Velo dans le bois de Boulogne

En allant travailler à vélo via le bois de Boulogne

Les émissions mondiales sont largement tirées vers le haut par la Chine et, à un moindre degré, par l’Inde. Mais, note le rapport du PNUE, « les pays développés ne peuvent pas se contenter de réduire leurs émissions nationales en les exportant vers les économies émergentes ». Lorsque l’on inclut les émissions de CO2 générées par la production des biens importés, un Européen pollue un peu plus qu’un Chinois – avec respectivement 8,1 et 6,1 tonnes par an et par habitant.

  • Encore quelques jours avant la grève du 5 décembre. L’excellent Jérôme Sorrel fait un fil sur Twitter pour expliquer comment le vélo pourrait vous aider : 1 jour 1 conseil pour remettre en route votre vélo qui dort dans la cave. Extraits :
    • 1/ le mieux: commencer par le nettoyer, le rendre propre, graisser légèrement chaine, axes (pédalier/moyeux/ direction) et prendre rdv chez vélociste du coin. Ou faire venir le réparateur à vous (mécanos à vélo). N’attendez pas, il y a souvent plus de 7 jours de délai.
    • 2/ pas de vélo dans la cave? Si votre ville est équipée de vélos en #freefloating ou vélos en libre-service. Il est temps de s’abonner. Attention: pendant la grève, ces machines seront prises d’assaut. Va falloir prévoir de partir +tôt, avant le rush…
    • 3/ vérifier les pneus. A l’œil. Craquelés, secs, on les change pour des pneus dimensions équivalentes (cf chiffres sur les flancs). Peur de se gourer, prenez une photo des chiffres et montrez la au vendeur/euse. Bon état visuel, gonflez les, pompe à pieds. Ok on gonfle les pneus! Mais quelle pression, tonton ? La bonne, Simone ! C’est écrit sur le flan en psi par ex. Pas assez = vélo qui colle à la route, mou comme une saucisse dans les virages. Trop = vélo tout raide, risque d’éclater le pneu. Pas idéal donc…
    • 4/ Les freins! car les freins c’est la vie. Vérifier tension des câbles, état des patins, alignement sur les roues. On peut graisser les parties mobiles. Si freins à tambour ou rétropédalage, venez m’aider, je n’ai aucune idée de la mécanique qui s’y cache. => parlez-en à votre vélociste ;
  • Le réchauffement climatique lié aux activités humaines est connu depuis 40 ans ;
  • Le «covélotaf», et si on pédalait ensemble jusqu’au boulot ? ;
  • Un joli texte sur le vélo et le bonheur qu’il apporte. « hier, j’ai traversé Paris, franchi ses carrefours thrombosés de bagnoles en un rien de temps. J’ai passé quatre heures dans une cour d’immeuble à dépanner un vieux et magnifique Peugeot, changer sa mâchoire de frein déglinguée et sa manette de changement de vitesses fatiguée. A la fin de la journée, un sourire béat aux lèvres, je suis rentrée chez moi en réalisant que ce travail dans cette cour humide, loin du bruit et des interruptions incessantes de l’open space, me donnait autant de bonheur que de pédaler sans entraves. Un travail humble, qui ne rapporte rien, mais qui me donne le sentiment d’être puissante et libre. » ;
  • Le nombre de cyclistes bondit de 54% en un an à Paris. « Le nombre de vélos a augmenté de 54 % entre septembre 2018 et septembre 2019, sur 56 sites équipés de compteurs par la mairie de Paris. En septembre, les compteurs enregistraient 1630 cyclistes quotidiens par tronçon en moyenne, contre 1030 un an plus tôt! ». Voir aussi un article un peu plus ancien : De plus en plus de cyclistes roulent dans Paris ;
  • Devrait-on mettre les SUV hors la loi ? Should we outlaw SUVs? ;
  • Passionnant : Mise en perspective des impacts écologiques du numérique. Netflix est une horreur écologique, mais ça reste limité par rapport au reste ;
  • On ne sauvera pas le Web en dînant avec ses assassins , tribune d’Olivier Ertzscheid ;
  • Le même Olivier Ertzscheid s’enflamme encode sur l’achat par Mike Bloomberg de toutes les variations autour du mot climat sur Google Ads : La changement climatique n’existe pas. Seul compte le taux de change du mot climat.