Mot-clé - environnement

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 30 juin 2019

Le déni

39 degres en Normandie.jpg

Si quelqu’un (moi ?) vous a envoyé sur cette page, c’est qu’il ou elle estime que vous êtes dans le déni du problème climatique. Oh, bien sûr, vous êtes au courant qu’il y a un problème avec le climat : il change, il se réchauffe, et tout le monde en parle. Comprenons-nous bien : je ne dis pas que vous niez le changement climatique, juste que vous refusez juste les changements qui s’imposent.

Car pour limiter ce changement climatique, il va falloir changer beaucoup de choses :

  • Changer notre façon de consommer, et consommer moins ;
  • Changer notre façon de nous déplacer, et se déplacer moins ;
  • Changer notre façon de nous alimenter, et consommer moins de viande ;
  • Changer notre façon de produire et produire moins ;
  • Changer notre façon de créer de la richesse, et la partager plus.

En fait, le plus dur, c’est d’abandonner ses habitudes, revisiter ses certitudes et pire encore, de renoncer à ses rêves. Ca n’est pas facile et on a tendance à nier les choses qui nous dérangent parce que la vie est alors plus facile à vivre.

Je sais de quoi je parle, je suis fait comme vous. J’ai été biberonné au marketing de la bagnole, du tourisme de masse et on m’a raconté toute ma vie qu’en travaillant plus, je gagnerais plus, pour aller en vacances plus loin et m’acheter une bagnole plus puissante, plus confortable, et plus “statutaire”. Sauf que ça n’est plus possible si on veut avoir un avenir pour nos enfants.

Car c’est bien ça le problème : on constate déjà depuis 1990 (le premier rapport du GIEC) et même depuis 1972 (le rapport Meadows, dit “du club de Rome”), que notre consommation effrénée mène la société occidentale à sa perte. 30 ans ou presque qu’on se dit qu’il faut faire quelque chose et qu’on accélère plutôt que de changer de direction.

J’écris ces quelques lignes fin juin 2019, en plein canicule. Elle n’a jamais été aussi précoce, les records de chaleur sont battus, 76 départements en vigilance orange, 4 en vigilance rouge, alors que le Haut Comité pour le Climat remet un rapport au gouvernement en déclarant : « Tant que l’action en réponse au changement climatique restera à la périphérie des politiques publiques, la France n’aura aucune chance d’atteindre la neutralité carbone en 2050 ».

Cette canicule pourrait n’être qu’un hasard, mais de nombreux signaux sont au rouge :

Anomalie_temperature_ Meteo_France.jpg

Anomalie de la température moyenne annuelle de l’air, en surface, par rapport à la normale de référence : température moyenne en France (l’indicateur est constitué de la moyenne des températures de 30 stations météorologiques. Le zéro correspond à la moyenne de l’indicateur sur la période 1961-1990, soit 11,8 °C). Source

D’après le rapport spécial du GIEC sur les 1,5°C, nous sommes sur une trajectoire de deux degrés supplémentaires, ce qui signifie que sur la seconde moitié du XXIe S. :

  • le nombre de jours et nuits chaudes continuera d’augmenter
  • une augmentation de la fréquence et de l’intensité des épisodes de chaleur extrême dans les régions densément peuplées
  • des réductions des rendements de maïs (-15%), riz, blés et autres cultures céréalières en Afrique sub-saharienne, en Asie du Sud-Est et centrale et en Amérique du Sud.
  • Plus de 350 millions de personnes pourraient être exposées à des vagues mortelles de chaleur d’ici 2050 ;
  • 490 millions de personnes exposées à une pénurie d’eau nouvelle ou aggravée.

En clair : plus de difficultés pour nourrir les gens, pour leur donner à boire, plus de chaleur mortelle.

Inévitablement, des populations qui vont quitter leurs pays devenus inhabitables, c’est à dire plus d’immigration. Quand on voit ce que ça donne autant pour les migrants ainsi que les tensions au sein des États européens alors que le nombre de nouveaux migrants en Europe ne représente que moins de 0,5% de sa population par an, on se dit que les choses vont vraiment se compliquer avec le réchauffement climatique.

Va-t-on arriver à limiter le réchauffement climatique à 2°C ? Oui, si nous arrivons à baisser nos émissions de CO2 de 20 % d’ici 2030. Sauf qu’aujourd’hui, même après s’être engagés à réduire nos émissions dans le cadre des accords de Paris, nous continuons à les augmenter.

Le communiqué de presse du GIEC pour leur rapport spécial d’octobre 2018 était clair :

Pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, il faudrait modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société.

