Mot-clé - standards

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 3 mai 2013

En vrac du vendredi

Partager

jeudi 5 juillet 2012

Pourquoi j'aime le Web

Cet article est une adaptation d'un article en anglais part simultanément sur mon blog official Mozilla, Beyond The Code

Page d'accueil de Mozilla Thimble

Je suis fan du Web pour quantité de différentes raisons, mais si je ne devais en retenir qu'une, c'est que tout le monde peut participer sans avoir à demander la permission.

Par participer, je ne veux pas juste dire "utiliser", non. J'entends aussi "créer" et "expérimenter". La beauté du Web, c'est qu'il n'est pas en lecture seule. On peut écrire, aussi. Contrairement à la radio et à la télévision, nous ne sommes pas cantonnés au rôle de consommateurs, on peut aussi jouer celui de producteur. On peut créer du contenu, des applications et ainsi inventer le futur du médium. Je m'explique :

Utiliser le Web est facile. On a besoin d'un PC, d'une connexion Internet et d'un navigateur (Firefox, au hasard). On peut aussi utiliser un smartphone (vous avez essayé Firefox pour Android ?)

Mais éditer et créer une page Web est aussi possible. On peut le faire façon hard-core avec un éditeur de texte (il y en a forcément un livré avec votre système d'exploitation) en complément de la commande "View Source" / "Afficher le code source de la page". On aura recours à la documentation de référence pour HTML, CSS et JavaSCript[1]

Heureusement, les choses sont devenues plus faciles, grâce à Mozilla WebMaker:

  • Mozilla Thimble est une excellente façon d'apprendre HTML et CSS
  • Les jeunes enfants vont adorer Hackasaurus, un cours en ligne fait exprès pour eux !
  • Pour voir ce qu'il y a sous le capot d'une page Web, on peut utiliser les Lunettes à rayons X de Hackasaurus.
  • Il est possible de participer à un événement SummerCode Party près de chez vous. (On peut aussi organiser soi-même un tel événement).

Tous ces outils et initiatives sont issues du programme Mozilla WebMaker. Mais pourquoi Mozilla fait-elle un chose pareille ? Parce que nous voulons améliorer le Web. Nous voulons aider tout le monde à mieux comprendre le Web, de façon à ce que chacun contrôle mieux sa vie en ligne.

Je suis sûr qu'avec cette approche, des enfants auront un de ces jours de grandes idées et vont créer des applications incroyables. Ils n'auront pas eu besoin de demander la permission à qui que ce soit pour cela. Cette approche permet la liberté, favorise l'innovation et ouvre de nouvelles portes pour le Web.

Voilà pourquoi je suis autant fan du Web ouvert...

Note

[1] On appréciera le fait que cette documentation est un Wiki, donc elle-même en "lecture / écriture" :-)

Partager

mercredi 16 mai 2012

En vrac du mercredi

Partager

samedi 12 mai 2012

Bientôt Sud-Web !

J'ai le plaisir de poser quelques questions à Loïc Mathaud, l'un des organisateurs (en l'occurrence président) de Sud-Web, un événement qu'il est tellement bon que Mozilla a décidé de le sponsoriser :-) [1]

Tristan : Bonjour Loïc, peux-tu nous expliquer ce qu'est Sud-Web ?

Loïc : Sud Web est une conférence pour tous les professionnels du web (développeurs, designers, experts accessibilité...) qui veulent profiter de l’expérience des autres. Pour construire un web de qualité, nous devons travailler ensemble. Nous ne devons donc pas hésiter à nous questionner constamment et à apprendre des autres. Sud Web permet d’ouvrir sa perception du web et de s’améliorer dans sa pratique via le partage d’expériences concrètes.

Tristan : Comment est née l'aventure ?

Loïc : Sud Web découle de Paris Web. Une partie de l’équipe s’y rend chaque année depuis la première édition et très tôt des discussions ont eu lieu sur la création d'un évènement de ce type en dehors de Paris et à une autre époque de l'année. Longtemps resté au stade d'idée vague, Sud Web a réellement pris forme lors de Paris Web 2010. Après de nouvelles discussions à ce sujet durant le trajet en voiture - grève oblige - menant un petit groupe vers Paris, il s'avère que le staff de Paris Web m'a permis de monter sur scène pour lancer publiquement l'idée d'un Sud Web.

