mardi 6 octobre 2009

Nicolas Hulot et le Syndrome du Titanic

Interview de Nicolas Hulot par MetroFrance.com

Interview de Nicolas Hulot par MetroFrance.com

Metro vient de publier une interview de Nicolas Hulot, à la veille de la sortie de son film Le Syndrome du Titanic[1]

Extraits

Il n’y aura jamais assez de films, de livres ou d’initiatives pour mobiliser les citoyens. Les choses vont changer de gré ou de force. Et, que l’on soit riche ou pauvre, tout le monde sera affecté. La question est de savoir si on se prépare avant que cela arrive. Pour moi, ce film rend la mutation incontournable. Si demain les politiques fixent des limites, parce que la planète nous en impose, je crois que, grâce aux films, les citoyens seront plus facilement prêts à les accepter.

Puis, à propos du titre du film :

Il y a quatre analogies avec l’histoire du paquebot. Quand il a été mis à l’eau, quelques esprits chagrins s’étaient permis de douter de l’invulnérabilité du Titanic. Quand la passerelle a aperçu l’iceberg, il était déjà trop tard : le bateau ne pouvait plus changer de trajectoire. Et quand le Titanic prenait l’eau, on a demandé à l’orchestre de jouer plus fort. Enfin, et c’est ce que nous voulons éviter : l’histoire s’est mal terminée, y compris pour ceux qui voyageaient en cabine de luxe.

D'autres interviews

Le film

  1. Extrait 1 ;
  2. Extrait 2 ;
  3. Extrait 3.

Notes

[1] Attention, Flash obligatoire:-(

Partager

vendredi 2 octobre 2009

Peut-on être geek et écolo ?

Linutop 2, running Firefox 3

Linutop 2, un ordinateur très basse consommation

C'est Fanny Bouton (celle de Fanny's Party) qui a déclenché cette question germait déjà dan mon petit neurone : peut-on être à la fois geek et écolo ?. Elle l'affirmait dans justement le Magazine Geek de septembre-octobre (édition papier, p. 98) :

Je pense qu'il est difficile geek écolo, même avec toute la bonne volonté du monde !

On va partir du principe que pour Fanny, être geek, c'est s'intéresser aux objets électroniques de la console de jeu au téléphone mobile en passant par les ordinateurs et les logiciels.[1] J'avais l'intention de répondre à cette affirmation par la négative, d'autant que dans le même numéro du même magazine (mais cette fois-ci page 21[2]), on pouvait lire une interview de vote serviteur :

Maitre Yoda se serait-il réincarné en Tristan Nitot ? Une discussion avec le patron de Mozilla Europe est toujours empreinte de sagesse et de réflexion qui peuvent parfois déconcerter le novice. Âgé de 42 ans, ce passionné d'informatique achetait tous les gadgets disponibles au début des années 80. "Il me fallait toujours le dernier Walkman et le Mini Disc pour lequel j'avais une sortie numérique pour réaliser moi-même mes compilations mais aussi l'appareil photo ou le téléphone portable. J'ai pas mal d'informatique (dont un ZX 81) dans mon appartement parisien, mais je m'efforce de la cacher et ma femme pousse à le faire. Je ne suis plus dans l'accumulation de gadgets. Il s'agit de prendre les bons gadgets, de les faire durer et de savoir s'en servir", explique-t-il.

Voilà. Choisir les bons gadgets. Apprendre à en tirer le maximum. Les soigner pour les faire durer. Oh, bien sûr, les fabricants ont tout intérêt à jouer l'effet de mode pour vous pousser à changer de gadget, afin qu'on les relègue au fond d'un tiroir en attendant la déchetterie, exactement comme pour les vêtements, sauf qu'il s'agit de déchets souvent impossibles à recycler correctement et très consommateurs d'énergies non-renouvelables. Même Apple, qui fait beaucoup d'efforts depuis qu'il est dans le collimateur de GreenPeace, explique[3] que dans le cycle de vie de l'ordinateur, la moitié des gaz à effet de serre (53% exactement) est produite par le consommateur (l'électricité consommée[4]), le reste est produit par Apple (conception, commercialisation, fabrication, expédition), à hauteur de 47%.