Je sais bien que c’est difficile à accepter, je suis passé par là. Mais si on veut donner à nos enfants (si vous en avez) ou à l’humanité les moyens de vivre sans famines ni guerres civiles, nous n’avons plus le choix, nous avons déjà trop tardé. Pour ma part, j’ai déjà commencé à changer mes habitudes. Je compte sur vous pour faire de même. C’est indispensable. Ça urge.

jeudi 20 décembre 2018

En vrac du jeudi

Notes

[1] On me glisse dans l’oreillette qu’il s’agirait plutôt de 2,4 milliards d’Euros par an, si j’en crois les rumeurs dans le milieu de la publicité en ligne.

[2] Et si vous êtes garé du coté gauche, ouvrir avec la main gauche. Bref, ouvrez avec la main opposée à la portière !

jeudi 5 mai 2011

En vrac

  • Voici l'application iPhone (réalisée pour le compte d'un assureur américain) qui vous dit si vous conduisez bien : iPhone app tells you if you drive like a jerk. Il est intéressant d'avoir du feedback sur sa conduite pour corriger d'éventuels défauts, mais il est rare que les gens soient prêts à l'écouter. Et puis la dérive potentielle est terrifiante, surtout quand on comprend le métier des assureurs !
  • Apple's Chinese workers treated 'inhumanely, like machines' : deux ONG ont enquêté sur les conditions de travail dans les usines des sous-traitants Apple pour l'iPhone et l'iPad. Intéressant :
    • Le risque de suicide est si élevé qu'on demande aux ouvriers de signer un papier comme quoi ils ne vont pas se suicider.
    • Certains ouvriers font jusqu'à 98 heures supplémentaires par mois (la limite légale est pourtant de 36h supp par mois).
    • Sous la pression pour produire l'iPad, certains n'ont droit qu'à un jour de congé tous les 13 jours de travail.
    • L'heure est payée 73 centimes d'Euros...
    • Les ouvriers dorment dans des dortoirs qui hébergent jusqu'à 24 personnes.
  • USA : le développement durable, nouveau nom du communisme ?. Avec le Tea Party, les USA tombent eux aussi dans la dérive populiste... (mais bon, on ne va pas leur jeter la pierre, c'est un truc qu'on sait visiblement de mieux en mieux faire en France aussi). Il n'en reste pas moins que le développement durable est un changement de société.
  • Baisse de 6,1% des ventes de PC aux USA par rapport à la même époque l'année dernière ;

samedi 3 octobre 2009

En vrac, en direct de Prague

Je suis à Prague avec 160 Mozilliens majoritairement bénévoles pour 2 jours de travail intensif dans le cadre du MozCamp Europe 2009 (avec un peu de temps le soir pour goûter aux bières locales, tout de même ).

Bonus écolo

Allez, pour faire bonne mesure, deux liens sur l'actu Carbone/Environnement :

jeudi 19 février 2009

Conférence en ligne sur l'énergie et le réchauffement climatique

Un lecteur dont le nom m'échappe (désolé) m'a envoyer un lien vers la passionnante Conférence de Jean-Marc Jancovici (vidéo et diapos) donnée aux cadres de Spie.

Je suis un lecteur de la prose de J.M. Jancovici depuis bien longtemps et j'en ai déjà parlé à plusieurs reprises sur le Standblog.

Jean-Marc Jancovici : 'Plus ça va (le PIB) moins ça va (le CO2)'

Jean-Marc Jancovici : 'Plus ça va (le PIB) moins ça va (le CO2)'

Ce qui est intéressant dans cette présentation, c'est qu'elle est extraordinairement documentée, solide, mais aussi (relativement) courte : 1h40. (Pour ceux qui veulent, il y en a une version longue donnée dans le cadre de cours aux élèves ingénieurs de l'école des Mines, mais ça dure 16 heures !).

Oui, bon, 1h40, ça peut sembler beaucoup, mais c'est juste le temps d'un film Hollywoodien (ou d'une soirée télé devant TF1) et c'est encore plus intéressant. On peut se demander comment ce sujet dont on nous rebat les oreilles peut encore être intéressant. Ca tient à plusieurs choses :

  • Jean-Marc Jancovici n'est pas partisan ni politique : il a une approche d'ingénieur qui fait face à un double problème (la consommation de pétrole et le réchauffement climatique) et il disseque le sujet avec brio.
  • La présentation est particulièrement fournie en données. C'est l'antithèse d'un discours militant, et c'est ça qui est convaicant.
  • Il est très bon orateur (1h40 sans mollir, c'est fort !)

Si les rapports entre économie, croissance, énergie, pétrole et réchauffement climatique vous intéressent, je ne saurais trop vous recommander de réserver 1h40 à cette présentation.

Réflexion faite, même si ces sujets là ne vous intéressent pas plus que ça, mais si vous voulez savoir quel monde on risque de réserver à nos enfants (monde qui sera très différent du nôtre, à n'en pas douter), vous devez voir cette présentation.

Chapeau, M. Jancovici !

- page 1 de 3