vendredi 10 septembre 2021

En vrac du vendredi

Ciel orageux et contrasté au dessus de Paris

Quelques liens en vrac au retour de l’été, parfois très ancien, souvent plus récent. Bonne lecture !

Numérique

Vélo

3 cercles vertueux faisant que plus il y a de vélos sur la route, plus ça encourage d'autres à se servir de leur vélo

Climat

Bien sûr, et je ne comprends pas qu’elle soit encore un motif de divisions, de doutes, de railleries alors qu’elle doit être un impératif d’unité. Chaque matin, l’histoire donne raison à l’écologie. Les enfants qui naissent maintenant seront confrontés, dans trente ans, à un chaos monstrueux. C’est ça la réalité, elle ressort de toutes les pages du rapport du Giec.

lundi 17 mai 2021

En Vrac de mi-mai

La mer avec un nuage de pluie et un coucher de soleil

Numérique

Écologie

Mobilité

  • Quand certaines voitures vertes polluent plus que la bonne vieille voiture thermique. « une partie des propriétaires roulent en hybrides rechargeables sans jamais… recharger leur batterie électrique. Bilan (carbone) ? Cela revient à rouler avec une bonne vieille voiture thermique, mais beaucoup plus lourde qu’un véhicule lambda, puisque lestée du poids des batteries et de sa double motorisation, et donc beaucoup plus polluante. » « Christophe, cadre dans un grand groupe du CAC 40, roule en SUV hybride rechargeable, un véhicule de fonction. “J’aime l’image socialement valorisante de l’hybride, l’affichage de convictions écologiques”, glisse-t-il. Sauf qu’il n’a jamais fait installer de borne de recharge à son domicile ! “Je ne paye pas l’essence…, élude-t-il, embarrassé. Ma fille, très militante, génération Greta Thunberg, ne me rate pas : c’est comme s’offrir un voilier mais ne jamais hisser les voiles.” » ;
  • Ford vient de breveter un système qui détecte les panneaux publicitaires en bord de route pour les dupliquer sur votre tableau de bord de véhicule, avec un spot publicitaire pour faire bonne mesure. Mais on pourra sûrement s’en passer si on paye un supplément ! Get Ready for In-Car Ads. Les constructeurs automobiles voudraient-ils nous dégoûter d’acheter leurs produits ?
  • Total sucre une campagne de pub au « Monde ». « L’enquête du journal sur le financement par le pétrolier français de la junte birmane a fortement déplu au groupe dirigé par Patrick Pouyanné. Total a annulé pour 50 000 euros de publicité prévues au mois de juin dans les pages du quotidien du soir. ». L’article du monde est bien fichu.

Vélo

  • Je découvre PodRide, un genre d’hybride entre le vélo à assistance électrique et la voiturette. C’est encore un prototype, mais c’est très sympa !

jeudi 6 mai 2021

À propos de la loi climat

Coucher de soleil sur la côte de nacre, Normandie, France

La loi climat est votée à l’Assemblée Nationale, mais elle n’est pas suffisante pour atteindre nos objectifs climatiques, explique la journaliste Audrey Garric dans un live du Monde :

En l’état, ce projet de loi ne permettra pas à la France de tenir ses engagements climatiques. Selon l’étude d’impact réalisée par les services du ministère, le texte (tel qu’il a été déposé en conseil des ministres) ne permettrait de réaliser que 10 % du chemin qu’il reste à parcourir pour réduire nos émissions de 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990. Mais le gouvernement argue que ce texte n’est pas seul, et que l’objectif sera atteint grâce à toutes les autres actions et lois (sur l’énergie, la mobilité, l’économie circulaire, le plan de relance) prises depuis le début du quinquennat.