GreenIT.fr enfonce le clou avec un article intitulé les geeks sont-ils écolos ?, que je vous recommande de lire.

Pour ma part, mon ordinateur portable a plus de 2 ans, et je compte bien le faire durer encore[5]. Voici ma méthode :

  • Ménage dans le disque dur
    • Virer les application non nécessaires
    • Supprimer les photos ratées et/ou inintéressantes. J'ai récupéré 30Go comme ça !
    • Si j'étais sous Windows, j'aurais lancé la défragmentation et probablement réinstallé Windows XP.
  • Installation d'une nouvelle version du système d'exploitation, un peu plus rapide[6]
  • Installation d'applications plus rapides pour gagner en réactivité :
    • Firefox 3.5 (et bientôt 3.6 !)
    • Thunderbird 3 Beta 4
    • Mise à jour des autres application courantes quand elle amène un gain de rapidité.
  • Nettoyage de l'extérieur
  • Changement de l'autocollant sur le capot (je cache toujours le logo du fabricant !)
  • Nettoyage du clavier, du repose-mains et de l'écran
  • Changement de la batterie, qui donnait de gros signes de faiblesse (la machine qui s'éteint sans prévenir, c'est insupportable !). J'ai bien sûr prévu de la mettre à la déchetterie.

Et voilà, j'ai l'impression d'avoir un ordinateur tout neuf !

Je suis sûr qu'on peut faire mieux. Et vous, vous avez prévu de faire durer votre ordinateur ? Si oui, comment ?

Notes

[1] Oui, je sais, c'est de la simplification, mais va falloir faire avec.

[2] Les plus sagaces de mes lecteurs auront remarqué que 21, c'est la moitié de 42, ça vous épate, hein ! ;-)

[3] Merci Ivan pour le lien !

[4] En France, compte tenu du fait que 70% de l'énergie électrique provient de centrales nucléaires, le calcul est différent, et pas en faveur d'Apple, mais avec le problème des déchets radioactifs dans la balance…

[5] L'ordinateur de bureau va bientôt fêter son 4eme anniversaire, pour sa part… dixit Coconut Identity Card.

[6] Attention : passer de Windows XP à Vista est de toute évidence pas la chose à faire si on veut gagner en performance ! Par contre, passer de Vista à Windows 7 semble être un bon calcul, si vous ne pouvez pas revenir à XP.

Partager

mercredi 30 septembre 2009

Claude Allègre : pourquoi tant de haine ?

Yet another Finnish landscape

Paysage en Finlande

Dans une récente interview donnée à Nice Matin, Claude Allègre balance gravement :

Sarkozy n'a pas lu le pacte écologique

Puis, un peu plus loin :

Nicolas Hulot est un imbécile, vous pouvez l'écrire.

Je manque de temps pour répondre à pareil article, mais heureusement, quelqu'un (un certain Merome) s'en est chargé : Claude Allègre est un imbécile.

"(Ils) prétendent prédire le climat dans cent ans, alors qu'on a du mal à obtenir une météo fiable à plus de trois jours" (dixit Claude Allègre)

L'argument tarte à la crème contre la théorie du changement climatique, qu'un enfant d'école primaire sait réfuter sans peine. Je m'abaisse à démontrer une nouvelle fois la bêtise d'un tel argument :la météo est locale et limitée dans le temps alors que le climat est global et concerne des périodes plus grandes. Dès l'école primaire, en effet, on apprend la différence entre le climat océanique et le continental. On n'apprend par contre rien ou si peu sur la météorologie qui n'a rien à voir. Claude Allègre ne sait pas ça. C'est un imbécile. J'ajoute que je sais prédire avec une raisonnable certitude que les températures en décembre 2028 seront plus sensiblement plus basses que celles de l'été 2015. Cela ne fait pas de moi un devin. C'est juste tout l'intérêt de la climatologie. En revanche, je ne sais pas affirmer qu'il fera beau ce week-end. C'est toute la limite de la météorologie. Les hommes préhistoriques avaient déjà une bonne notion du cycle des saisons. Claude Allègre ne sait pas ça. C'est un imbécile.

