mardi 6 octobre 2009

Nicolas Hulot et le Syndrome du Titanic

Interview de Nicolas Hulot par MetroFrance.com

Interview de Nicolas Hulot par MetroFrance.com

Metro vient de publier une interview de Nicolas Hulot, à la veille de la sortie de son film Le Syndrome du Titanic[1]

Extraits

Il n’y aura jamais assez de films, de livres ou d’initiatives pour mobiliser les citoyens. Les choses vont changer de gré ou de force. Et, que l’on soit riche ou pauvre, tout le monde sera affecté. La question est de savoir si on se prépare avant que cela arrive. Pour moi, ce film rend la mutation incontournable. Si demain les politiques fixent des limites, parce que la planète nous en impose, je crois que, grâce aux films, les citoyens seront plus facilement prêts à les accepter.

Puis, à propos du titre du film :

Il y a quatre analogies avec l’histoire du paquebot. Quand il a été mis à l’eau, quelques esprits chagrins s’étaient permis de douter de l’invulnérabilité du Titanic. Quand la passerelle a aperçu l’iceberg, il était déjà trop tard : le bateau ne pouvait plus changer de trajectoire. Et quand le Titanic prenait l’eau, on a demandé à l’orchestre de jouer plus fort. Enfin, et c’est ce que nous voulons éviter : l’histoire s’est mal terminée, y compris pour ceux qui voyageaient en cabine de luxe.

D'autres interviews

Le film

  1. Extrait 1 ;
  2. Extrait 2 ;
  3. Extrait 3.

Notes

[1] Attention, Flash obligatoire:-(

lundi 12 mars 2007

Une petite histoire en images

Les liens du premier paragraphe mènent à des photos glanées ici et là ces derniers jours.

Les parisiens connaissent sûrement le petit lapin qu'on trouve sur les portes du metro, et qui s'adresse aux enfants pour leur éviter de se faire pincer les doigts dans les portes... Comme tout lapin qui se respecte, il a fait des petits (version anti-pub). EDF fait de la pub pour le nucléaire et précisant que cela participe à la réduction de l'émission de CO2, mentionne les énergies renouvelables, mais oublie astucieusement de parler du problème (énorme) des déchets... Mais après tout, ça n'est pas grave, si on vous manipule, puisque c'est de la pub ! Pendant ce temps là, les compagnies pétrolières s'en mettent plein les poches et les plans de réduction du CO2 foncent dans le mur. Aux USA aussi, les émissions de CO2 vont progresser.

Je fais le constat suivant :

  1. L'économie s'immisce dans tous les aspects de la société occidentale ;
  2. Le modèle économique actuel repose sur la croissance permanente de la consommation ;
  3. Cette consommation omniprésente (au point qu'on nomme notre société "la société de consommation") génère de plus en plus de polluants, dont les gaz à effet de serre, en particulier le CO2.

Donc, j'ai une question : Où va-t-on comme ça, en tant que société ? Notre bien-être présent (réussite professionnelle et financière) est-il lié au fait que nous hypothéquons le futur ? Sommes nous en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ? Le modèle économique de notre société occidentale est-il compatible avec l'avenir de l'homme ?

Question subsidiaire : je lisais il y a 10 jours une citation de Nicolas de Tavernost, PDG de la chaîne de télé M6, dans le Canard Enchaîné. Je la cite de mémoire, donc merci de votre indulgence : "Je passe mes journées à essayer de scotcher les français devant leur télévision, et je passe mes soirées à essayer de déscotcher mes enfants de la télévision". La question est la suivante : sommes nous condamnés à faire le jour (pour le boulot) que qu'on va redouter la nuit (pour le futur de nos enfants) ?