Afin de prouver que la France tiendra ses promesses, le gouvernement a mandaté le cabinet de conseil privé Boston Consulting Group (BCG). Ses conclusions montrent que l’on n’est pas dans les clous : on parviendrait, au mieux, à une baisse de 38 % des émissions à l’horizon 2030 comparé à 1990 et, encore, c’est un défi qui « suppose aussi de mobiliser des moyens politiques, financiers et humains inédits ». Cette étude fait partie du mémoire en défense de l’État dans l’affaire qui l’oppose à Grande-Synthe et d’autres devant le Conseil d’État. A l’inverse, une étude du cabinet Carbone 4, mandaté par les quatre organisations de « l’Affaire du siècle », conclut qu’en l’état actuel des mesures prises ou envisagées la France ne sera structurellement pas en mesure d’atteindre l’objectif de − 40% de GES à l’horizon 2030.

jeudi 22 octobre 2020

Road Trip à moto électrique Zero SR/S : mes réponses à vos questions

Ce billet fait partie d’une série suite à un long road trip de plus de 2500 km sur une moto électrique Zero Motorcycles prêtée par la marque. Voici un récapitulatif des articles :

  1. Road trip : une idée (électrique) à la con
  2. Road trip électrique : l’itinéraire (partie 1 sur 2)
  3. Road trip Electrique : l’itinéraire (partie 2 sur 2)
  4. Savoir éco-conduire pour économiser de l’énergie
  5. Quelles applications pour voyager loin avec une moto électrique ?
  6. Road Trip à moto électrique Zero SR/S : mes réponses à vos questions

Moto Zero SR/S sur fond de mer méditerranée

Lors de conversation en ligne ou dans la vraie vie, sur Twitter ou Mastodon, j’ai eu beaucoup de questions. Les voici compilées pour la postérité.

  1. Quel ressenti à la conduite ?
  2. Et l’absence de boîte ?
  3. Et le poids ?
  4. Les sensations de reprise et de frein moteur ?
  5. Quelle autonomie sur route, en ville, autoroute ?
  6. Des problèmes sur le réseau de bornes de recharges ?
  7. Quels modes de recharge disponibles ?
  8. Comment as-tu vécu la contrainte de la recharge par rapport à une thermique ?
  9. T’es-tu senti en sécurité malgré le silence du moteur ?
  10. Ça fait combien en CO2 ? Ça fait quoi de rouler sans produire de CO2 ?
  11. Tu as estimé le coût de l’électricité chargée ?

Quel ressenti à la conduite ?

C’est simple, c’est un dragster mais facile à conduire, suivant les modes moteur. La Zero SR/S est super confortable, plus que la Zero SR/F (la version roadster). Position assez droite, suspensions souples. Du coup, elle est efficace sur départementales. Pour rouler de façon plus sportive, il faudrait sûrement régler autrement les suspensions, ce que je n’ai pas fait. On notera que malgré son couple hallucinant, elle ne pousse pas au crime. J’ai pu prendre au moins autant d’angle qu’avec ma V-Strom thermique. Il faut dire que la Zero est équipée de pneus sport-GT (des Pirelli Diablo III) plus tendre que ce que j’utilise d’habitude, donc on se sent très en confiance. Pourtant, j’étais très chargé !

L’adaptation n’a pas été trop compliqué, notamment pour les gaz et l’absence de boîte ?

L’adaptation a été très facile. La poignée « de gaz » est très douce et progressive. Cote boîte, j’ai parfois cherché l’embrayage et le sélecteur mais c’est pas dangereux (pas comme sur une voiture à boîte auto ou tu peux freiner violemment au lieu de débrayer.

Moto Zero très chargée : un gros sac à l'arrière plus deux grosses sacoches

Et le poids ?!

Coté poids, ça fait dans les 230 kg et quelques, je crois. La moto étant basse et le poids placé bas, c’est vraiment pas gênant. J’ai été gêné une fois, dans les gravillons, en pente, à vouloir faire marche arrière. Je l’avais bien cherché quand même !

Moto dans les gorges de l'Ardèche

Les sensations de reprise et de frein moteur ?

Le frein moteur existe et il est variable en fonction du mode moteur choisi, donc ça dépend du réglage. Quant aux reprises moteur, elles sont démoniaques / hallucinantes / féroces / incroyables (non, il n’y a pas de mentions inutiles à rayer). Juste pour donner une idée, le moteur délivre un couple de 19 m.kg à tous les régimes, c’est en gros comme si j’avais un moteur de 2 L de cylindrée… sur une moto de moins de 250 kg !

C’est simple, en reprenant ma moto thermique, j’ai été désagréablement surpris par les vibrations, le bruit et le manque de reprise ! Pourtant, c’est une Suzuki 1000 V-Strom que je trouvais jusqu’à présent trop puissante pour mon usage…

Moto électrique avec des éoliennes en arrière-plan

Quelle autonomie sur route, en ville, autoroute ?

