mardi 7 février 2012

En vrac au retour du FOSDEM

Partager

jeudi 17 mars 2011

Très en vrac

Partager

dimanche 8 août 2010

La victoire de Mozilla

Citation du jour, de Glyn Moody, journaliste anglais :

we no longer live in a simple binary world of Internet Explorer as the dominant player and Firefox as the doughty but distant challenger. We are entering a new situation with three powerful players all striving to impress users with their respective strengths and capabilities, each sometimes gaining, sometimes losing a little market share.

In this sense, Mozilla has won, because this kind of healthy competition was precisely what it was trying to achieve when it launched its open source browser project over a decade ago. It has also won in the sense that Internet Explorer is now much more compliant with open Web standards, and seems unlikely to try to lock down the Internet again with its own proprietary add-ons as it did successfully during the dotcom boom. (…) what counts is precisely the kind of unpredictable, constantly-evolving situation we see developing in the browser sector. Basically, browsers are exciting again: what more can we ask?

Traduction rapide par mes soins :

Nous ne vivons plus dans un monde binaire où Internet Explorer est l'acteur dominant avec Firefox dans le rôle du challenger opiniâtre mais distant. Nous nous retrouvons dans une situation où trois acteurs puissants s'efforcent de séduire les utilisateurs avec leurs avantages respectifs. Chacun d'entre eux gagnant ou perdant parfois un peu de part de marché.

Sous cet angle, Mozilla a gagné, parce que ce type de concurrence saine était exactement l'objectif qu'ils s'étaient fixé il y a plus de 10 ans. Ils ont aussi gagné dans le sens où Internet Explorer est maintenant bien plus conforme aux standards ouverts du Web, et il semble très improbable qu'il verrouille Internet à nouveau avec ses extensions propriétaires comme il avait réussi à le faire à l'époque de la "nouvelle économie". (…) Ce qui est important, c'est précisément que nous sommes dans une situation qui évolue en permanence, comme celle du marché des navigateurs. En fait, les navigateurs sont à nouveau excitants : que demander de plus ?

Mise à jour : Quelques précisions pour rendre les choses plus claires : Mozilla a atteint son objectif initial, qui était de "promouvoir le choix et l'innovation sur Internet". Cette première — longue — bataille, a été remportée, et ça n'a pas été facile. En effet, peu de gens étaient prêts à parier le moindre Kopeck sur Mozilla face à Microsoft. Sept ans après mon licenciement (qui a mené à la création de Mozilla Europe), les résultats sont meilleurs que ce dont j'osais rêver, avec de nouvelles versions des navigateurs et l'adoption de HTML 5 et CSS3 !

Pour autant, Mozilla ne se repose pas sur ses lauriers, loin s'en faut. L'arrivée de concurrence sérieuse comme Chrome ou Internet Explorer 9 fait qu'une nouvelle ère s'annonce, avec de nouvelles batailles, qui sont loin d'être gagnées. C'est pour cela que Mozilla travaille d'arrache-pied sur Firefox 4 !

Partager

vendredi 29 janvier 2010

En vrac

On peut corréler la résolution de l'écran, la version des plugins (java, flash, etc.) utilisés, les polices systèmes... (…) Le résultat est impressionnant : sur quelques tests ils estiment que l'entropie des informations détectées sur un firefox 3.6 intégrant le plugin mplayer et flash est de l'ordre de 17,5 bits. C'est-à-dire qu'on peut statistiquement identifier l'ordinateur qui a précisément servi à établir cette connexion parmi 185000 !

Partager

mardi 19 janvier 2010

La sécurité des navigateurs au journal de France 2

C'est Glazou qui me l'a signalé, on parlait sécurité des navigateurs dans le journal du matin de France 2.

Journal télévisé de France 2 à 8h11

Le présentateur :

Il devait être une porte sur le monde pour les ordinateurs, en réalité il est devenu une porte pour les pirates dans les ordinateurs. Le logiciel Internet Explorer — l'un des plus utilisés — a une faille et apparemment c'est suffisamment grave pour que la France et l'Allemagne aient décidé de lancer une alerte. Les deux pays recommandent de ne plus utiliser ce logiciel tant que le constructeur n'aura pas résolu ce problème.

Voix off du sujet :

Un logo célèbre, un nom connu de tous, Internet Explorer le navigateur le plus exploité au monde aujourd'hui déconseillé parce que dangereux. C'est le centre d'expertise gouvernemental, un organisme spécialisé dans les attaques informatiques qui met en garde. Le CERTA diffuse depuis vendredi ce bulletin d'alerte : "Une vulnérabilité permet à une personne malintentionnée d'exécuter du code arbitraire à distance." Autrement dit, une faille dans la sécurité affecte le navigateur. Une faille à l'origine de l'attaque contre Google en Chine. Des militants des droits de l'homme et des journalistes notamment ont ainsi eu leur messagerie piratée. Les autorités allemandes déconseillent elles aussi d'utiliser Internet Explorer et préconisent l'utilisation d'un autre logiciel. Un coup du pour le géant mondial Microsoft, qui tente actuellement de résoudre ces problèmes, un coup dur au moment même où la firme commence à souffrir de la concurrence de nouveaux navigateurs.

Les autres publications se font aussi état de la chose :

A quelques semaines de l'écran de choix des navigateurs qui sera présenté à tous les utilisateurs de Windows, c'est une très mauvaise nouvelle pour la firme de Redmond. Alors que les utilisateurs devront choisir parmi 5 logos de navigateurs affichés, peut-être hésiteront-ils à cliquer sur le E bleu marqué du sceau de l'infamie suite à cette faille hautement médiatique.

On notera toutefois — comme je l'ai déjà dit — que la faille de sécurité 0 day aurait pu toucher n'importe quel navigateur. Aucun éditeur n'est à l'abri de ce genre de choses, qu'il soit libre ou propriétaire. Tous les logiciels complexes ont des bogues. Tous. Sans exception. Là où l'on va pouvoir juger de la sécurité d'Internet Explorer n'est pas en les pointant du doigt pour cette faille 0 day, c'est en chronométrant le temps de réaction de Microsoft. Combien de temps leur faudra-t-il pour corriger cette faille qui touche plusieurs centaines de millions d'utilisateurs ?

Partager