Mot-clé - innovation

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 23 juillet 2010

Applications mobiles, le temps de l'ouverture

Il y a quelques semaines, j'étais invité par SFR à débattre sur ce sujet passionnant qu'est l'ouverture des AppStores pour applications mobiles. Ont participé à ce débat :

  • Sébastien Berten Président et Fondateur de Backelite
  • Philippe Caloud, Directeur Développement Terminaux et Applications Mobiles SFR
  • Stéphane Lebas, Directeur Applications et Stores SFR
  • … et votre serviteur, en tant que fondateur et président de Mozilla Europe.

Le débat — animé par le très pertinent Jérôme Bouteiller — était filmé, et certains extraits ont été montés et publiés sur Youtube. Les voici :

samedi 29 mai 2010

En vrac

Notes

[1] c'était à l'époque l'équipe qui poussait le plus les standards à l'intérieur de Microsoft.

[2] WordPress.com est 12eme, et c'est super !

mardi 25 mai 2010

Firefox, add-ons and innovation

Today, I was invited to give a talk in Paris about Mozilla and innovation, and Mozilla has received an award for being innovative (but also being a platform for innovation).

It was a great honor to receive such an award, with other organization on stage with me such as Touch Bionics, Archos, Pan-African e-Network, Aldebaran Robotics, Groupe SEB, The City of Helsinki and Dassault Systemes.

I was particularly amazed by the Pan-African e-Network (India helping Africa for Education using technology) and Aldebaran (amazing little robot which is ridiculously cute).

Aldebaran Nao Robot

As the person receiving the award in the name of Mozilla, I had to say a little speech about what we do at Mozilla, and how we do it.

The Mozilla development process has been explained many times in many places and languages by many people. This time, as the whole event is about innovation, I decided to focus on the way Mozilla does Open innovation (or Participative innovation).

Here is a quick recap of what I said to the audience (shamelessly stolen from the Labs team and Chris Beard). Slides are available in PDF format (2.6MB).

  • Mozilla, non-profit organization, builds products (including Firefox, 400 million users) and communities (that build/test/localize/promote the product and its add-ons, and also help users).
  • Our vision of the Internet is explained in our Manifesto. We "believe that openness, innovation, and opportunity are key to the continued health of the Internet".
  • Our development process is focused on building great products, with participation from thousands of people around the world.
  • With 75 languages and 3 platforms (leaving mobile on the side for now), each release is actually 225 versions of Firefox. Shipped simultaneously, aiming at 400 million users. This leaves very little room for crazy ideas that may damage the stability, security and ease of use of Firefox. Our development process is basically a funnel that makes sure that contributions are valuable for our users. But this limits innovation (don't worry, I'll explain next how we actually innovate, on a very large scale).

The Hourglass

  • Add-ons are a key ingredient for innovation at Mozilla. They enable an "hourglass"-shaped process, where we're building tons of exciting, useful and creative things, like an upside-down funnel going in many directions from a single point which is the product. Add-ons, with the help of the community and the Labs team become basically a gigantic virtual R&D lab:
    • We're making the barrier to entry is as low as possible so that it's easy to prototype ideas
    • Very little interference with release cycle. You don't have to wait for the next release of Firefox to collect feedback on your work.
    • It's very easy to share an add-on. Post it on your Web site, or even send it as an email.
    • Ability to serve the long tail of innovation. Your idea can be useful to 2 people on this planet. That's OK.
    • Best ideas that are useful to a majority of users while not degrading the user experience can be integrated into a future version of Firefox, sometimes after a rewrite.
  • Add-ons span a very broad space, from Firefox Sync to BetterPrivacy, including FlashBlock, OptimizeGoogle, and one of the least popular-yet-super-useful (for me at least) Thitan.
  • Mozilla Labs, key in fostering innovation, has 3 pieces:
    • Exploration (exploring strategic focus areas with product teams)
    • Incubation (of new products and services, regardless of whether or not they begun in Labs)
    • Support services (Concept series, Test Pilot, etc.)
  • Results of this approach:
    • Firefox is highly customizable and close to users' needs
    • Highly "generative[1]/hackable[2]" environment where many people are empowered to innovate
    • Building an Internet that benefits everyone.

In my speech, I dedicated the award (representing Hermes and Dyonisos, respectively Greek gods of invention and creativity, among many things) to contributors, supporters and users of Firefox and Mozilla technologies. Oh, and by the way, a quick poll from the audience — people working in the field of innovation — showed that roughly 80% of them were using Firefox.

Innovation award

Notes

[1] The notion of Generativity is taken from the highly-recommended The Future of the Internet book by Pr Jonathan Zittrain. It explains how PCs, combined with the Internet, are "generative" and enable people to invent the future.