C’est extrêmement variable ! Tout le principe de ce road trip, c’était de réaliser une idée à la con, utiliser la moto à rebours de ce pour quoi elle a été conçue. Donc forcément, mettre un garçon comme moi, qui dépasse le quintal, avec 40 kg de matériel et un physique imposant donc pas très aérodynamique, avec en prime deux grosses sacoches faisant aérofrein, c’est quand même pas idéal pour gagner des concours d’autonomie. Donc mes mesures sont probablement très pessimistes. Cela dit, quelques chiffres :

  • Sur petite route, environ 150 km d’autonomie, moins en cas de vent contraire (il y a eu beaucoup de vent à cause de la tempête Alex lors de mon voyage).
  • En montagne, en roulant cool, j’ai dépassé les 200 km d’autonomie
  • En ville, le constructeur indique sur son site 259 km d’autonomie. C’est assez plausible : dès qu’on roule en ville on voit l’autonomie calculée augmenter rapidement.
  • Sur autoroute, je l’ignore, j’évite autant que possible ce type de route qui m’ennuie, mais le constructeur indique 139 km en roulant à 113 km/h

Des problèmes sur le réseau de bornes de recharges ? J’ai le souvenir d’un article d’un(e) journaliste parti(e) pour passer un w.e. à Deauville qui n’avait pu arriver que jusqu’à mi-parcours

Une borne peut être déjà occupée, où en panne. C’est surtout en région parisienne que j’ai galéré (pas de prise à domicile). En région, franchement pas mal. Seul souci récurrent : la borne refuse parfois de délivrer les 12kW et se bride à 3, 6 ou 10 kW, ce qui fait qu’on perd un temps fou. Pénible !

J’en parle dans un autre billet,mais avec l’appli Chargemap, c’est facile de trouver une borne, et elles sont plus nombreuses que je ne le pensais — près de 30 000 en France — sauf en région parisienne, où elles sont souvent occupées ou en panne, un enfer.

Quels modes de recharge disponibles ?

La moto mise à disposition avait deux câbles :

  1. un type 2 qui permet la charge rapide jusqu’à 12 kW. Donc 45 mn voire 1 heure suffisent pour recharger la batterie si elle est presque vide. Il y a beaucoup de bornes équipées de prise type 2 dans les villages. Précisons que la moto que j’avais était un modèle premium avec l’option charge rapide, donc avec chargeur 12 kW.
  2. un avec une prise domestique 220 V classique. La puissance utilisée est réglable sur 4 paliers. C’est l’option pour recharger pendant la nuit et c’est plusieurs heures de charge (voir le site du constructeur pour les détails).

Comment as-tu vécu la contrainte de la recharge par rapport à une thermique ?

C’est vrai que c’est un gros changement d’habitude, mais une fois qu’elle est prise, c’est plus facile que ce qu’on pensait au départ. Il faut plus planifier son trajet qu’avec une thermique, mais avec l’appli Chargemap, on les repère facilement. Comme c’est une charge rapide, je déjeunais pendant la charge (45 mn env.) et parfois quelques minutes l’après-midi au cas-où. J’ai publié un article où je parle de Chargemap et des applications utilisées pendant le road trip.

On notera que la moto a une petite batterie, qui se recharge en mode rapide en moins d’une heure. Si j’avais eu une voiture, les choses auraient été beaucoup plus compliquées, car le temps de charge, même sur une borne rapide, prend beaucoup plus de temps, plusieurs heures en l’occurrence.

T’es-tu senti en sécurité malgré le silence du moteur ?

Oui, quasiment aucun souci. En ville, à Lyon, j’ai eu un tocard qui a traversé en biais sans regarder. Un vélo aurait eu le même problème, je roulais à 25 km/h. Mais je n’ai pas beaucoup roulé en agglomération donc c’est pas représentatif.

Sinon, que ce soit clair, l’absence de bruit est une chose très très positive ! Pour les autres mais aussi pour le confort du pilote, moins fatigué en fin de journée.

Ça fait combien en CO2 ? Ça fait quoi de rouler sans produire de CO2 ?