Quelques minutes plus tard, quelques-uns de mes futurs compagnons venaient déjà me voir pour participer à l'aventure. Quelques jours plus tard, le groupe se constituait et commençait à s'organiser. Quelques semaines plus tard, l'association Sud-Web voyait le jour. Et enfin 6 mois plus tard, après un très gros travail de la part du staff, Sud Web 2011 avait lieu à Nîmes, sous le joli soleil du mois de mai !

Tristan : En venant à Sud-Web, avec quoi vont repartir les participants ?

Loïc : Sud Web 2012 a lieu à Toulouse les 25 et 26 mai prochains et cette année nous avons décidé de proposer deux journées différentes mais complémentaires.

Une première journée de conférences où l’on mise sur la transmission de retours d’expériences de la part des orateurs, suivant un programme concocté par notre équipe. Le tout conclu par une séance de questions à l’ombre où participants et orateurs pourront se rencontrer de manière plus informelle au sein d’une cour intérieure.

La deuxième journée sera participative. Nous l’avons appelé l’Élaboratoire. Elle se situe à mi-chemin entre les BarCamp et les CodingDojo. Notre objectif sera de favoriser les échanges inter-participants en mettant en avant des débats. Le lieu le permettant, chacun sera libre d’utiliser une des salles à disposition pour 1 ou 2 heures afin de s’y retrouver en petit groupe pour échanger, tester, apprendre sur le thème de leur choix. À titre d'exemple, vous aurez l'opportunité de débattre avec Bert Bos, un des co-inventeurs des CSS.

Tristan : Excellent ! Avec quoi vous, organisateurs, allez repartir de Sud Web ?

Loïc : Avec des nouvelles idées et points de vues, des choses à tester une fois de retour au travail afin d'améliorer vos projets, des rencontres riches avec des passionnés du Web, et, on l’espère, un immense sourire suite à ces 2 jours passés tous ensemble avec une équipe de bénévoles qui n'aura pour objectif que votre bien-être.

Tristan : Merci Loïc pour ces précisions, et bonne chance pour l'organisation de Sud-Web !

Note

[1] Merci à l'excellent Anthony Ricaud pour son aide lors de cette interview.

Partager

mercredi 28 juillet 2010

The Web has never been as exciting!

(This is a quick translation of a post I wrote in French earlier today)

Firefox 4 Beta has just been released. It brings seed, a better UI tons on new things for extension developers (hmm, JetPack!) and Web developers.

In this post, I'll focus on the Web development part.

In my opinion, combining CSS3, new APIs (including WebGL) and HTML5 is enabling the Web as a development platform to make a huge leap forward. I have worked with the amazing Paul Rouget in order to have a video of his demos in order to share my excitement.

For those who have installed Firefox 4 Beta 2, a good PC with a decent discrete graphic card and have enabled Direct2D hardware acceleration, here are 3 spectacular demos:

  1. Video, CSS Transitions, @font-face and SVG filters
  2. Video, SVG Clip-path and CSS Transitions
  3. WebGL, video and Transforms

Paul Rouget during the demo movie

For those who are more in a hurry or want more details, please check the video and the article on Hacks.mozilla.org.

What you see on the screen is just a Web page, using standards that are being specified and implemented (HTML5, CSS3, SVG, WebGL, new APIs…). What I find fascinating is that by combining these technologies, one can do things that were deemed impossible even recently:

  • Native video with an Open and unencumbered coded (WebM)
  • Good fonts ( @font-face, WOFF)
  • Declarative Animations (using CSS3, and soon SVG/SMIL)
  • SVG Filters and Masks applied to HTML elements (Gaussian blur effect, a B&W filter on videos, a round-shaped video
  • 3D (the WebM video used at the end as a texture to a 3D rotating cube just floored me)
  • WebSockets, for a persistent bi-di communication between the server and the browser, used in this case to control remotely the presentation from an Android phone running a pre-Alpha version of Firefox for Android.
  • Drag & Drop, Indexed DB and local storage, the File API, Geolocation and device orientation and all the tech features I won't mention.

Of course, the Open Web still has to compete with proprietary approaches such as monopolistic AppStores or proprietary plug-ins. But it never has been has powerful and innovative as it is now, and that's what is making me excited!

Partager

- page 1 de 3