[2] Hackable in the most noble sense, referring to ingenuity, not in the sense too often used by the press to refer to pirates and crackers.

mercredi 3 février 2010

Mozilla : participation et innovation

Il y a quelques semaines, je donnais une conférence aux JRES 2009, (Journées Réseaux de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche). Il m'a été demandé de donner la conférence de clôture en assemblée plénière, dans le magnifique auditorium de la la cité des congrès de Nantes. Une salle superbe de 2000 places, avec probablement plus de 1000 personnes en guise d'audience.

En introduction, j'ai demandé à tout le monde de se lever, puis j'ai pris une photo (malheureusement, on ne voit pas la partie gauche de la salle, qui était bondée).

Pendant mon intervention aux JRES 2009 à Nantes…

mardi 4 août 2009

Co-création : comment ça marche, et qui profite ?

Un gentil lecteur m'a envoyé un article dont le titre était prometteur : Co-création : les nouvelles règles du jeu. Il a été écrit par deux experts qui veulent proposer leurs services dans le domaine (ce qui est déjà limite d'un point de vue déontologique), j'ai trouvé le contenu creux, alors que le sujet est formidablement intéressant.

J'ai laissé un commentaire, mais il n'est toujours pas publié plusieurs heures plus tard. Heureusement, j'ai eu la bonne idée de faire un copier-coller pour éviter qu'il ne se perde !

Voici le contenu de mes réflexions :

Votre article m'a laissé un peu sur ma faim...

La co-création existe bien dans l'Open Source / Logiciel Libre depuis toujours, mais certains cadres sont plus efficaces que d'autres. Chez Mozilla par exemple (où je travaille), la co-création est une réalité depuis 10 ans, et nous travaillons d'arrache-pied à améliorer le système, pour aider les gens à participer et à inventer le futur qu'ils veulent voir exister. Un des fondements de notre approche, c'est que le résultat du travail (en l'occurence du code) appartient à tous grâce à l'utilisation de licences Libres type GPL (ça évite la crainte de se "faire plumer" comme l'explique le 1er commentaire).

Par ailleurs, vous écrivez en conclusion "Les miracles n’existent pas plus sur le web que dans le monde off-line." C'est vrai, et pourtant, il y a une différence fondamentale – presque miraculeuse – qui fait que dans le monde virtuel, quand on partage, on multiplie, alors que dans le monde réel, on divise. On invente une fois, et le résultat peut être utilisé par tous. L'arrivée d'un nouvel utilisateur ne prive pas les précédents de l'invention.

Finalement, avec le recul, je constate qu'on touche aux limites de la co-création si on essaye de faire rentrer le concept dans le moule habituel de l'économie de marché. Du coup, on se demande qui et comment on va récupérer la valeur commerciale de ce qui est co-inventé. On se demande comment rafler l'invention pour la vendre au plus grand nombre. Evidemment, ça pose des problèmes éthiques, et ça rend les contributeurs potentiels méfiants.

Chez Mozilla, on fait de la co-création au quotidien. Le système fonctionne bien, mais on s'assure qu'il continue de s'améliorer en permanence. Voici quelques pistes sur lesquelles on travaille :

  • Le résultat du travail est réutilisable par tous. On ne cherche pas à "rafler la valeur créée". Pour ça, on a les licences Libres (le code de Firefox est sous triple licence MPL/GPL/LGPL).
  • On s'efforce d'abaisser les barrières à l'entrée (pas besoin d'un type d'ordinateur spécifique, un éditeur de texte suffit avec une connexion Internet). On travaille aussi à réduire les compétences nécessaires pour participer (par exemple Jetpack) et on cherche à toucher plus de gens, par exemple avec Personas, sur des aspects graphiques ou encore Creative Collective.
  • L'organisation est à but non-lucratif (et l'argent qui est généré sert à alimenter la viabilité du projet et assurer son indépendance)
  • Le projet auquel on s'attelle est énorme et utile à plus d'un milliard d'individus sur la planète. On fait un navigateur Web qui est actuellement utilisé par plus de 300 millions de personnes. C'est d'autant plus important que le navigateur est l'interface entre les individus et leur vie en ligne.
  • Le projet a un certain nombre de valeurs qui le font sortir du lot – explicitement définies dans le Mozilla Manifesto, et le navigateur Firefox n'est qu'un outil qui reflète notre vision et nous aide à l'accomplir.

Je n'ai pas l'intention de donner des leçons en terme de co-création, car il y a plein de choses qu'on doit encore améliorer et repenser, mais je voulais juste partager quelques éléments de réponse provenant de notre expérience chez Mozilla, sans aucune prétention.

- page 1 de 2