C’est la question qui fait mal à la tête ! En gros, le moteur électrique a un rendement très supérieur à un moteur thermique. En substance, le moteur thermique porte bien son nom, puisque l’essentiel de l’énergie est dépensée… sous forme de chaleur ! A contrario, le moteur électrique consomme l’équivalent de 0,55 L/100 km en ville et 1,08 L/100km sur autoroute (données constructeur). Pour ma part, j’estime que j’étais environ à 0,8 L/100km d’équivalent essence. Sur un trajet de 2520 km, ça fait 20,16 L seulement !

Sachant que l’électricité en France est largement décarbonée à hauteur de 92 % (Source), ça fait 20,16*0,08 = 1,61 L d’équivalent d’essence brulée (ça devient scabreux comme calcul, là !)

Sachant qu’un litre d’essence c’est 2392 g de CO2, j’ai produit 3,857 kg de CO2 pendant mon voyage. À comparer avec les 165,2 kg d’un aller/retour Orly-Blagnac (82,6 kg l’aller d’après la DGAC), soit environ 43 fois moins de CO2[1].

Pour autant, il ne faut pas s’arrêter à ce calcul simpliste : une voiture électrique (je n’ai pas l’info pour une moto électrique, mais j’imagine que c’est comparable) rejette sensiblement plus de CO2 lors de sa fabrication qu’une voiture à moteur thermique (voir par exemple la figure 2 par 8 du rapport Carbone 4 e-mobility and the energy transition[2]). Pour pouvoir bien comparer, il faudrait faire une analyse du Cycle de Vie aussi bien pour le véhicule électrique que pour l’avion en incluant le coût écologique des infrastructures qui leur sont nécessaire (respectivement les routes et les aéroports), et je n’ai ni le temps ni les capacités pour faire cela.

Moto électrique sous une ligne électrique

Tu as estimé le coût de l’électricité chargée ?

J’ai pas toute la data, et c’est très variable de borne à borne.

Un charge à la maison de 0 à 100 % : 2 € car 12 kWh à 0,16 cts le kWh (pour info, mon vélo à assistance électrique et ses 500 W.h c’est 8 cts).

Après, une borne peut être gratuite (souvent sur les parking de supermarché pour attirer le chaland) mais du coup les emplacements sont souvent occupés.

Une borne peut être payante à prix coûtant ou presque, ça dépend de l’opérateur. Ou sensiblement plus chère. Sur autoroute, c’est scandaleux, limite au prix de l’essence.

Ensuite, comme chaque opérateur a son propre système de carte et d’abonnement, c’est l’enfer, donc tu as des gens comme Chargemap ou NewMotion qui sont des “méta-cartes” qui prennent un pourcentage sur le prix mais te permettent de pas trimballer 36 cartes de 36 opérateurs. Mais c’est forcément un peu plus cher.

À titre indicatif, des deux charges dont j’ai pu avoir la facture : une à 2,5 €, l’autre à 3,5 €. Aucun doute, l’électrique est considérablement moins cher, de l’ordre de 7 fois moins cher. Mon calcul :

  • Électrique : 2 € (charge à la maison) pour 150 km, soit 1,3 € les 100 km
  • Essence : 6 L/100 km à 1,50 € le litre, ça fait 9 € pour 100 km

Mais comme le véhicule électrique coûte quand même plus cher qu’un véhicule thermique, Il va falloir faire beaucoup de kilomètres pour que ça devienne avantageux en terme de coût total de possession.

Une moto électrique devant le panneau indiquant le mont gerbier de jonc, altitude 1417 m

Notes

[1] Notons au passage que si j’avais fait un tel trip en Pologne, j’aurais une voiture alimentée essentiellement au charbon (83 % de leur électricité provient des hydrocarbures).

[2] On notera que Challenges.fr donne plutôt un facteur 2 : “le process de production d’un modèle de type Renault Zoé zéro émission entraînera le rejet de 6 tonnes de CO2 environ, contre 3 tonnes pour une voiture comparable de type Clio”.

jeudi 11 avril 2019

En vrac du mercredi : climat et numérique

Velo Moustache au bois de Boulogne au printemps.jpg

À propos de numérique

À propos d’environnement

- page 1 de 10