investigators will have to hope they find other ways to get what they need, from data stored in the cloud in unencrypted form or transmitted over phone lines, which are covered by a law that affects telecommunications providers but not the technology giants.

utilisé à mauvais dessein, le chiffrement rend plus difficile le travail des autorités publiques. Pour autant ce débat n’est pas nouveau : comme tout objet technique, le chiffrement est tout à la fois remède et poison, selon qu’il tombe entre de bonnes ou de mauvaises mains. Mais il serait absurde d’envisager son interdiction – ou sa limitation, ce qui revient sensiblement au même – au motif qu’il peut être utilisé par des personnes malintentionnées, car cela revient à affaiblir la sécurisation de l’ensemble du réseau. Ainsi le débat sur l’installation de backdoors – des portes dérobées à l’intérieur des services – prend des airs de débats d’un autre temps. Cette position n’est pas tenable : si l’on ouvre des portes dérobées pour les “bons”, on les ouvre aussi aux “méchants” et on affaiblit la sécurité des communication de l’immense majorité des utilisateurs du réseau, qui eux n’ont rien à se reprocher.

Note

[1] Pourquoi décrypter le contenu des smartphones alors qu’on peut tout obtenir des services de Cloud ou en écoutant les communications ?

mardi 6 octobre 2015

En vrac du mardi

Une compilation de liens qui commence à vieillir en attendant sa publication. Il n’est jamais troptard pour bien faire, voici donc de la lecture pour ceux qui sont sous une météo pluvieuse !

(Jean-Marie Delarue n’a) pas souhaité être choisi par le vice-président du Conseil d’Etat pour siéger à la nouvelle CNCTR. « La loi renseignement d’une part et la technique de saisine des données d’autre part ne me donnent pas les garanties d’un contrôle suffisant, et je ne souhaite pas par conséquent m’associer à ce dispositif », a expliqué le haut fonctionnaire. « Ce n’est pas la peine de faire des autorités, qui font suffisamment débat, si les personnes qui les composent ne sont pas indépendantes, c’est sûrement la première vertu de ces fonctions, a ajouté M. Delarue. Il faut savoir dire des choses qui ne sont pas forcément celles qui plaisent et il faut être très vigilant sur les conditions de son indépendance. »

mercredi 5 août 2015

En vrac du mercredi

I’m interested in running a content blocker not because I don’t want to see ads, but because I feel the need to fight back against being opted in, without my knowledge or consent, to third-party collecting, tracking, and selling of my personal data just by following a link.

vendredi 19 juin 2015

Rapport Ambition Numérique du CNNum

Hier, 18 juin, le rapport “Ambition Numérique” issu de la concertation organisée par le CNNum a été remis au premier ministre, Manuel Valls, qui en a tiré une stratégie numérique.

Dessin de Manuel Valls recevant la rapport Ambition Numérique du CNNum

400 pages, 6 mois de travail, 4 thèmes/volets, 70 propositions, issues de plus de 17000 suggestions recueillies en ligne et lors de séminaires participatifs en régions. Un travail de titan, auquel les 30 membres ont participé, avec le soutien sans faille de l’équipe du Secrétariat Général (ils ont été vraiment vraiment super, d’abord sous la direction de JB Soufron puis de Yann Bonnet).

C’est un immense honneur que d’avoir pu participer à ce projet, sur des sujets à mon avis très importants (comment la France peut réussir le virage du numérique, en termes d’emploi, d’État, de libertés, de société ?) avec des personnes aussi remarquables que mes camarades membres[1].

Mon travail s’est focalisé sur le volet Loyauté numérique, sous la direction de Valérie Peugeot (que je félicite au passage pour son travail et sa ténacité). On trouvera dans le rapport des thèmes chers au Standblog (Standards, Web, logiciels libres, collaboration, Internet comme un bien commun, open innovation, interopérabilité, formats ouverts, portabilité, neutralité du net, recours à la crypto, lutte contre la surveillance…) en particulier dans le Volet 1, et dans une moindre mesure, dans les volets 2 (formats et logiciels libres et collaboration dans l’administration), et 4 (biens communs et éducation pour une société numérique).

Après 3 mois très éprouvants à cause du projet de loi Renseignement (j’allais écrire “Surveillance” !), c’est un plaisir de voir aboutir au grand jour le résultat du travail de tout le CNNum, qui est un effort collectif positif de construction, autrement plus plaisant pour moi que l’effort d’opposition aux boites noires via par exemple Ni Pigeons Ni Espions.

Pourtant, la taille du rapport ‘Ambition Numérique’ (398 pages exactement) peut impressionner. C’est pourquoi une série de vidéos a été produite :

  1. Les grands enjeux numériques décrits dans le rapport #AmbitionNumérique en vidéo (5mn) ;
  2. Recommandations sur la loyauté dans l’environnement numérique présentées par Valérie Peugeot ;
  3. Recommandations sur la transformation numérique de l’action publique présentées par Marc Tessier ;
  4. Recommandations sur le volet croissance, innovation et disruption présentées par Marie Ekeland et Stephane Distinguin  ;
  5. Recommandations sur la société face à la métamorphose numérique présentées par Daniel Kaplan.

Par ailleurs, quelques citations et liens pour comprendre le contexte :

Lors de la remise du rapport, Manuel Valls a déjà prévenu que toutes les propositions ne seraient pas retranscrites dans le futur texte. La première version du « projet de loi Lemaire », dénomination utilisée par le premier ministre en référence à sa secrétaire d’État au numérique, serait déjà quasiment prête.

L’objectif était de se concerter avec l’ensemble de l’écosystème numérique, puis de livrer des recommandations très opérationnelles pour pousser à des modifications, soit dans les lois existantes et à venir, soit, pour les grands principes, dans une grande loi sur le numérique. La dernière de ce type, c’était la loi pour la confiance dans l’économie numérique en 2004. A l’époque, on ne parlait pas de big data ou d’objets connectés, il n’y avait pas eu d’affaire Snowden… Nous pensons qu’il faut toiletter le droit, mais aussi réfléchir à ces grands principes fondateurs, qui devraient faire leur entrée dans le droit positif français et européen.

(…) sur les questions de sécurité, nous n’avons jamais été entendus. Mais nous l’avons été davantage sur les questions de fiscalité, d’éducation, d’innovation… Et c’est aussi, probablement, parce que nous avons émis des avis défavorables à un certain nombre de reprises que l’écosystème numérique nous a jugés légitimes pour faire ce travail de concertation. Je ne dis pas que j’en suis satisfait, mais en 2013, Fleur Pellerin nous avait dit «Vous devez être le poil à gratter du gouvernement», et nous avons montré que nous pouvions l’être. Dans les 70 recommandations que nous transmettons, il y a ces grands principes que nous poussons, qui justifient la loi sur le numérique, mais il y a aussi beaucoup de propositions qui sont destinées à venir amender d’autres lois, et c’est un point important.

Nous avons notamment pensé à la neutralité du Net, qui est indissociable de la question de la loyauté des plateformes.

La question de la portabilité et, derrière, celle de l’interopérabilité, sont également fondamentales. L’usager qui publie par exemple des photos sur une plateforme doit avoir la possibilité de les embarquer.

Si je devais citer un dernier point, j’évoquerais celui de l’autodétermination informationnelle. Il faut que chaque usager ait le droit de tout savoir de ce qui est fait de ses données, pour donner (ou non) son accord à telle ou telle application, etc.

Note

[1] C’est là que je t’avoue, cher lecteur, que j’ai souvent eu l’impression d’être la personne la moins intelligente de la salle à de nombreuses reprises…

- page 1 de 11