Mot-clé - sécurité

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 25 janvier 2010

En vrac

Notes

[1] Oups, j'avais écris "Autriche" à la place d'Australie. Ca n'est pas la première fois que je me trompe entre "Austria" et "Australia"...

[2] Faille dont on découvre l'existence après que l'attaque ait eu lieu.

jeudi 20 décembre 2007

En vrac

Au milieu d'une journée semaine mois vie de dingue, quelques liens intéressants, même s'ils ne sont pas tous réjouissants. Pour ceux qui s'inquiètent, j'ai un billet en cours sur Opera, et un autre sur Acid 2 (passé par une version non publique d'IE8).

  • Think Secret ferme, après avoir révélé des infos sur Apple et refusé de livrer ses sources. Bien sûr, c'est pire ailleurs, mais justement, je croyais que les USA, c'était le pays de la liberté de parole... Je regarde mon matériel d'un autre oeil, maintenant... Je n'ai jamais été un fan d'Apple qui cherche à convertir tout son entourage, mais là, je me rapproche du status de consommateur ordinaire. En tout cas, je suis très favorablement impressionné par Nick dePlume Ciarelli, l'étudiant qui a tenu tête à Apple et refusé de donner les noms de ses sources. Chapeau !
  • Franchement, Otto, si ton objectif est de devenir le blog le plus visité de France, il faut t'en donner les moyens ! Utilise donc du logiciel qui tient la route... ;-)
  • eTYC.org, le portail collaboratif du développement durable, offre l'hébergement de blogs gratuits sur ce thème. C'est peut-être l'occasion de participer, cher lecteur...
  • C'est quoi, un blog, s'interroge Ecrans.fr... ;
  • Flock, le navigateur social, veut faire de l'or avec du libre. Rue89 semble croire dur comme fer or à l'avenir brillant de Flock. J'ai beaucoup plus de doutes qu'eux. Certes, je suis ravi de voir la technologie Mozilla profiter à Flock (rappelons que l'immense majorité du code de Flock, c'est celui de Firefox). En substance, Flock est un Firefox habillé différemment, avec des extensions pré-installées. Mais cela en fait un navigateur de niche, ce qui n'est pas un mal en soi. Par contre, je pense que c'est incompatible avec le modèle de financement par du capital risque, qui attend des retours sur investissement qui sont très elevés. L'équation, pour les dirigeants de Flock consiste donc à toucher quelques dollars par an de quelques millions d'utilisateurs, pour générer des dizaines de millions de dollars. Et c'est là que ça cloche...
  • Coût du Phishing : 900 dollars par internaute piégé. Rappelons que Firefox intègre une protection anti-phishing, et même Internet Explorer 7[1] ! Mettez à jour votre navigateur !
  • Mon collègue et ami Pascal Chevrel à la radio nationale espagnol (fichier audio format MP3), suite à sa participation au congrès Hispalinux.

Notes

[1] Sauf que coté respect de la vie privée, Firefox est bien mieux que le E bleu, vu que par défaut, il ne transmet pas la liste des sites visités à une base centrale...

mardi 30 janvier 2007

Les Directeurs des Systèmes d'Information votent pour le logiciel Libre

Un dossier spécial Open Source[1] vient de paraître dans Le Monde Informatique daté du 26 janvier (N° 1142). La conclusion, affichée en couverture, tient en 4 mots :

Bilan : un verdict positif.

Et comment ! Voici un petit florilège de citations qui devraient vous inciter à acheter ce numéro en plusieurs exemplaires pour le faire circuler au bureau ! (l'emphase des citations ci-dessous est de mon fait).

Avantage économique

Bertrand Bigay, DSI et fondateur de Cityvox :

Les grands éditeurs de solutions propriétaires ont du souci à se faire devant le gain économique généré par l'Open Source. Il leur faudra trouver une valeur ajoutée qui soit en mesure de justifier coût et enfermement.

C'est un vrai plaisir de constater qu'un DSI a compris qu'au delà du coût de fonctionnement, il y a un coût d'enfermement. (en fait un coût de migration au cas où vous êtes pris en otage par votre fournisseur). Bravo !

Liberté de choix

Gagne-t-on en indépendance avec le Libre ? Peut-on bénéficier d'un partenaire au cas où on n'a pas les ressources en interne ?

Lorsqu'on ne possède pas à l'Open Source et qu'on ne possède pas les compétences en interne, on établit une dépendance vis-à-vis de la SSII qui apportera les ressources et l'expertise nécessaires pour accompagner la migration et le déploiement. Reste qu'il est préférable d'être lié à un partenaire de proximité à taille humaine que de tomber sous la coupe de géants tels que les grands éditeurs.

... ne serait-ce que quand il s'agit de négocier les tarifs...

Conditions de licences

A propos des licences, et de la GPL en particulier, Bertrand Eteneau, DSI de Faurecia, déclare :

La publication des modifications effectuées dans des logiciels sous GPL ne me pose pas de problème. Au contraire, c'est un véritable avantage de pouvoir bénéficier des travaux réalisés par les autres. (...) Certaines licences commerciales sont scandaleuses, notamment chez Oracle ou Microsoft, d'autres plus raisonnables.

(on m'informe que M. Eteneau est demandé au téléphone par un certain Steve B. ;-)

Sécurité

Christophe Leray, DSI du PMU :

Ouvrir le code pour montrer la conception des logiciels garantit un bien meilleur niveau de sécurité.

Contrôle des budgets

Didier Lambert, DSI d'Essilor et président du CIGREF

(...) le modèle libre contribue à répondre à une de nos principales préoccupations, celui d'mpêcher les situations monopolistiques qu'il s'agisse de monopole ou de duopole bien géré, aux dépens de nos budgets.

Interopérabilité et standards

Encore Didier Lambert :

Les deux seules choses qui importent pour nous (les DSI), ce sont l'interopérabilité et les standards. C'est dans ce sens que le phénomène du libre nous intéresse. Tant dans son approche, qui donne la priorité à l'interopérabilité, que dans la façon dont il pousse Microsoft, par exemple, à publier ses formats bureautiques sous la forme de standards. En tant que DSI d'Essilor, j'ai fait participer mon entreprise à la définition du standard Open XML du nouveau MS Office. Ce que je veux, c'est avoir toutes les garanties que des milliers de documents déjà produits seront lisibles par tous et que les futurs le seront aussi tant par MS-Office et OpenOffice(.org).

Notes

[1] Mais pourquoi s'entêter à dire Open Source alors qu'on a en français l'expression logiciels Libres, qui a le mérite d'être 1 - en français, et 2 - sans équivoque ? (Qu'en anglais, on évite free software pour éviter la confusion entre liberté et gratuité, je comprends, mais en français ?

samedi 20 janvier 2007

Actu des navigateurs

Si vous utilisez encore IE6 et n'êtes pas encore passé à IE7, arrêtez de traînasser. Si vous utilisez une vieille version de Windows (IE7 ne fonctionne pas sur des versions antérieures à Windows XP SP2), j'abandonnerais en vitesse IE pour n'importe quel autre navigateur.