Dans un autre genre, si on a envie de se distraire, on ira chez Politis.fr : Que faire de Claude Allègre ?. Plus distrayant, mais moins informatif…

La vraie question, c'est pourquoi est-ce que Claude Allègre balance de telles énormités ? Ses propos me paraissent indéfendables, simplement parce qu'ils ne tiennent pas debout. Est-il sénile ? Jaloux de la médiatisation de Nicolas Hulot ? Sa femme l'a-t-elle quittée pour un militant écolo ? ;-) Est-il si avide de visibilité médiatique ? A-t-il décidé de se suicider politiquement et médiatiquement ? Quels sont ses objectifs ? Veut-il capitaliser sur le refus du changement climatique pour se forger une carrière politique démagogique ? Comment expliquer ses provocations à répétition et sans fondement ?

Si vous avez des éléments de réponse à ces questions, merci de laisser un commentaire !

Partager

lundi 21 septembre 2009

Nicolas Hulot à propos de la taxe carbone

Nicolas Hulot, photo prise par FVZ, utilisée sous licence Creative Commons BY-NC

Nicolas Hulot, photo prise par FVZ, utilisée sous licence Creative Commons BY-NC

Nicolas Hulot est interrogé par le Nouvel Obs (édition papier, N°2341 du 17 au 23 septembre 2009). Voici comment il explique la contribution Climat Energie (aussi connue sous le nom de taxe carbone) :

Personne ne l'ignore : l'épuisement accéléré des ressources fossiles est imminent. Lorsque la production pétrolière ne suivra plus la demande, les prix s'emballeront. Et nos concitoyens, les plus fragiles en tête, trinqueront. C'est ce choc que la contribution climat-énergie vise à anticiper et à amortir. En renchérissant le coût de l'essence, du fioul et du gaz aujourd'hui, nous encourageons et incitons les entreprises à développer massivement des services et des biens qui non seulement nous affranchiront de la dépendance aux énergies fossiles, mais qui démocratiseront aussi l'accès aux produits verts. Les ménages pourront prendre également leur part à la mutation en s'emparant des prêts à taux zéro et autres allégements fiscaux pour prévenir un krach social annoncé. Pourquoi croyez-vous qu'un syndicat comme la CFDT soutient la mesure ? Par ailleurs, tous les modèles montrent qu'en se libérant du pétrole et du gaz, on améliore notre balance commerciale et que, du coup, on crée de l'emploi.

Question du Nouvel Obs' : Reste que l'ambition déclarée du gouvernement, c'était bien de récupérer le manque à gagner de la taxe professionnelle (...)

J'ai toujours été parfaitement au courant de ce risque lourd. Et je ne suis jamais resté inerte (...). Nous avons aussitôt fait savoir à l'exécutif qu'il était impensable que cette taxe puisse servir à renflouer les caisses de l'État. Son objectif, c'est le changement des comportements. Et c'est bien pour cela que nous avons toujours répété que sont produit devait être intégralement redistribué aux ménages, à l'exception, de mon point de vue, des revenus les plus aisés. Les membres de la commission Rocard ont confirmé. (...à Vous avez pu voir que, jeudi dernier, les "chèques verts" ont été rendus officiels par le président de la République pour les ménages non assujettis à l'impôt sur le revenu.

Partager

jeudi 17 septembre 2009

Ecologie : à quoi ça sert qu'on se décarcasse ?

The plane that flew me from Heathrow to Rotterdam

Un avion à turbo-propulseur, pour les petites distances

Le gentil lecteur V_Atekor vient de laisser un commentaire agacé sur le Standblog, suite au billet où je raconte une de mes promenades à moto avec un collègue :

lorsque je viens au travail en vélo pendant 1 an pour éviter de polluer sur un trajet qui m'est nécessaire, tu détruits le bénéfice de cet effort pour ton bon plaisir en une après midi.

