jeudi 6 mai 2021

À propos de la loi climat

Coucher de soleil sur la côte de nacre, Normandie, France

La loi climat est votée à l’Assemblée Nationale, mais elle n’est pas suffisante pour atteindre nos objectifs climatiques, explique la journaliste Audrey Garric dans un live du Monde :

En l’état, ce projet de loi ne permettra pas à la France de tenir ses engagements climatiques. Selon l’étude d’impact réalisée par les services du ministère, le texte (tel qu’il a été déposé en conseil des ministres) ne permettrait de réaliser que 10 % du chemin qu’il reste à parcourir pour réduire nos émissions de 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990. Mais le gouvernement argue que ce texte n’est pas seul, et que l’objectif sera atteint grâce à toutes les autres actions et lois (sur l’énergie, la mobilité, l’économie circulaire, le plan de relance) prises depuis le début du quinquennat.

Afin de prouver que la France tiendra ses promesses, le gouvernement a mandaté le cabinet de conseil privé Boston Consulting Group (BCG). Ses conclusions montrent que l’on n’est pas dans les clous : on parviendrait, au mieux, à une baisse de 38 % des émissions à l’horizon 2030 comparé à 1990 et, encore, c’est un défi qui « suppose aussi de mobiliser des moyens politiques, financiers et humains inédits ». Cette étude fait partie du mémoire en défense de l’État dans l’affaire qui l’oppose à Grande-Synthe et d’autres devant le Conseil d’État. A l’inverse, une étude du cabinet Carbone 4, mandaté par les quatre organisations de « l’Affaire du siècle », conclut qu’en l’état actuel des mesures prises ou envisagées la France ne sera structurellement pas en mesure d’atteindre l’objectif de − 40% de GES à l’horizon 2030.

mardi 4 mai 2021

En vrac du début mai

Plage normande

En vrac des plateformes

Écologie et climat

L’usager de la route génère des coûts pour les autres usagers (usure de la route, congestion, accidents de la route) et pour la collectivité (pollution de l’air, émissions de gaz à effet de serre, bruit). Selon la théorie économique, il serait optimal que l’usager de la route paie les coûts engendrés pour la collectivité par sa décision de circuler, appelés externalités. Les prélèvements supportés par les usagers sont surtout la fiscalité sur les carburants et les péages. Lorsque ces prélèvements sont inférieurs aux externalités, il y a trop de déplacements routiers par rapport à ce qui est souhaitable.

En 2015, les prélèvements ne couvraient en moyenne qu’un tiers des externalités de la circulation. Cette sous- tarification concerne la grande majorité des véhicules et des milieux étudiés. Elle est particulièrement marquée en milieu urbain, où les coûts liés aux embouteillages et à la pollution de l’air sont plus importants. Les véhicules diesel présentent un bilan plus dégradé que les véhicules à essence car elles émettent davantage de polluants et bénéficient d’une fiscalité plus faible.

Vélo

  • Prime à la conversion pour le vélo : « Il y a un côté historique ». « Quand vous mettez au rebut, donc à la casse, un véhicule polluant, vous pouvez toucher 2 500 euros. Ce que promet cet amendement, c’est de pouvoir acheter un vélo à assistance électrique, un vélo cargo, etc. avec cette somme. Cette mesure ne touche que les personnes qui ont une vieille voiture ». « Pour la FUB, il y a deux choses à mettre en place : un fonds vélo pour accompagner les collectivités et les aider à construire de nouvelles pistes cyclables, et rendre le Forfait mobilité durable obligatoire pour les salariés qui “vélotaffent” » ;
  • Le vélo est-il si cher ? (spoiler : non), par Maël Thomas, éminent invité de mon podcast l’Octet Vert, plus particulièrement dans l’épisode #6, où il parle d’empreinte climat;
  • Comment Uber Eats et Deliveroo ont fait dérailler la livraison à vélo au profit du scooter. “Au début, je roulais à vélo, mais les distances se sont allongées et les prix ont baissé, donc j’ai dû passer au scooter pour être rentable”, explique un livreur à France Info. Uber Eats, affirme par écrit que “la quasi-totalité des livreurs déclarent utiliser un vélo”. Le journaliste est allé compter les livreurs un soir à Courbevoie : “278 scooters pour 5 vélos”. Donc Uber Eats ment. Ce qu’il faut savoir, c’est que les plateformes pistent les livreurs par GPS et peuvent savoir s’ils sont à vélo ou à scooter, mais ne veulent pas voir le problème… Une seule solution : ne pas commander sur ces plateformes !

vendredi 30 avril 2021

L'Octet Vert #09 avec Aurélien Déragne

Cette semaine, je reçois Aurélien Déragne, co-créateur de la Fresque du Numérique avec son comparse Yvain Mouneu. On parle dans cet épisode de la difficulté de constater que son job (ici dans l’industrie automobile) participe à mener l’humanité droit dans le mur, mais une fois qu’on a bien compris ça, après une période de deuil, on peut trouver un autre job qui pour le coup nous donne l’envie de se lever le matin et mène à une créativité et un espoir retrouvés.

Où écouter cet épisode ?

  1. L’Octet Vert sur Apple Podcasts ;
  2. L’Octet Vert sur Google Podcasts ;
  3. L’Octet Vert sur Spotify ;
  4. Le flux RSS de l’Octet Vert ;
  5. L’Octet Vert sur Deezer ;
  6. L’Octet Vert sur Anchor ;
  7. L’Octet Vert sur Breaker ;
  8. L’Octet Vert sur Pocket Casts ;
  9. L’Octet vert sur Podcast Addict ;
  10. L’Octet Vert sur RadioPublic ;
  11. Pour les rebelles, les barbus, les partisans du old school, ceux qui écoutent des podcasts en ligne de commande, le fichier MP3 est disponible !

