lundi 27 novembre 2017

Exodus Privacy et le Vrac du lundi

Exodus Privacy.png

En vedette : Exodus Privacy

Vendredi, un nouveau projet est sorti du bois : Exodus Privacy, un projet libre mené par une association loi 1901 française pour voir quels mouchards sont dans les applications mobiles pour Android. Comme on s’en doutait, ils sont nombreux. Exodus génère des rapports sur chaque application et chaque mouchard. Déjà, la couverture presse est impressionnante, en France et à l’international :

Deux chercheurs du Privacy Lab de l’université de Yale (USA) expliquent en quoi il est problématique de voir toutes ces applications mobiles multiplier les mouchards via les AppStores :

Or ces magasins, comme Google Play, ont construit leur business autour, notamment, de la publicité ciblée. Cette priorité n’est pas compatible avec la vie privée et la sécurité. Exodus révèle des pratiques troublantes en matière de vie privée dont Google est pleinement conscient, quand il ne les encourage pas.

Les rapports d’Exodus ont permis de débusquer deux mouchards qui avaient réussi à se glisser dans l’application Qwant pour Android. Qwant a immédiatement réagi en corrigeant l’application.

Bravo à l’équipe d’Exodus, dont le travail est très utile. Vivement qu’ils puissent faire les mêmes analyses sur les applications iOS !

Pour trouver Exodus Privacy :

En vrac :

lundi 24 octobre 2016

En vrac du lundi

jeudi 20 août 2015

En vrac du jeudi

Le poids du numérique dans la société implique aussi que les données (bancaires, médicales, personnelles) de tous les citoyens (et des entreprises) doivent être protégées contre la fraude, les pirates ou l’espionnage. Et le chiffrement des données est un instrument crucial de cette nécessaire protection. C’est d’ailleurs le sens d’une tribune publiée le 28 juillet dans le Washington Post par d’anciens hauts cadres de la sécurité nationale américaine – dont un ancien directeur de la NSA – qui mettent en garde contre une exagération de la menace que ferait peser la protection des données sur les enquêtes. Les bénéfices de davantage de protection excèdent, selon eux, les dangers ponctuels d’enquêtes qui ne peuvent aboutir.

Aujourd’hui, notre capacité à comprendre, modifier et avoir confiance dans les technologies que nous utilisons est limité par la loi et notre capacité à comprendre les systèmes complexes. (…) La « Liberté de bidouiller » peut sembler accessoire, mais c’est en fait très important. Elle définit notre capacité à étudier, modifier et en fait comprendre la technologie que nous utilisons, qui elle-même structure et définit nos vies.

jeudi 14 mars 2013

En vrac du jeudi

Note

[1] A l'instant où j'écris ceci, elle a 706 vues et 2365 "J'aime". Hein ??? Mais qu'on se rassure, il y a une raison.

mercredi 18 avril 2012

En vrac

- page 1 de 2