mercredi 2 août 2017

Progrès et jour du dépassement

Evolution du monde en 7 graphiques sur 200 ans

Evolution du monde en 7 graphiques sur 200 ans. Cliquez pour agrandir l’image

l’évolution (positive) du monde en 200 ans et 7 graphes. Les 6 graphes principaux sont très positifs… Mais le 7e, en petit en bas à droite, est très important : c’est l’évolution de la population sur 2 siècles. L’auteur a écrit un article complet sur ce thème. Le souci, c’est la capacité de la planète à supporter autant d’humains qui ont en plus tendance à consommer de plus en plus, d’où un développement absolument pas durable, où l’on consomme beaucoup plus que ce que la planête peut offrir, et en produisant une quantité croissante de CO2, gaz à effet de serre. Le site est magnifiquement fait. On notera que son contenu est entièrement sous licence libre CC-BY-SA.

Il se trouve qu’aujourd’hui, c’est le jour du dépassement :

à compter de ce mercredi 2 août, nous vivons à crédit. L’humanité a consommé autant de ressources naturelles que ce que la Terre est en mesure de renouveler en un an. Ce «jour du dépassement», calculé par l’ONG américaine Global Footprint Network, arrive chaque année un peu plus tôt. En 2016, il n’intervenait que le 3 août, en 2015, c’était le 4. Si on remonte encore un peu plus le temps, en 1971 par exemple, date à laquelle la planète ne comptait que 3,7 milliards d’habitants (contre 7,6 milliards aujourd’hui), nous commencions à vivre à crédit seulement le 21 décembre.

En gros, l’humanité vit à crédit, et c’est de pire en pire : « En 2017, 1,7 planète sera nécessaire pour assouvir les besoins humains. Et si nous continuons sur cette lancée, il en faudrait l’équivalent de deux en 2050. »

4 volets d’action :

  1. L’énergie d’abord. A elles seules, les émissions de carbone représentent 60 % de l’empreinte écologique.
  2. La lutte contre le gaspillage alimentaire est aussi primordiale. Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de nourriture est jeté ou perdu, soit un tiers des aliments produits. Et aussi diminuer (voire arrêter) notre consommation de viande
  3. La population, et ses besoins énergétiques croissants
  4. La ville

lundi 31 juillet 2017

En vrac du lundi

Coucher de soleil sur Paris

jeudi 20 juillet 2017

Projet de loi antiterroriste

Je viens de lire ces trois articles sur un sujet qui me préoccupe :

Chacun apporte son lot d’information :

  • Processus législatif : la loi a été votée par le Sénat. Elle sera débattue par l’Assemblée Nationale en octobre 2017.
  • La personne qui a la main sur le potentiomètre “novlangue” vient de le passer sur 11 (sur une échelle de 10) :
    • on ne dit plus “assignations à résidence” mais “mesures individuelles de surveillance”
    • On ne dit plus “perquisitions” mais “visites domiciliaires” (lesquelles peuvent aussi être faites de nuit).
  • Il faut le rappeler, il n’existe pas de définition du terrorisme ni en droit français ni dans la jurisprudence. C’est pourquoi quand un politique dit “ça ne va toucher que les terroristes”, ça pose un problème, vu que l’absence de définition permet l’arbitraire. Rappelons-nous que le groupe de Tarnac avait été considéré comme terroriste lorsqu’on les a accusé[1] d’avoir saboté des lignes de TGV (zéro blessé), avant d’être requalifiés en simples malfaiteurs ;
  • On voit la diffusion de la notion de « droit pénal de l’ennemi » définie dans les années 1980 par le juriste allemand Günther Jakobs. Selon cette doctrine, les personnes considérées comme ennemies de la Nation n’auraient plus les mêmes droits que les autres. Le simple fait d’être déclaré dangereux par l’administration fait, qu’on a moins de droits que les autres, même si on n’a pas (encore) commis de crime.
  • Les français ne réfléchissent pas mais se contentent de ressentir à la place. On en arrive à des aberrations où 74 % des français interrogés se prononcent pour l’internement préventif des personnes fichées « S », alors même que rien – sur le plan pénal – n’est reproché à ces individus.
  • Rappelons enfin que chaque empiètement sur nos libertés avec de telles lois est un cadeau à d’éventuels politiciens populistes qui pourraient être élus dans 5 ans. Comme le disait le New York Times à propos de cette loi, le texte “pourrait préparer le terrain à de graves abus de pouvoir au-delà du mandat”. Un problème à ne pas négliger : il y a quelques mois on se demandait si Marine Le Pen n’allait pas être élue. Elle pourrait bien l’être dans 5 ans. Trump l’a bien été, lui, et s’il n’a pas déçu, c’est par la quantité et la qualité de ses erreurs.

Note

[1] J’ai reformulé cette partie de la phrase comme le suggérait Taziden. En effet, le procès n’ayant pas encore eu lieu, ils sont accusés mais présumés innocents jusqu’à ce que le jugement soit rendu.

mardi 18 juillet 2017

En vrac du mardi

Après quelques jours de moto au départ de St Étienne (pour les rencontres Mondiales du Logiciel Libre) en direction du Vercors, du Luberon avec un retour par les petites routes, ici… Nevers :

Mise à jour en bonus

La fable des deux chiens

C’est l’histoire (extraite d’un livre de Raphaëlle Giordano) d’un homme qui va trouver un sage pour apprendre auprès de lui :

— Dites-moi, vous qui êtes sage, qu’est-ce qu’il y a dans votre esprit ?

— Dans mon esprit, il y a deux chiens, un noir et un blanc. Le noir est le chien de la haine, de la colère et du pessimisme. Le blanc est celui de l’amour, de la générosité et de l’optimisme. Ils se battent tout le temps.

Le disciple fut un peu surpris.

— Deux chiens ? Qui se battent ?

— Oui, pratiquement tout le temps.

— Et lequel gagne ?

— Celui que je nourris le plus.

- page 1 de 912