Les bons liens d’Aurélien Déragne

Les bonnes lectures d’Aurélien

lundi 26 avril 2021

Le Bitcoin est-il écolo ?

Empreintes annuelles du Bitcoin, avr. 2021

Voilà deux questions que je me posais depuis quelque temps : quelle est la consommation d’énergie électrique de la fameuse cryptomonnaie bitcoin ?[1] Cette dernière est-il écolo ?

La réponse apportée est un NON retentissant, et voici la preuve en quelques chiffres :

  • 48 millions de tonnes de CO2 émis par an, comparable aux émissions de la Norvège ;
  • Plus de 100 TeraWatts heure, comparable à la consommation électrique annuelle du Kazakhstan ;
  • Plus de 11 000 tonnes de déchets électronique soit autant que le Luxembourg chaque année.

Et quelle est l’empreinte d‘une seule transaction Bitcoin ?

  • 445 kg de CO2, soit près d’un million de transactions VISA, ou 74 000 heures de Youtube ;
  • 937 kWh d’électricité, soit 2,4 mois d’électricité d’un foyer français ;
    • autrement dit, 5 transactions Bitcoin sont égales à la consommation en électricité d’un foyer français en un an ;
  • Plus de 100 g de déchets électroniques. PAR TRANSACTION !

On peut se demander comment se compare l’Ethereum. C’est 12 fois moins, mais c’est encore énorme.[2]

Bref, la prochaine fois qu’un geek vous jure qu’il est super écolo la main sur le cœur, demandez-lui s’il mine du Bitcoin. Et s’il répond positivement, rappelez-vous que c’est comme si un mec en train de manger une cote de bœuf vous jurait — la bouche pleine — qu’il est végan.

Pourquoi le Bitcoin pollue-t-il autant ?

On reportera à cet article publié sur le site Eco-Info du CNRS, Consommation énergétique des technologies blockchain pour comprendre comment, structurellement, le Bitcoin est polluant. En voici un extrait, l’emphase est de mon fait :

“la sécurité (du Bitcoin) repose sur (…) son algorithme de consensus, la preuve de travail où, pour valider un bloc, les différents validateurs sont en compétition pour résoudre un problème cryptographique dont la difficulté est ajustée automatiquement pour qu’en moyenne, un bloc soit validé toutes les 10 min.

Autrement dit, on fait tourner des ordinateur surpuissants pour une compétition autour d’un calcul mathématique, pour déterminer qui va remporter les bitcoins. C’est en cela que la monnaie des banques est infiniment plus économique, car lui n’a pas à résoudre un tel problème pour montrer sa légitimité[3].

Notes

[1] Il ne faut surtout pas confondre la crypto-monnaie bitcoin — qui est un désastre écologique — avec la technologie blockchain, ni avec les autres crypto-monnaies, lesquelles peuvent être moins énergivores car pas basées sur la “preuve de travail” du bitcoin. Voir cette explication sur le site du CNRS

[2] On notera que l’Ethereum envisage de quitter l’approche proof of Work (preuve de travail) — qui provoque cette consommation délirante d’énergie — pour passer à la proof of stake (preuve d’enjeu). Ce changement serait pour bientôt et permettrait de diviser la facture énergétique par au moins 100, mais les mineurs qui ont investi dans la preuve de travail veulent bloquer le processus, preuve de leur totale absence d’éthique. Comme de nombreux pétroliers, gaziers, industriels de l’automobile et de l’aviation, ces gens prefèrent avoir du sang sur les mains et envoyer l’humanité dans le mur plutôt que de changer de business model !

[3] Cela n’empêche pas les banques de polluer par leur financement des énergies fossiles par ailleurs. cf le rapport Banking on Climate Chaos.

vendredi 23 avril 2021

L'Octet Vert #08 avec Frédéric Bordage

Pour cet épisode, je reçois Frédéric Bordage, qui a lancé le site et la communauté GreenIT.fr en 2003 (oui oui, ça fait bien 18 ans !). Bref, c’est un peu le parrain de la discipline… Frédéric nous raconte comment il a décidé de changer de vie, de quitter son boulot de journaliste, avec l’idée qu’il contribuerai à un meilleur avenir pour sa fille. On a abordé un sujet sur lequel j’ai un biais, qui est que les CO2, les gaz à effet de serre et donc le changement climatique, ne sont pas le seul inconvénient du numérique : épuisement des ressources abiotiques (non biologiques), de l’eau douce, réduction de la biodiversité etc. sont tout aussi importants et trop peu pris en compte en général et dans mon propos particulièrement.

Où écouter cet épisode ?

  1. L’Octet Vert sur Apple Podcasts ;
  2. L’Octet Vert sur Google Podcasts ;
  3. L’Octet Vert sur Spotify ;
  4. Le flux RSS de l’Octet Vert ;
  5. L’Octet Vert sur Deezer ;
  6. L’Octet Vert sur Anchor ;
  7. L’Octet Vert sur Breaker ;
  8. L’Octet Vert sur Pocket Casts ;
  9. L’Octet vert sur Podcast Addict ;
  10. L’Octet Vert sur RadioPublic ;
  11. Pour les rebelles, les barbus, les partisans du old school, celles et ceux qui écoutent des podcasts en ligne de commande, le fichier MP3 est disponible !

Les bons liens de Frédéric Bordage

Le travail de Frédéric Bordage

- page 1 de 941