On sent bien qu'il est agacé, hein ! Il faut dire qu'il y a de quoi.

En fait, je réalise qu'il vient de démontrer superbement pourquoi la taxe carbone est indispensable (et à un niveau un peu moins ridicule que les 17EUR de Sarkozy). Je m'explique...

La réflection qu'un consommateur ordinaire fera, c'est :

j'ai envie de faire un tour à moto. Est-ce que je peux me l'offrir ?

Ca ne sera pas :

Est-ce que je suis en train de réduire à néant les efforts cyclistes de v_atekor ?

Paul, mon passager, a payé l'essence de mon tour à moto. Ca lui a couté 15$, soit 10,15EUR, ce qui était symbolique à coté du prix de la location de moto. (Un litre d'essence 98 à Mountain View, c'est environ 52 centimes d'euro)[1]. Autrement dit, bruler de l'essence "pour le plaisir" est totalement indolore d'un point de vue financier. 10 EUR pour passer un moment génial à deux dans la journée, c'est une super affaire (on a pris 3 pots dans la journée, et ça nous a couté à chacun bien plus cher que ça).

Donc première conclusion, le prix de l'essence devrait être lourdement taxé aux USA. Tant que ça ne sera pas le cas, la situation ne changera pas. En France, c'est déjà taxé, mais ça devrait l'être bien plus pour avoir plus d'effet encore.

Ensuite, mettons en perspective cette promenade de 250km environ avec les 18800 km en avion que j'ai fait pour aller en Californie (pour des raisons qui n'ont rien à voir avec cette sortie moto, puisque c'était pour une semaine de travail avec l'équipe marketing/évangelisme et des meetings avec la direction de Mozilla).

Je cite le calculateur de CO2 d'Air France :

Paris (CDG) - San Francisco (SFO) 18806 km : 1617 kg de CO2 pour le voyage aller-retour. Soit 86 g de CO2 / passager / km et une consommation de 3,5 litres de carburant / passager / 100 km

Mon tour à moto (comptons large avec 150g de CO2 au km), avec un passager, a produit environ 37,5kg de CO2. soit 17,75 kg par personne. A comparer avec 1,6 tonne en avion. (on notera que justement, le carburant d'avion n'est pas taxé à ma connaissance, ce qui est une totale absurdité).

Autrement dit, ce voyage a produit 91 fois plus de CO2 que ma journée à moto. Concrètement, la journée à moto est négligeable.

Autrement dit, les efforts à vélo de notre gentil lecteur (qui ne donne pas les chiffres, c'est dommage) sont négligeables par rapport à mon voyage. D'autant que sur le Boeing 747-400 que j'ai pris et qui était plein, nous étions plus de 400 personnes. A vue de nez, ça correspond à 640 tonnes de CO2 produit sur ce voyage. (Air France en fait 365 jours par an, des aller-retour CDG-SFO, et il y a d'autres compagnies aériennes qui font la même chose, mais avec des changements, donc avec une production supérieure de CO2). Le vol quotidien Paris-San Francisco-Paris produit 233 600 tonnes de CO2 par an. Ca représente environ 13,3 millions de balades à moto.

Ne nous méprenons pas : je ne me réjouis pas du tout du résultat de ce calcul. Je ne suis pas un cynique du tout. Je veux juste mettre des chiffres en face de nos émotions et de nos efforts personnels au quotidien. En fait, nous venons de démontrer que nos efforts personnels à si petite échelle, sont négligeables au sens propre du terme tant que les choses n'ont pas changé d'un point de vue fiscal, donc politique.

C'est pour cela que je suis un fervent partisan de la taxe carbone (et l'application de la TIPP aux compagnies aériennes). Tant qu'on aura pas d'incitation financière à moins voyager, la production de CO2 ne se réduira pas de façon significative. On pourra toujours essayer de faire un peu plus de vélo, ça ne changera absolument rien (à part avoir la sensation méritée d'avoir fait un effort).

Notes

[1] Il faut préciser que quand je suis parti le matin, le réservoir n'était pas plein...

Partager

- page 1 de 15