Mot-clé - quadrature

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 27 novembre 2012

En vrac du mardi

lundi 28 mars 2011

La liberté du Net vaut bien une poignée d'Euros

'portrait' de Tristan Nitot par Geoffrey Dorne en soutien à la Quadrature du Net

En tant que citoyen français, je constate depuis déjà plusieurs années que les lois contre la liberté d'Internet ne cesse de s'empiler. Souvenons-nous de DADVSI, puis d'HADOPI et plus récemment de LOPPSI 2, sans compter le spectre d'ACTA. Toutes ces lois - qui ont des prétextes qui semblent louables - ont en commun leur inefficacité et le danger qu'elles font planer sur la liberté d'expression, le droit d'innover et de participer à cette formidable invention qu'est le Net. Sous l'influence de différents lobbies industriels (les majors d'Hollywood, de la musique et des équipementiers réseaux, de certains fournisseurs d'accès), le filtrage et la censure du Net, le contrôle des utilisateurs, l'interdiction du partage sont grandissants et la liberté des utilisateurs se réduit comme peau de chagrin. Du coté des internautes, la Quadrature prend les choses en main et le contrepied des lobbies en devenant de fait un groupe de pression citoyen qui défend l'intérêt des utilisateurs et informe les législateurs. Je suis persuadé qu'Albert Einstein avait raison quand il déclarait "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire." C'est pour cette raison que j'ai décidé d'aider la Quadrature du Net, et que je vous encourage à faire de même.

Suivez l'actu de la Quadrature :

PS : si vous twittez cette actu importante, pensez à indiquer les hashtags #LQDN et #quadrathon !

jeudi 10 février 2011

Loppsi adoptée

Internet est surveillé, contrôlé, censuré - affiche par RSF.org

affiche de RSF.org

La redoutable loi Loppsi vient donc d'être adoptée. Elle est redoutable car elle ouvre la porte au filtrage des sites par une autorité administrative. Autrement dit, une administration va pouvoir décider sans décision de justice de censurer un site Web. C'est un immense pas en arrière en terme de liberté d'expression. Je laisse au député Jean-Jacques Urvoas le d'expliquer cela (c'est un extrait des débats parlementaires) :

À l'article 4, parmi les techniques que vous entendez utiliser pour lutter contre la pédopornographie, figure le filtrage des sites. Nous partageons évidemment vos motivations mais le cocktail que vous proposez nous paraît explosif [...] Je crains que [la lutte contre la pédopornographie] ne soit un prétexte fallacieux, d'autant, les techniciens nous l'expliquent, qu'il ne sera pas compliqué de contourner le blocage. Dans les deux pays qui ont légiféré pour bloquer des sites, l'Australie et la Finlande, l'inutilité de la mesure a malheureusement été démontrée. La liste sera secrète et arrêtée par le ministère de l'intérieur, comme en Finlande. Or, dans ce pays, elle a en réalité été publiée rapidement et elle comportait une longue liste d'opposants à ce projet mais n'ayant rien à voir avec la pédopornographie. Le même phénomène a été constaté en Australie : sur la liste interdite par le Gouvernement, figuraient des sites de poker, des vidéos publiées sur YouTube, des pages de Wikipedia, des sites sur l'euthanasie ou anti-avortement. Les décisions seront prises à la discrétion du ministère de l'intérieur, sans contrôle d'une autorité judiciaire [...] cela revient, ni plus ni moins, à légiférer en faveur de l'arbitraire. C'est d'autant plus dommage qu'existent d'autres solutions ne présentant pas ces inconvénients, tout aussi aisées à mettre en œuvre mais plus respectueuses des libertés.

L'espoir qui reste, c'est que le Conseil Constitutionnel bloque la loi dans son état actuel. C'est d'autant plus inquiétant que la lutte contre la pédo-pornographie n'est qu'un prétexte pour le filtrage et le contrôle d'Internet, comme le souligne Jérémie Zimmerman, porte-parole de la Quadrature du Net :

Le contrôle du Net est à l'ordre du jour du G8 et du G20 présidés par Nicolas Sarkozy, au travers de la notion d'un “Internet civilisé”. Dans ce contexte, il est extrêmement inquiétant de voir le Parlement imposer le filtrage administratif d'Internet. Au même titre que l'HADOPI instrumentalise les artistes et élude la question du financement de la création à l'ère numérique, le blocage de l'accès aux sites ne règle absolument rien au problème de la pédopornographie. Le cheval de Troie de la protection de l'enfance ouvre la porte, par ce vote, à la censure généralisée du Net.[1] Les citoyens épris d'Internet et de libertés doivent agir et dénoncer cette instrumentalisation.

C'est pourquoi j'encourage les lecteurs du Standblog à soutenir la Quadrature du Net, comme je viens de le faire moi même avec un don de 100€.

Lectures complémentaires :

Notes

[1] Le président Sarkozy a déja promis le filtrage aux industries du divertissement: « Plus on pourra dépolluer automatiquement les réseaux et les serveurs de toutes les sources de piratage, moins il sera nécessaire de recourir à des mesures pesant sur les internautes. […] Il faut donc expérimenter sans délai les dispositifs de filtrage. » (Vœux au monde de la culture du Président de la République, 7 janvier 2010, format PDF).

vendredi 22 janvier 2010

Soutenir la Quadrature du Net

Par certains aspects, 2009 aura vraiment été une année de merde. Les attaques de certains politiques contre Internet à coups de lois bancales et liberticides n'étaient pas le moindre de ces aspects. Et 2010 promet d'être aussi préoccupante de ce point de vue-là.

Il y a une association en pointe qui tente de défendre les droits et libertés des citoyens sur Internet. C'est la Quadrature du Net, qui a fait un travail formidable sur Hadopi et le "paquet Télécom".

Logo de la Quadrature du Net

Plus que jamais, en 2010, La Quadrature du Net sera indispensable pour préserver nos libertés d'Internautes. Mais voilà, financièrement, ça va mal.

Il y a 4 priorités pour la Quadrature en 2010, quatre défis pour nos libertés :

  1. ACTA. L'accord multilatéral est la plus grande menace à l'heure actuelle sur nos libertés sur Internet. Il prévoit notamment d'encourager les "ripostes graduées" et la responsabilité des intermédiaires techniques, favorisant le filtrage du Net.
  2. Neutralité du Net. Plus que jamais il sera essentiel de promouvoir la neutralité du Net comme une sauvegarde essentielle des libertés individuelles dans l'environnement numérique.
  3. LOPPSI. La loi LOPPSI prévoit une censure du web, au nom de la lutte contre la pédopornographie contre laquelle elle s'avèrera parfaitement inefficace.
  4. HADOPI Accompagner l'éventuelle mise en œuvre du dispositif, et documenter son naufrage technique, social et politique.

Chacun de nous peut aider, et ce de deux façons :

  1. en soutenant financièrement la Quadrature du Net. C'est ce que je viens de faire à l'instant pour 50 EUR.
  2. en relayant cet appel sur votre blog, sur Twitter ou Facebook (ou au bistro du coin).

Ils en parlent :

Mise à jour :

page 2 de 2 -