Mot-clé - hackability

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 28 décembre 2011

En vrac

vendredi 4 novembre 2011

En vrac, pour le week-end

lundi 24 octobre 2011

En vrac

  • Etes-vous riche ou pauvre ? ;
  • Libérez Justin Bieber !, une campagne visant à éviter la loi US qui permettrait de donner jusqu'à 5 ans de prison à celui qui chante une chanson connue sur Youtube (Justin Bieber a commencé ainsi)[1] ;
  • Présentation PDF de LibreOffice On-Line (LOOL), au format PDF ;
  • Il n'est pas trop tard pour s'inscrire au Mozilla Festival, qui se tiendra à Londres du 4 au 6 novembre 2011. Le thème : "Media, Freedom and the Web". Pour les journalistes, les éducateurs et les développeurs du Web ouvert qui veulent changer les médias, le Web et le monde.
  • Europe Vs Facebook, un site pour le respect par Facebook des lois Européennes sur la vie privée ;
  • Tout ce que Facebook sait sur vous ;
  • Sur 01Net, un article en 2 parties d'Eric Filiol : "Cyberguerre, le retard français" :
    • Partie 1 : Le constat. "l’explosion des réseaux ne concerne plus seulement les ordinateurs. En effet, l’informatique est partout, et les systèmes qui contrôlent nos moindres faits et gestes omniprésents."
    • Partie 2 : Que faire ?. "Un hacker est quelqu’un capable d’analyser en profondeur un système – que ce dernier soit technique (ordinateur, téléphone…), humain, social, ou encore législatif –, de sorte à en comprendre les mécanismes les plus intimes, en privilégiant le résultat sur la méthode (contrairement à l’approche académique). Par définition, un hacker n’hésite pas à s’écarter de toute forme d’orthodoxie, en particulier technique et scientifique, pour parvenir à ses fins."

Notes

[1] On pourrait presque se demander si une loi qui aurait empêché l'ascension de Bieber n'est finalement pas une bonne chose, mais tout réfléchit, non ! ;-)

vendredi 14 octobre 2011

En vrac

jeudi 13 octobre 2011

Jobs vu par Wozniak

Excellente interview de Steve Wozniak (le "Woz"), co-fondateur d'Apple. A conversation with Woz. On revient sur l'époque où les deux Steves vendaient des Blue Boxes, ces boites permettant de téléphoner sans payer. Elles étaient illégales, évidemment. Puis on passe à l'Apple I, qui a été conçu par Woz, Jobs n'étant pas impliqué. Wozniak déclare :

j'étais membre du Homebrew Computer Club. (...) Je n'ai jamais voulu monter une boite. J'avais un boulot à vie chez HP. J'allais aux réunions du club chaque semaine et je distribuais les schémas de l'Apple I, sans copyright ni rien. Je disais juste "heh, les mecs, voici une façon pas chère de monter un ordinateur". Je faisais des démos sur un écran de télé.

(Les emphases sont de mon fait).

Les ventes d'Apple I réalisées depuis notre garage en nous payant pas de salaire nous ont permis d'avoir 10000$ sur le compte en banque. C'était assez pour prendre des bureaux à Cupertino. (...) Nous avions quelques tables mais pas de cloisons. On a embauché un président, Mike Scott. (...) C'est lui qui a mené Apple à l'introduction en bourse. On n'entend pas parler de lui, mais qu'est-ce qu'il a été important ! Il a créé un manuel qui était une compilation de mes schémas et explications. J'ai voulu qu'une copie soit donnée avec chaque Apple II. Steve pensait que je voulais diffuser cette info pour que les gens puissent utiliser notre ordinateur, mais en fait c'était pour que les gens apprennent ce qu'étaient les ordinateurs et comment ils étaient construits. C'est incroyable le nombre de PDG que j'ai rencontré et qui me disent qu'ils ont lu et relu ce manuel et que c'est ce qui les a poussés à faire de l'informatique. Si nous nous devions publier un tel manuel aujourd'hui, je ne pense pas qu'Apple laisserait sortir un truc avec autant d'informations et autant de détails.

On mesurera le changement opéré par Apple entre cette époque-là (schémas électroniques partagés, transparence du travail de l'ingénieur, avec la bidouillabilité qui en découlent) et aujourd'hui, où le secret des opérations et le contrôle exercé sur l'utilisateur sont devenus la règle...

Pour quiconque veut accomplir de grandes choses, la réponse à la dernière question est très intéressante. Quelle était la plus grande qualité de Steve ? :

Tout le monde vous dira que c'était sa vision, et c'était bigrement important, mais la vision ne sert à rien sans discipline opérationnelle. Steve m'a dit une fois qu'Apple ne perdait de l'argent que quand ils construisaient de la merde. C'est sa capacité à se concentrer sur la création de bons produits qui était la plus importante. Tout ce qu'on doit faire, ce sont de bons produits. (...) Il a organisé l'entreprise pour avoir le contrôle. Surveiller tout ce qu'il pouvait. C'est ça l'excellence opérationnelle. Des tas de PDG prennent des décisions sur la base de peu d'information. Steve utilisait beaucoup plus d'information pour ça. C'est rare. Ça exige beaucoup de temps et de travail. J'ai toujours été embêté d'organiser un déjeuner avec lui, parce que c'était le type le plus occupé au monde.

- page 2 de 6 -